Évaluation pronostique de la nouvelle classification des groupes de risque dans le cancer de l’endomètre : étude rétrospective monocentrique portant sur 378 patientes

Résumé : Introduction : le cancer de l’endomètre représente une pathologie d’une grande complexité, tant au niveau des patientes que des tumeurs. Pour prendre en compte cette hétérogénéité, et donc optimiser les traitements adjuvants, des classifications en groupes de risque ont été établies, prenant en compte les facteurs pronostiques, cliniques et histologiques. L’intérêt des facteurs moléculaires est grandissant, en particulier depuis les derniers travaux du Cancer Genome Atlas. L’objectif de cette étude était d’évaluer la pertinence pronostique des nouveaux groupes de risque issus de la conférence de consensus ESMO/ESGO/ESTRO de 2016. Patientes et méthodes : il s’agit d’une étude rétrospective monocentrique réalisée sur 378 patientes dont le dossier a été discuté en réunion de concertation pluridisciplinaire à l’Institut Bergonié à Bordeaux et qui ont présenté un cancer de l’endomètre entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2016. Résultats : en analyse univariée, le grade 3, la présence d’emboles lymphovasculaires, l’atteinte ganglionnaire, le stade FIGO, le groupe de risque haut selon l’ancienne classification ESMO et la nouvelle, et l’absence de traitement adapté aux recommandations, étaient des facteurs de risque de récidive (p<0,001). En analyse multivariée, ces facteurs de risque étaient le grade 3 (p=0,007), le stade FIGO III (p<0,001), et l’absence de traitement adjuvant adapté (p<0,001). La survie sans récidive à 4 ans était meilleure dans le groupe de risque intermédiaire haut (71,6 %) que dans le groupe de risque intermédiaire. Un grand nombre de patientes ont reçu une chirurgie adaptée (83,6 %) et un traitement adjuvant adapté à leur groupe de risque (86,2 %). Conclusion : les traitements (lymphadénectomies, traitements adjuvants) semblent diminuer l’impact pronostique des groupes de risque. Une évaluation des effets secondaires des traitements et de la qualité de vie est nécessaire. Même combinés, les facteurs pronostiques semblent actuellement limités et insuffisants pour rendre compte de l’hétérogénéité évolutive et pronostique de cette pathologie. L’intérêt des facteurs moléculaires est grandissant, en particulier depuis les derniers travaux du Cancer Genome Atlas. La future classification se devra d’intégrer une composante biologique.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [40 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01620262
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : vendredi 20 octobre 2017 - 12:26:30
Dernière modification le : samedi 28 octobre 2017 - 01:14:16
Document(s) archivé(s) le : dimanche 21 janvier 2018 - 13:35:31

Fichier

Med_spe_2017_Quincy.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01620262, version 1

Collections

Citation

Pascaline Quincy. Évaluation pronostique de la nouvelle classification des groupes de risque dans le cancer de l’endomètre : étude rétrospective monocentrique portant sur 378 patientes. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01620262〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

70

Téléchargements de fichiers

1