Troubles fonctionnels œsophagiens chez les patients avec reflux gastro-œsophagien : résultats d’une étude rétrospective descriptive

Résumé : La classification de Rome IV a identifié des patients avec troubles fonctionnels œsophagiens, à savoir pyrosis fonctionnel et hypersensibilité au reflux en fonction des données de pHmétrie/ou pH-impédancemétrie. Certains patients avec troubles fonctionnels œsophagiens ont un authentique RGO documenté. L’objectif principal de l’étude était de décrire les caractéristiques de ces patients avec « chevauchement » entre reflux gastro-œsophagien (RGO) et troubles fonctionnels œsophagiens. Méthodes : Entre novembre 2015 et mai 2017, ont été inclus rétrospectivement et de façon consécutive des patients présentant un RGO prouvé (œsophagite et/ou pHmétrie sans traitement positive) avec symptômes réfractaires aux IPP. Les patients avaient une pH-impédancemétrie de 24 heures sous IPP double dose permettant de définir une hypersensibilité au reflux (association symptomatique par SI ou PAS positive), un pyrosis fonctionnel (association symptomatique négative) ou un reflux persistant (exposition acide totale > 5%). Un groupe témoin de patients avec pyrosis fonctionnel sans RGO en pH-métrie sans traitement était constitué. Etaient évalués par auto-questionnaires les scores d’anxiété et de dépression (score HAD), la sensibilité viscérale (Index de sensibilité viscérale), les symptômes de RGO (score RDQ) et la présence d’autres troubles fonctionnels digestifs (critères de Rome III). Résultats : 32 patients avec « chevauchement » RGO/troubles fonctionnels digestifs ont été inclus (75% de femmes, d’âge moyen 54,8 (14,2) ans). Au total, 6% des patients avaient un reflux persistant, 34% avec une hypersensibilité au reflux et 59% avec un pyrosis fonctionnel. Il n’existait aucune différence significative entre ces 3 groupes de patients. Le groupe témoin de pyrosis fonctionnel sans RGO pathologique était constitué de 22 patients (95,5% de femmes, d’âge moyen 52,5 (13,1) ans). Les scores d’anxiété étaient similaires dans les 2 groupes (8,4 (4,8) et 8,5 (5,2) respectivement pour les groupes avec et sans RGO), alors que les scores de dépression étaient normaux dans les 2 groupes. Les scores de sensibilité viscérale s’élevaient à 58 (17,4) et 53,9 (27,6) respectivement. On notait une proportion importante de patients présentant une dyspepsie fonctionnelle dans les deux groupes : 66,7% pour le groupe RGO et 47,6% pour le groupe témoin sans RGO. Respectivement 25% et 38,1% des patients étaient atteints de syndrome de l’intestin irritable. Les scores symptomatiques étaient identiques dans les 2 groupes. Conclusion : Cette étude est la première décrivant la population de patients présentant un « chevauchement » entre RGO et troubles fonctionnels œsophagiens. Qu’il y ait ou non un RGO sous-jacent documenté, les patients avec troubles fonctionnels œsophagiens sont caractérisés par des scores d’anxiété élevés et une prévalence importante d’autres troubles fonctionnels digestifs.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [90 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01624597
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : jeudi 26 octobre 2017 - 15:02:21
Dernière modification le : samedi 28 octobre 2017 - 01:14:16
Document(s) archivé(s) le : samedi 27 janvier 2018 - 14:28:52

Fichier

 Accès restreint
Fichier visible le : 2019-10-20

Connectez-vous pour demander l'accès au fichier

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01624597, version 1

Collections

Citation

Margaux Pomarat. Troubles fonctionnels œsophagiens chez les patients avec reflux gastro-œsophagien : résultats d’une étude rétrospective descriptive. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01624597〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

207