Efficacité et tolérance des molécules utilisées dans le traitement des paraphilies : évolution et nouveautés depuis les recommandations de la Haute Autorité de Santé publiées en 2010

Résumé : Les auteurs de violences sexuelles présentent un risque important de récidive dans le temps. L'injonction de soins, émanant de la loi du 17 juin 1998, permet de leur délivrer des soins par décision de justice. A côté des diverses psychothérapies, des traitements médicamenteux peuvent leur être proposés : antidépresseurs de type ISRS, traitements anti-androgènes (CPA principalement) et des analogues de la GnRH. L'objectif de cette thèse est de faire un état des lieux concernant de tels médicaments, en distinguant la période avant les recommandations de la HAS de la période postérieure à ces recommandations. Ainsi, dans un premier temps, une revue de la littérature antérieure aux recommandations de la HAS de 2010 est menée. Le niveau de preuve scientifique des études concernant l'efficacité des ISRS, des traitements anti-androgènes (CPA) et des analogues de la GnRH se révèle très faible (Niveau de preuve C), cependant, quasiment toutes les études menées concluent à une efficacité de ces traitements chez les patients souffrant de paraphilie. La HAS recommande la prescription d'ISRS (hors AMM) dans les cas de paraphilies à faible risque de passage à l’acte (exhibitionnisme, pédophilie sans antécédent de passage à l’acte) et à forte tonalité compulsive, ou en cas de dépression associée. La HAS recommande la prescription du CPA et des analogues de la GnRH aux « pédophiles sévères » (c’est-à-dire ayant un risque important de passage à l’acte ou de violence) et aux « violeurs récidivistes avec comportement prédateur ». La deuxième partie de ce travail actualise les données de la littérature depuis les recommandations de la HAS de 2010 jusqu'au 31 juillet 2016. 6 rapports de cas et 3 études, publiés pendant cette période, permettent de mettre en évidence des circuits cérébraux activés chez les paraphiles, l'importance du cortex cingulaire antérieur et surtout l'action des traitements médicamenteux à ce niveau. Ces études mettent en lumière de nouveaux critères de jugements tels que l'IRM fonctionnelle et l'oculométrie, plus objectives que les critères utilisés précédemment pour juger l'efficacité des traitements. Enfin, de nouvelles pistes thérapeutiques apparaissent avec une prise en charge des patients en milieu ouvert plus efficace qu'en milieu fermé, la prise en charge médicamenteuse précoce des paraphiles adolescents, l'utilisation de la Neuroadaptagen Amino-Acid Therapy (NAAT) et de la stimulation cérébrale profonde.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [148 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01655093
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : lundi 4 décembre 2017 - 16:11:48
Dernière modification le : samedi 9 décembre 2017 - 01:16:55

Fichier

 Accès restreint
Fichier visible le : 2019-10-10

Connectez-vous pour demander l'accès au fichier

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01655093, version 1

Collections

Citation

Aurélie Gehin-Gailleton. Efficacité et tolérance des molécules utilisées dans le traitement des paraphilies : évolution et nouveautés depuis les recommandations de la Haute Autorité de Santé publiées en 2010. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01655093〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

87