Évaluation du NGAL (Neutrophil Gelatinase-Associated Lipocalin) plasmatique comme facteur prédictif précoce d’insuffisance rénale aiguë en post-opératoire de chirurgie aortique

Résumé : L’insuffisance rénale aiguë (IRA) est une complication fréquente et potentiellement grave en post-opératoire d’une chirurgie aortique juxta et supra-rénale. Le biomarqueur de référence, la créatinine plasmatique est d’apparition tardive et son augmentation traduit une dysfonction rénale avec des lésions néphroniques déjà constituées. Le NGAL plasmatique (Neutrophil Gelatinase-Associated Lipocalin) est un témoin direct de l’agression rénale per-opératoire. Dépister précocement les lésions rénales, permettrait de limiter les facteurs d’agression conduisant à l’IRA post-opératoire.
L’objectif de notre étude était d’évaluer le NGAL comme facteur prédictif précoce d’IRA en post-opératoire de chirurgie aortique avec clampage supra-rénal.
Méthodes :
Nous avons réalisé une étude mono-centrique prospective observationnelle sur 25 patients opérés d’un anévrisme de l’aorte juxta ou supra-rénal entre Février 2015 et Mars 2017. Le NGAL plasmatique était dosé 3 heures après le déclampage aortique total. L’IRA était définie par les critères AKIN (Acute Kidney Injury Network) à 48h de la chirurgie. Le taux de NGAL plasmatique était comparé entre les patients avec et sans IRA.
Résultats :
L’âge moyen était de 66,1 ± 6,4 années. Nous avons inclu 14 anévrismes juxtarénaux (AJR) et 11 anévrismes supra-rénaux (ASR). Onze patients (44%) ont présenté une IRA à 48h de la chirurgie. Aucun patient de notre cohorte n’a eu recours à l’épuration extra-rénale. Il n’y a eu aucun décès à 30 jours post-opératoire. Les temps d’ischémies rénales bilatérales étaient similaires dans les deux groupes (30,2 ± 12 minutes vs 22,3 ± 5,9 minutes ; p=0,10). Quinze patients ont bénéficié d’une perfusion froide sur au moins une artère rénale. Les taux pré-opératoires (T0) de NGAL étaient identiques dans les groupes IRA et sans IRA (87,4 ± 39,2 ng/ml vs 71,3 ± 36,9 ng/ml ; p=0,28). L’augmentation des taux de NGAL entre T0 et H3 était significative pour l’ensemble de la cohorte (p<0,01). Il n’y avait pas de différence significative des taux de NGAL à H3 entre les groupes IRA et sans IRA (123 ± 136 ng/ml vs 57,1 ± 56,2 ng/ml ; p=0,18). L’aire sous la courbe (AUC) était de 0,66 (IC95 [0,43-0,89]). Nous n’avons pas démontré de corrélation entre l’augmentation du taux de NGAL et le temps d’ischémie rénale.
Conclusion :
Dans notre étude, l’élévation du taux de NGAL plasmatique n’était pas associée au développement d’une IRA à 48h d’une chirurgie aortique. Les comorbidités associées à la pathologie anévrismale peuvent en partie expliquer ce manque de performance. Cependant le caractère précoce de l’augmentation de ce biomarqueur en cas d’agression rénale ischémique a été validé.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [137 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01598094
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : vendredi 29 septembre 2017 - 11:59:53
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34

Fichier

Goye Jordan.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01598094, version 1

Citation

Jordan Goyé. Évaluation du NGAL (Neutrophil Gelatinase-Associated Lipocalin) plasmatique comme facteur prédictif précoce d’insuffisance rénale aiguë en post-opératoire de chirurgie aortique. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01598094〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

45

Téléchargements de fichiers

53