Intérêt des dosages pharmacologiques de Déférasirox en pédiatrie

Résumé : Introduction : le déférasirox (DFX), médicament chélateur du fer utilisé depuis 2006 en France a permis d’améliorer le pronostic et la qualité de vie des patients enfants ou adultes dépendants d’un programme transfusionnel au long cours avec hémochromatose secondaire. Les travaux menés chez des patients adultes ont soulevé l’intérêt du dosage pharmacologique du DFX et défini des cibles thérapeutiques. Néanmoins les études pédiatriques n’ont pas établi de recommandations. Objectifs : étudier chez les enfants, l’effet de la concentration en DFX sur la ferritine, la concentration hépatique en fer (CHF en µmol/g) et la surcharge cardiaque en fer (T2* en ms) sur l’IRM. Décrire l’exposition au DFX stratifiée sur l’âge et la pathologie. Déterminer la relation entre concentration résiduelle de DFX et la survenue d’effets indésirables. Matériel et méthodes : étude rétrospective nationale : à partir de la base de données du laboratoire de pharmacologie référent pour le dosage du DFX en France depuis 2008, tous les patients âgés de moins de 18 ans lors d’un premier dosage de DFX ont été inclus. Les données cliniques et para-cliniques ont été recueillies. Le 1er dosage résiduel de DFX réalisé après 3 mois de traitement, la ferritine après 6 mois et l’IRM hépatique et cardiaque après 12 mois de traitement ont été analysés. Les patients ont été inclus dans les groupes bons ou mauvais répondeurs, selon la ferritine (inférieure ou supérieure à 500 µg/l), la CHF (inférieure ou supérieure à 200 µmol/g) et le T2* (supérieur ou inférieur à 20 ms). Résultats : deux cent trente-huit dosages ont été recueillis chez 66 patients (dont 27 β-thalassémies majeures, 22 drépanocytoses, 5 anémies de Blackfan-Diamond). L’exposition au DFX était significativement plus faible chez les enfants de moins de 6 ans, et plus élevée pour les patients avec β-thalassémie et anémie de Blackfand-Diamond. La concentration résiduelle médiane de DFX était significativement plus élevée pour les bons répondeurs sur la ferritine (27 vs 8 µg/ml, p 0.02), ainsi que sur la CHF (20,9 vs 10,9 µg/ml, p 0.04) mais pas sur le T2*. La concentration résiduelle de DFX était plus élevée lorsque la créatinine était supérieure à la normale pour l’âge (28,2 vs 11,4 µg/ml, p 0.01). Conclusion : chez les enfants traités pour une hémochromatose secondaire, la concentration résiduelle cible en DFX corrélée à une bonne réponse para-clinique tend à être plus élevée que chez les adultes. Pour optimiser au plus tôt l’amélioration de la ferritine et de l’IRM sous traitement, en évitant la toxicité, il est recommandé de contrôler régulièrement les dosages résiduels de DFX, dans le respect des bonnes pratiques en pharmacologie.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [80 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01628631
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : vendredi 3 novembre 2017 - 18:16:55
Dernière modification le : samedi 25 novembre 2017 - 01:24:09
Document(s) archivé(s) le : dimanche 4 février 2018 - 14:25:50

Fichier

 Accès restreint
Fichier visible le : 2018-10-01

Connectez-vous pour demander l'accès au fichier

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01628631, version 1

Collections

Citation

Lucile Espeso. Intérêt des dosages pharmacologiques de Déférasirox en pédiatrie. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01628631〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

35