IRM du genou en médecine générale : indications et impact de son résultat sur l'orientation et la prise en charge chirurgicale du patient : étude transversale descriptive auprès de patients adressés par leurs généralistes dans deux centres de radiologie en Gironde

Résumé : Introduction : les progrès de l’imagerie et son accessibilité modifient la démarche diagnostique des médecins généralistes et jouent un rôle sur les orientations des patients gonalgiques. Le but de cette étude est l’analyse de l’orientation et de la prise en charge chirurgicale du patient gonalgique après réalisation d’une IRM du genou. Matériels et méthodes : il s’agit d’une étude exploratoire observationnelle, bi-centrique avec un premier mode de recueil transversal et déclaratif via un questionnaire soumis à 100 patients ayant bénéficié d’une IRM de genou prescrite par leur médecin traitant. Nous l’avons apparié à l’analyse rétrospective des ordonnances et des comptes rendus d’imagerie récupérés. Résultats : les lésions ligamentaires et méniscales sont respectivement orientées à 65% et 60% en chirurgie orthopédique. Les lésions chondrales le sont moins, avec 38% de demande d’avis chirurgical. Ainsi, 45% des patients de notre population disent avoir bénéficié d’une orientation en chirurgie orthopédique. La proportion d’indications chirurgicales est de 19%, soit inférieure à un patient sur deux ayant vu un orthopédiste ou à un patient sur quatre présentant au moins une lésion à l’IRM. La population la plus jeune (≤ 44ans, âge médian) est davantage orientée vers un spécialiste quel qu’il soit (74% versus 58%, p = 0,14) tout comme la population sportive (73% versus 60%, p = 0,23) en dépit du nombre significativement inférieur de lésions mises en évidence. La tendance se confirme de façon moins franche pour les orientations spécifiques en chirurgie selon l’âge (50% versus 40%, p = 0,31) et l’activité sportive (49% versus 42%, p = 0,48). Les hommes sont significativement plus opérés (27% versus 11%, p = 0,03). Discussion et conclusion : les orientations spécialisées, notamment en chirurgie, ne sont pas essentiellement fonction des lésions objectivées par l’IRM. Un avis chirurgical est davantage sollicité chez les patients jeunes et sportifs pour des lésions ligamentaires et méniscales traumatiques en opposition aux patients plus âgés pour des lésions dégénératives. La chirurgie y est prépondérante et significativement plus rapportée chez les hommes. L’IRM, bien que largement prescrite, permet une diminution des arthroscopies faisant autrefois référence, avec une diminution des coûts d’hospitalisation et des complications.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [28 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01627110
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mardi 31 octobre 2017 - 18:00:25
Dernière modification le : jeudi 7 décembre 2017 - 01:16:14
Document(s) archivé(s) le : jeudi 1 février 2018 - 14:18:18

Fichier

 Accès restreint
Fichier visible le : 2019-10-03

Connectez-vous pour demander l'accès au fichier

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01627110, version 1

Collections

Citation

Jean-Baptiste Lagune. IRM du genou en médecine générale : indications et impact de son résultat sur l'orientation et la prise en charge chirurgicale du patient : étude transversale descriptive auprès de patients adressés par leurs généralistes dans deux centres de radiologie en Gironde . Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01627110〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

75