Estimation de la prévalence et descriptions des situations à risque d’interactions médicamenteuses en France à partir des données de l’assurance maladie

Résumé : Les interactions médicamenteuses seraient à l’origine de 2 à 5 % des hospitalisations chez les personnes âgées et de 1 % des hospitalisations en population générale. Cependant, très peu de données sont disponibles sur les médicaments concernés et sur la gravité des interactions rencontrées. L’objectif de cette étude était d’estimer la prévalence des Interactions Médicamenteuses Potentielles (IMP) de niveau de sévérité élevée en France et d’identifier les couples de médicaments les plus à risques.Cette étude transversale a été réalisée à partir d’un échantillon de délivrances de médicaments délivrés entre 2010 et 2015 en France, identifié dans la base de données de l’Echantillon Généraliste de Bénéficiaires de l’assurance maladie (EGB). La prévalence des IMP de haut niveau de sévérité a été estimée de manière brute et à l’aide d’un indicateur de risque d’association développé pour l’étude : le DIPS-Score (DS). Les analyses ont été réalisées à l’échelle des substances actives et des classes pharmacologiques (niveau 2 de l’Anatomical Therapeutical Chemical classification). Nous avons identifié et analysé 6 908 910 délivrances dont 13 196 (0,2 %) comprenaient des associations de médicaments contre-indiquées (CI) et 95 410 (1,4 %) des associations de médicaments déconseillées (AD). Le DS médian était de 0,4 pour les CI et de 0,6 pour les AD. Parmi les 20 CI les plus fréquentes, la co-délivrance contre-indiquée présentant la plus forte prévalence correspondait à l’association bisoprolol + flecainide (n = 5 036 co-délivrances) ; celle présentant le DS le plus élevé correspondait à l’association citalopram + hydroxyzine (DS = 3,7 ; 2,9 - 4,6) et celle présentant le DS le plus faible correspondait à l’association clarithromycine + simvastattine (DS = 0,2 ; 0,2 - 0,3). L’analyse par classes ATC retrouvait plus de 50 % des CI entre bétabloquants et médicaments en cardiologie et 10 % des CI entre diurétiques et suppléments minéraux. La prévalence de certaines IMP de haut niveau de sévérité indique la nécessité de nouvelles actions de prévention autour du risque d’interaction médicamenteuse. Dans cette optique, l’utilisation de l’indicateur d’association médicamenteuse DIPS-Score, que nous présentons dans cette thèse, peut permettre d’identifier les IMP les moins prises en compte en situation réelle de soins et d’envisager des études spécifiques ou des actions de préventions les concernant.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [18 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01640102
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : lundi 20 novembre 2017 - 16:51:22
Dernière modification le : samedi 9 décembre 2017 - 01:16:55
Document(s) archivé(s) le : mercredi 21 février 2018 - 14:39:04

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01640102, version 1

Collections

Citation

Louis Létinier. Estimation de la prévalence et descriptions des situations à risque d’interactions médicamenteuses en France à partir des données de l’assurance maladie . Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01640102〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

87

Téléchargements de fichiers

458