Incidence et recherche de facteurs prédictifs d'hyperoxie en médecine d'urgences : analyse de 326 patients pris en charge aux urgences et secondairement admis en réanimation

Résumé : Introduction : L’oxygène est une des thérapies les plus communément utilisées en service d’urgences, il existe un important mésusage de celle-ci. L’oxygène a un rôle vital pour l’organisme notamment avec la synthèse d’ATP. Cependant, un surplus d’oxygène provoque un stress oxydant, et conduit à des lésions tissulaires et des dysrégulations des mécanismes de défense de l’organisme. L’hyperoxie est de plus en plus reconnue comme un facteur de mauvais pronostic chez les patients de réanimation, avec une tendance à la surmortalité et à la majoration d’évènements indésirables, notamment en post ACR et post AVC.
Objectif : évaluer l’incidence de l’hyperoxie chez les patients se présentant en service d’urgences et secondairement admis en réanimation, et rechercher l’existence de facteurs de risques liés à cet état d’hyperoxie.
Matériels et méthodes : Nous avons mené une étude de cohorte rétrospective entre janvier 2015 et décembre 2016. Etaient inclus les patients âgés de plus de 18 ans, avec au moins un prélèvement artériel de GDS au sein du service d’accueil des urgences du CHU de Nice, et étant secondairement admis en réanimation. Nous avons étudié les PaO2 initiales, à H24 et à H48, les paramètres vitaux, les comorbidités, les diagnostics, le moyen d’oxygénation, la mortalité au 28ème jour, et la survenue d’évènements indésirables.
Résultats : Nous avons inclus 326 patients, dont 39,3% étaient hyperoxiques (PaO2 initiale ≥ 120 mmHg), avec une PaO2 moyenne à 132,5 mmHg versus 98,9 mmHg (p<0,001). Environ 44% de nos patients ont une SaO2>98%, et seulement 26,5% des patients BPCO sont dans les cibles recommandées (88-92%). L’administration d’oxygène préhospitalier est un facteur de risque indépendant d’hyperoxie initiale (p=0,016). La ventilation mécanique est un facteur de risque indépendant d’hyperoxie à H24 (p=0,0013). L’OAP et le sepsis sont des facteurs protecteurs d’hyperoxie (p=0,008 et p<0,0001). Il n’y a pas de différence de mortalité au 28ème jour entre les deux groupes (p=0,85) ni sur la survenue d’évènements indésirables (p=0,63).
Conclusion : L’oxygénothérapie préhospitalière et la ventilation mécanique sont des facteurs de risques d’hyperoxie. Il semble nécessaire de sensibiliser les professionnels de santé aux règles de prescription et de surveillance de cette thérapie, dans le but de prévenir la morbi-mortalité liée à une exposition prolongée et excessive d’oxygène.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [24 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01634583
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : mardi 14 novembre 2017 - 11:58:58
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:32:59
Document(s) archivé(s) le : jeudi 15 février 2018 - 13:40:57

Fichier

2017NICEM124.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01634583, version 1

Citation

Anne Gourounas. Incidence et recherche de facteurs prédictifs d'hyperoxie en médecine d'urgences : analyse de 326 patients pris en charge aux urgences et secondairement admis en réanimation. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01634583〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

51

Téléchargements de fichiers

83