Séroprévalence de l’hépatite E chez les PVVIH au Pays Basque

Résumé : Objectif : le but de l’étude était d’évaluer la séroprévalence de l’hépatite E chez les PVVIH dans le Pays Basque ainsi que d’identifier les facteurs associés à l’infection et son retentissement sur le foie. Méthodes : Un échantillon de 307 VIH âgés de 19 à 84 ans, a été examiné par un test sérologique Wantai avec recherche des anticorps IgG et IgM anti-VHE. Les sérologies positives ont été testées pour l’ARN VHE. Les facteurs de transmission du virus ont été décelés par un auto-questionnaire. Le retentissement hépatique a été apprécié par un fibrotest chez les co-infectés VIH/VHC. Une analyse uni- puis multivariée de l’association entre certains facteurs et l’exposition au virus a été menée. Résultats : au total 307 patients ont été inclus et avaient une médiane de 52 ans dont 220 hommes (71,6%). Le nombre médian de T4 était de 744 cellules/mm3 et de T8 de 819 cellules/mm3. 282 patients (91,9%) avaient une charge virale VIH < 50 copies/ml. La séroprévalence des IgG anti-VHE était de 20,8%. Seuls 2 patients avaient des IgM positives pour le VHE et aucun une PCR positive dans le sang. En analyse univariée, la présence d’IgG anti VHE était associée à l’achat de la viande chez des particuliers et la présence des marqueurs TPHA/VDRL. En analyse multivariée, 2 modèles ont confirmé une association significative avec les marqueurs sérologiques de la syphilis. Dans le modèle se basant sur la présence du VDRL, était également associé l’âge de plus de 50 ans. Les fruits de mer consommés au moins une fois par semaine (OR=2,12 ; IC95 : 0,96-4,67) (p=0,06) et l’usage de drogues (OR=2,21 ; IC95 : 0,75-6,5) (p=0,15) auraient tendance à être un facteur de risque d’exposition au VHE. De plus, vivre en milieu rural, un score nadir inférieur à 200 cellules/mm3 et un nombre de CD4 > 800 cellules/mm3 étaient considérées comme variables indépendantes, associées à l’absence d’anticorps anti VHE. Au niveau biologique les patients avec des IgG anti-VHE avaient des transaminases plus élevées, un taux de T4 et de T8 plus bas mais un ratio conservé. 7,5% des PVVIH étaient co-infectés VHB/VHE, 2,6% étaient VHC/VHE et 1,63% VHB/VHC/VHE. Parmi les patients co-infectés par le VHC, le fibrotest n’était pas plus élevé chez les PVVIH séropositifs VHE. Conclusion : l’exposition au VHE chez les PVVIH au Pays basque est fréquente et augmente avec l’âge. L’association entre la présence des marqueurs de la syphilis, en particulier le VDRL et les IgG anti-VHE peut laisser supposer un mode de transmission similaire notamment sexuel. D’autres études sont nécessaires pour déterminer le potentiel de transmission du VHE par voie sexuelle en particulier au sein d’une population à haut risque d’IST.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [158 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01622903
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mardi 24 octobre 2017 - 17:51:22
Dernière modification le : lundi 11 décembre 2017 - 15:35:49
Document(s) archivé(s) le : jeudi 25 janvier 2018 - 14:15:52

Fichier

 Accès restreint
Fichier visible le : 2019-01-01

Connectez-vous pour demander l'accès au fichier

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01622903, version 1

Collections

Citation

Charlotte Le Guennec. Séroprévalence de l’hépatite E chez les PVVIH au Pays Basque. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01622903〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

59