Prophylaxie et taux de CD4 au cours de la pneumopathie à Pneumocystis jirovecii chez les patients atteints de maladies auto-immunes et inflammatoires

Résumé : Introduction : le rôle des lymphocytes T-CD4 au cours de la pneumocystose (PCP) chez les patients immunodéprimés non-HIV (NHIV) est moins évident que chez les sujets infectés par le VIH. Il n’existe pas de recommandations solides concernant la prophylaxie anti-Pneumocystis dans ces populations. Ceci est particulièrement vrai pour les maladies auto-immunes et inflammatoires (MAI). Trop peu d’études se sont jusque là focalisées sur la PCP au cours des MAI, et bien souvent ces patients si particuliers sont associés avec d’autres catégories de patients (hémopathies malignes, cancer, patients greffés…). Nous avons mené une étude afin de : détailler les caractéristiques des patients atteints de MAI développant une PCP, déterminer de nouveaux facteurs de risque de mortalité et conclure si le taux de lymphocytes CD4, à l’instar du VIH, pouvait être utilisé pour guider l’indication de prophylaxie au cours des MAI. Méthodes : tous les patients ayant présenté une PCP au CHU de Bordeaux entre 2013 et 2016 ont été inclus. Chaque patient avait au moins un échantillon biologique respiratoire avec une qPCR (quantitative Polymerase Chain Reaction) de valeur significative associée à une présentation clinico-radiologique compatible avec une PCP. Le diagnostic de PCP était considéré comme certain si l’examen microscopique était positif (EM) et possible s’il était négatif. Résultats : cent vingt neuf patients ont été inclus dans l'étude, dont 27 MAI, 37 VIH et 65 autres NVIH. Le taux de CD4 médian était de 322/mm3 chez les patients avec MAI et était significativement plus élevé que chez les patients VIH (21/mm3 ; p<0,0001). Aucune différence n’était retrouvée entre le taux de CD4 des MAI et celui des autres patients NVIH (236/mm3; p=0.22). La moitié (n=10) des patients MAI avait plus de 300 CD4/mm3. En analyse multivariée, la présence d’un EM positif (p= 0.0033; OR=19.6; 95% CI [1.904-201.7]) et d’une corticothérapie>40mg/jour (p= 0.0007; OR=42; 95% CI [3.758-469.4]) étaient associées avec la mortalité. Conclusion : une vision plus intégrative est nécessaire pour comprendre l’immunodépression au cours des MAI afin de sélectionner les meilleurs candidats pour la prophylaxie anti-Pneumocystis. La lymphopénie CD4 ne permet pas d’en résumer la complexité.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [134 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01583767
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : jeudi 7 septembre 2017 - 18:10:52
Dernière modification le : vendredi 27 octobre 2017 - 01:15:45

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01583767, version 1

Collections

Citation

Gildas Baulier. Prophylaxie et taux de CD4 au cours de la pneumopathie à Pneumocystis jirovecii chez les patients atteints de maladies auto-immunes et inflammatoires. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01583767〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

64

Téléchargements de fichiers

28