Évaluation de la réponse cardio-ventilatoire à l’hypoxie chez des apnéistes confirmés

Résumé : Contexte : les apnéistes entraînés sont exposés à des épisodes répétés d’hypoxie et d’hypercapnie au cours de leurs apnées prolongées. Cet entraînement permet aux apnéistes aguerris de bénéficier d’une accentuation des réponses physiologiques humaines, telles que la bradycardie, la vasoconstriction périphérique ou la baisse du débit cardiaque. Il a été supposé que leur entraînement spécifique permettrait aux apnéistes d’augmenter la sensibilité des chémorécepteurs à l’hypoxie. L’objectif principal est de comparer la réponse cardio-ventilatoire à l’hypoxie entre un groupe d’apnéistes aguerris et un groupe témoins de manière à évaluer leur tolérance à l’hypoxie, à l’aide d’un test protocolisé élaboré pour évaluer le risque de pathologies spécifiques en haute altitude. Matériel et méthodes : étude prospective de cohorte, réalisé à l’hôpital cardiologique du Haut-Lévêque (CHU Bordeaux) de mai 2017 à septembre 2017. Les patients inclus étaient des apnéistes majeurs ayant réalisés des compétitions au niveau régional et ayant un record d’apnée statique au-delà de quatre minutes. Les témoins étaient des patients sains, non apnéistes, appariés au sexe, à l’âge et au poids. Au cours d’un test hypoxique selon le protocole Richalet, nous avons évalué onze apnéistes confirmés et onze témoins. Le critère de jugement principal était la meilleure tolérance à l’hypoxie au cours de l’exercice chez les apnéistes, définie par une moindre désaturation en oxygène ainsi qu’une réponse ventilatoire ou cardiaque plus performante chez les apnéistes comparativement à la population générale. Résultats : la réponse cardiaque et ventilatoire lors d’un effort en hypoxie n’a pas été significativement différente entre la population d’apnéistes et celle des témoins (RCHe : 1.2 ± 1.1 bpm.%-1 vs 0.5 ± 0.6 bpm.%-1 respectivement chez les témoins, NS ; RVHe : 1.6 ± 2.7 L.min-1.kg-1 vs 0.7 ± 0.8 L.min-1.kg-1 respectivement chez les témoins, NS). La différence de saturation à l’effort n’a pas été significative entre les deux groupes (21.5 ± 11.8% vs 19.2 ± 8.5% chez les témoins, NS). En conséquence, aucune différence significative n’a été retrouvée sur les scores prédictifs de SHAI entre les deux groupes (4.1 ± 2 vs 5.1 ± 2, NS). Conclusion : notre étude n’a pas permis de mettre en évidence de différence significative concernant le risque de pathologies de haute altitude entre une population d’apnéiste et la population générale. La recherche d’une meilleure réponse cardio-ventilatoire pourrait faire l’objet d’une étude ultérieure, comportant un échantillon plus large.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [100 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01635870
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mercredi 15 novembre 2017 - 18:32:04
Dernière modification le : samedi 25 novembre 2017 - 01:24:09
Document(s) archivé(s) le : vendredi 16 février 2018 - 15:38:01

Fichier

Med_generale_2017_Vincent.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01635870, version 1

Collections

Citation

Quentin Vincent. Évaluation de la réponse cardio-ventilatoire à l’hypoxie chez des apnéistes confirmés. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01635870〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

58

Téléchargements de fichiers

176