Les benzodiazépines indiquées dans le traitement de l'insomnie et de l'anxiété‎ : risques liés à leurs utilisations excessives et alternatives possibles à leur prescription

Résumé : Les benzodiazépines (BZD) forment une classe de médicaments psychotropes utilisés dans le traitement médical de l'anxiété, de l'insomnie, de l'agitation psychomotrice, des convulsions, ou dans le contexte d'un syndrome de sevrage alcoolique. Elles sont principalement utilisées comme anxiolytiques et hypnotiques, mais elles possèdent également 3 autres effets : antiépileptiques, amnésiantes et myorelaxantes. Les benzodiazépines agissent au niveau du principal neurotransmetteur inhibiteur du cerveau, le GABA, en tant qu’agonistes des récepteurs GABA de type A (GABA-A). Cette famille médicamenteuse représente aujourd’hui en France la solution médicamenteuse la plus utilisée dans le traitement des troubles anxieux et des troubles du sommeil.
Cependant la dangerosité de leur utilisation à long terme a conduit les autorités de santé françaises à restreindre leur durée de prescription à 4 semaines pour les hypnotiques et à 12 semaines pour les anxiolytiques. En effet, l'usage prolongé de benzodiazépines est problématique en raison de l'apparition d'une dépendance tant physique que psychique, d’une tolérance et d'un syndrome de sevrage à l'arrêt du traitement. Chez le sujet âgé, ces benzodiazépines peuvent également provoquer des troubles cognitifs (amnésie, troubles de l’attention, sédation excessive) et des troubles musculaires (risque de chutes et de fractures). De plus, depuis quelques années, des recherches évoquent l’existence d’un lien entre la consommation de benzodiazépines et la survenue de démence (dont la maladie d’Alzheimer) chez le sujet âgé.
En France, la moyenne d’âge des consommateurs de benzodiazépines est de 56 ans. On est donc face à une population relativement âgée qui consomme chroniquement ces benzodiazépines et qui est donc grandement exposée à ces risques. L’arrêt de ce type de traitement ne doit pas se faire brutalement, il doit se faire progressivement pour éviter le risque d’apparition d’un syndrome de sevrage ou d’un phénomène de rebond.
Afin d’éviter l’exposition aux effets indésirables potentiellement dangereux des benzodiazépines, les professionnels de santé se doivent de proposer des alternatives à ces substances. Alternatives qui peuvent être médicamenteuses comme d’autres familles d’anxiolytiques/hypnotiques ou des traitements à base de plantes (phytothérapie). Ou encore des alternatives médicamenteuses telles que des thérapies cognitivo-comportementales ou des médecines alternatives (homéopathie, aromathérapie, acupuncture…).
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [108 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01638579
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : lundi 20 novembre 2017 - 11:00:29
Dernière modification le : jeudi 7 décembre 2017 - 12:34:13

Fichier

FERRAND Aurélien.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01638579, version 1

Citation

Aurélien Ferrand. Les benzodiazépines indiquées dans le traitement de l'insomnie et de l'anxiété‎ : risques liés à leurs utilisations excessives et alternatives possibles à leur prescription. Sciences pharmaceutiques. 2017. 〈dumas-01638579〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

15

Téléchargements de fichiers

19