Place du traitement préventif en cas d’antécédent de pathologie vasculaire avec lésions d’infarctus placentaire et d’accouchement après 34 semaines d’aménorrhée lors de la grossesse précédente : étude rétrospective comparative portant sur 52 patientes à la Maternité du centre Aliénor d’Aquitaine - CHU de Bordeaux

Résumé : Introduction : la pré-éclampsie (PE) et le retard de croissance intra-utérin (RCIU) vasculaire sont des complications gravidiques fréquentes responsables d’une lourde morbi-mortalité materno-fœtale. Une prévention de la récidive par aspirine est recommandée lorsque l’événement survient avant 34 semaines d’aménorrhée (SA). L’objectif de ce travail est d’évaluer l’intérêt d’un traitement préventif en cas d’antécédent vasculaire gravidique survenu après 34 SA, avec présence de lésions d’infarctus placentaire considérée comme un critère de gravité dans cette étude. Matéiel et Méthode : étude rétrospective monocentrique au CHU de Bordeaux portant sur 52 patientes ayant présenté une PE et/ou un RCIU après 34 SA lors d’une 1ère grossesse, avec lésions d’infarctus placentaire considéré comme critère de gravité, et ayant bénéicié ou non d’un traitement préventif par aspirine au cours d’une 2nde grossesse. Résultats : il n’y a pas de différence significative entre les 2 groupes (n=34 dans le groupe traité et n=18 dans le groupe non traité) concernant la récidive d’une PE (14,7% versus 11,1% ; p=1) et/ou d’une RCIU vasculaire (29,4% versus 27,8% ; p=0,9). Parmi les 34 patientes traitées par aspirine, il y a toutefois une diminution significative de 26,5% des récidives de PE (p=0,02) et de 41,2% des récidives de RCIU (p<0,001) entre la 1ère et la 2ème grossesse. Conclusion : dans notre population, les taux de récidive de complications vasculaires étaient comparables dans les 2 groupes. Cependant, parmi les patientes traitées, on met en évidence une diminution significative des PE et RCIU lors d’une nouvelle grossesse. Le traitement préventif pourrait avoir sa place pour certaines patientes, des travaux prospectifs randomisés à plus grande échelle doivent être menés afin d’identifier les critères de gravité qui permettraient de déterminer la sous-population qui pourrait bénéficier de l’intérêt d’un traitement préventif.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [71 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01649816
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : lundi 27 novembre 2017 - 18:20:17
Dernière modification le : samedi 9 décembre 2017 - 01:16:55

Fichier

 Accès restreint
Fichier visible le : 2018-10-17

Connectez-vous pour demander l'accès au fichier

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01649816, version 1

Collections

Citation

Frédéric Lanse. Place du traitement préventif en cas d’antécédent de pathologie vasculaire avec lésions d’infarctus placentaire et d’accouchement après 34 semaines d’aménorrhée lors de la grossesse précédente : étude rétrospective comparative portant sur 52 patientes à la Maternité du centre Aliénor d’Aquitaine - CHU de Bordeaux. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01649816〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

27