Cancers de novo chez les patients transplantés d’organes solides : faisabilité des traitements oncologiques et facteurs pronostiques

Résumé : Introduction : l’incidence des cancers de novo chez les patients greffés d’organe est augmentée par rapport à la population générale. La faisabilité des traitements oncologiques et le pronostic des cancers dans cette population restent méconnus. L’objectif de cette étude était de décrire la faisabilité des traitements et le pronostic des patients ayant développé un cancer après la greffe. Méthodes : cette étude rétrospective a été réalisée à partir de la base de données (2000-2016) de patients greffés du rein et du foie de l’hôpital Henri Mondor à Créteil. Tous les patients ayant développé un cancer après greffe du foie ou du rein étaient inclus. Des analyses uni et multivariées ont été réalisées afin de déterminer les facteurs pronostiques des patients greffés ayant développés un cancer de novo. Résultats : Parmi les 4637 patients de la base de données, 176 patients âgés en moyenne de 53 ans étaient incluables dans l’étude, représentant 209 cas de cancer. La faisabilité des traitements oncologiques ne semblait pas modifiée par l’antécédent de greffe. La médiane de survie des patients greffés ayant développé un cancer au stade localisé et métastatique était respectivement de 14 ans (166 mois IC 95% 100,3-non atteint) et 8,8 mois (IC 95% 5,04-47,2). Les facteurs pronostiques associés à une meilleure survie en analyse multivariée étaient : au stade localisé étaient l’âge jeune au diagnostic de cancer (p 0,001), l’absence de récidive du cancer (p 0,047) et l’introduction d’un inhibiteur de mTOR (p 0,012) ; au stade métastatique : l’histologie de la tumeur de type lymphome ou sarcome (p 0,005), la réalisation d’un traitement optimal (p 0,042) et l’introduction d’un inhibiteur de mTOR (p 0,001). Conclusion : les traitements oncologiques sont faisables chez les patients transplantés et ces patients présentent une survie qui semble comparable à la population générale. L’introduction d’un inhibiteur de mTOR semble être un facteur pronostic spécifique des patients ayant développé un cancer au décours d’une greffe. Ce résultat devra être validé par des études prospectives
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [62 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01618249
Contributeur : Université Paris Descartes - Scd <>
Soumis le : mardi 17 octobre 2017 - 16:01:58
Dernière modification le : mercredi 1 novembre 2017 - 01:08:51
Document(s) archivé(s) le : jeudi 18 janvier 2018 - 14:56:45

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01618249, version 1

Citation

Aude Guillemin Jobard. Cancers de novo chez les patients transplantés d’organes solides : faisabilité des traitements oncologiques et facteurs pronostiques. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01618249〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

15

Téléchargements de fichiers

27