Tutorat au centre de simulation de la Faculté de Médecine de Nice Sophia Antipolis : retour d'expérience

Résumé : Introduction : L’apprentissage eu raisonnement clinique constitue un objectif prioritaire des études médicales ; il est sanctionné par les Épreuves Classantes Nationales informatisées (ECNi). Expérimentalement, les séances de simulation dédiées ont montré leur efficacité dans cette optique. L’enseignement par simulation et l’enseignement par les pairs sont en plein essor ces dernières années. De nombreuses études ont été menées pour mesurer l’intérêt de chacune de ces méthodes d’enseignement au cours des études de médecine, mais leur association n’a pas été étudiée dans l’apprentissage du raisonnement clinique. Cette étude a été menée pour mesurer l’impact sur le raisonnement clinique de séances de simulation réalisées en DFGSM 2 et 3, encadrées soit par des tuteurs (DFASM1 et 2) formés à la simulation soit par des enseignants titulaires.
Méthode : Nous avons organisé 2 séances de simulation médicale pour les étudiants de DFGSM2 et DFGSM3, encadrées soit par des étudiants volontaires de DFASM1 et de DFASM2 soit par des enseignants titulaires. Les étudiants ont été évalués par un Test de Concordance de Scripts (TCS) avant la séance et trois semaines après les séances. Deux groupes d’experts ont été constitués : tuteurs ou médecins seniors. Les étudiants tuteurs ont été évalués en pré-séances sur leurs résultats aux examens du premier semestre et post-séances sur leurs résultats à l’Examen Clinique Transversal (ECT). On a également évalué leurs résultats à long terme sur leurs résultats un an plus tard à l’ECT de DFASM2 pour les étudiants de DFASM1 ou à l’ECNi pour les étudiants de DFASM2.
Résultats : Les étudiants de DFGSM2 et 3 ont significativement progressé au TCS, quel que soit le panel d’experts choisi. La progression était non significativement différente selon qu’ils aient été encadrés par des tuteurs ou des enseignants titulaires. Les étudiants tuteurs n’étaient pas différents de leurs collègues n’ayant pas participé au projet en ce qui concerne leurs données démographiques et leurs résultats académiques aux examens pré-séances de simulation. Ils ont progressé significativement à l’ECT, aussi bien en DFASM1 que DFASM2. Cette progression persiste un an après, qu’il s’agisse de l’ECT pour les étudiants de DFASM 1 ou du rang de classement à l’ECNi pour les tuteurs de DFASM 2 (différence non significative).
Conclusion : Nos résultats confirment les résultats préliminaires. Ce modèle de tutorat est pertinent aussi bien pour les étudiants encadrés que pour les tuteurs.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [52 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01586347
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : mardi 12 septembre 2017 - 16:38:01
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:32:58
Document(s) archivé(s) le : mercredi 13 décembre 2017 - 17:14:38

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01586347, version 1

Citation

Lucile Esparon Morgan. Tutorat au centre de simulation de la Faculté de Médecine de Nice Sophia Antipolis : retour d'expérience. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01586347〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

94

Téléchargements de fichiers

63