Les empreintes génétiques en médecine légale

Résumé : Traditionnellement, l'une des méthodes les plus sûres pour déterminer la présence d'un individu sur la scène d'un crime était le relevé des empreintes digitales. Depuis une quinzaine d'années, une nouvelle méthode est utilisée : la détermination des empreintes génétiques à partir d'ADN retrouvé sur le lieu du crime. La technique de détermination des empreintes génétiques repose sur des polymorphismes de séquence observés au sein de l'ADN nucléaire. Ces polymorphismes sont des portions d'ADN non codant où de courtes séquences vont être répétées un nombre variable de fois selon chaque individu. On distingue les VNTR (Variable Number of Tandem Repeat) où la séquence répétée est formée d'une vingtaine de bases, et les STR (Short Tandem Repeat) où la séquence répétée n'est que de 2 à 6 bases. Ces VNTR et ces STR sont isolés du reste de l'ADN par des enzymes de restriction qui vont couper l'ADN spécifiquement au niveau du fragment voulu. Après l'action des enzymes de restriction on obtient alors des fragments dont la taille correspond au nombre de répétitions de la séquence de base. Grâce à la technique mise au point par Southern, on peut étudier les différences de taille des fragments en les faisant migrer par électrophorèse et en effectuant un transfert sur une membrane hybridable par des sondes spécifiques. On peut ainsi étudier des profils de migration entre le ou les suspects et l'ADN retrouvé sur le lieu du crime. On utilise aussi cette technique dans le cadre de recherche de paternité. La méthode d'identification de Southern a révolutionné le secteur de la preuve judiciaire, cependant ce procédé a ses limites : il faut une grande quantité d'ADN et il faut qu'il soit en bon état. C'est pourquoi l'étude de ces polymorphismes par la technique d'amplification par réaction en chaîne de la polymérase (PCR) a très nettement augmenté les possibilités d'identification. En effet on peut, en procédant à une amplification spécifique des VNTR ou des STR, utiliser des quantités d'ADN de départ beaucoup plus faibles et même de l'ADN partiellement dégradé. La grande majorité des cas pratiques est résolue par une de ces deux techniques, mais lorsque les quantités sont vraiment infimes ou que l'ADN est très dégradé, on va alors utiliser une toute nouvelle technique : le séquençage de l'ADN mitochondrial. On étudie alors une région polymorphe de l'ADN mitochondrial comprise dans la région de contrôle de cet ADN. De par son polymorphisme, cette région est spécifique de chaque individu. On procède à un séquençage, c'est à dire une détermination base par base de la séquence, par la technique de Sanger ou de Maxam et Gilbert et on compare les séquences du ou des suspects avec les séquences de l'ADN mitochondrial retrouvé sur le lieu du crime. Quelle que soit la technique utilisée, les résultats se doivent d'être parfaitement fiables car leurs conséquences en matière judiciaire sont énormes. En effet se sont des preuves scientifiques et elles sont considérées comme irréfutables. Pour être crédibles, elles doivent donc fournir un maximum de garanties. En France l'utilisation des empreintes génétiques est légiférée afin de fournir un maximum de garanties : - Les preuves sur la scène du crime doivent être recueillies par un spécialiste et mises sous scellé ; - Les analyses doivent être réalisées par du personnel hautement qualifié ayant reçu l'agrément d'une commission gouvernementale formée à cet effet ; - Les locaux dans lesquels sont réalisées les empreintes génétiques sont contrôlés deux fois par an par l'agence du médicament ; - Les droits de l'individu sont protégés et respectés. Les techniques utilisées sont très pointues, le personnel très qualifié et les lois existantes apportent un maximum de garanties. Dans ces conditions, on comprend aisément que cette preuve scientifique soit de plus en plus utilisée au cours des procédures pénales et civiles. Si actuellement se sont les techniques de PCR qui sont les plus utilisées, on observe un net développement de la technique de séquençage de l'ADN mitochondrial et on peut supposer que son utilisation va encore augmenter dans les années à venir.
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 1999
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01598219
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : vendredi 29 septembre 2017 - 13:52:10
Dernière modification le : mardi 3 octobre 2017 - 01:28:47
Document(s) archivé(s) le : samedi 30 décembre 2017 - 13:39:37

Fichier

1999GRE17036_bry_celine(1)(D)_...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01598219, version 1

Citation

Céline Bry. Les empreintes génétiques en médecine légale. Sciences pharmaceutiques. 1999. 〈dumas-01598219〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

68

Téléchargements de fichiers

142