DIU chez les nullipares, enquête qualitative : projet, pose et vécu

Résumé : Introduction : En France, le DIU a reçu l’AMM en 2004 pour les nullipares, pourtant seulement 3% des femmes nullipares l’utilisent en 2013. Le DIU est un moyen de contraception efficace, de longue durée d’action réversible qui pourrait être une des solutions adéquates face aux nombreuses grossesses non désirées aboutissant aux 218100 IVG en 2015. L’un des principaux freins à son utilisation est l’appréhension de la douleur à la pose et la tolérance aux effets indésirables. Nous nous sommes intéressés au vécu des femmes nullipares utilisant un DIU : leur parcours pour accéder au DIU, leur vécu de la pose et leur expérience avec le DIU.
Méthode : Étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de 14 femmes majeures nullipares au moment de la pose, portant ou ayant porté un DIU.
Résultats : Les patientes nullipares choisissent le DIU pour deux raisons : un retour vers le naturel, sans hormones exogènes, et pour éviter les effets secondaires des autres contraceptions. Le DIU leur avait été peu proposé par les praticiens, parfois même refusé. Après la recherche d’un professionnel comprenant leur démarche, elles décrivent la pose comme une contraction brève. Le fait d’avoir reçu une information franche et raisonnée sur les effets de la pose et surtout sur la brièveté de la douleur, permet une meilleure tolérance de celle-ci. La mise en confiance et le détournement d’attention ont été décrits comme des facteurs aidants. Les patientes ont vécu le DIU comme une contraception pratique dans la vie quotidienne, sans contrainte et donc synonyme de liberté, et de plus, améliorant leur santé sexuelle. Les effets indésirables semblent mieux tolérés lorsque les patientes sont informées au préalable et que cette contraception a été choisie et voulue. La satisfaction globale est bonne, les patientes le recommandent dans leur entourage et la plupart voudront continuer avec cette contraception.
Conclusion : En 2017, l’accès au DIU semble toujours compliqué pour les femmes nullipares : l’éducation à la santé dans les établissements scolaires, l’implication en gynécologie de la nouvelle génération de médecins généralistes, la féminisation de la profession permettront, peut-être, d’augmenter l’offre en gynécologie et ainsi, l’accessibilité à cette contraception. L’appréhension de la pose ne doit pas être un frein à son utilisation, car une « verbal anesthesia», un détournement d’attention, des nouvelles techniques de pose peuvent permettre de réduire la sensibilité à la douleur. Cette contraception devrait être proposée aux femmes nullipares après une information claire et loyale car elle est efficace, adaptée aux nouveaux modes de vie, choisie par les patientes et bien tolérée.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [138 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01630320
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : mardi 7 novembre 2017 - 14:39:06
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:46:49

Fichier

2017NICEM084.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01630320, version 1

Citation

Sophia Galli. DIU chez les nullipares, enquête qualitative : projet, pose et vécu. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01630320〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

14

Téléchargements de fichiers

3