Le médecin réserviste du service de santé des armées

Résumé : Généralités :
Le contexte actuel tant économique, que sécuritaire, conduit à un changement dans la manière de fonctionner du service de santé des armées. Un des points clé dans le futur sera la mise en avant de la réserve opérationnelle. Celle-ci reste encore méconnue du grand public.
Dans ce travail nous nous sommes donc intéressés à présenter le médecin réserviste de 2017.
Méthodes :
Une enquête prospective par l’intermédiaire d’un questionnaire a été réalisée de janvier à juillet 2017 auprès de l’ensemble des médecins réservistes du service de santé des armées.
Résultats :
139 réponses ont pu être collectées. Le médecin est majoritairement un homme (85%), d’environ 56 ans. 27% d’entre eux sont médecins généralistes et 48% sont médecins en chef avec une activité majoritaire en antenne médicale. Il effectue en moyenne 26 jours par an. Seuls 29% d’entre eux sont partis en OPEX. Plus de 90% pensent continuer cette pratique et ce malgré l’existence de difficultés organisationnelles et financières. En effet, pour les médecins libéraux l’indemnisation d’une journée de réserve n’est pas égale à celle d’une journée au cabinet. Les hospitaliers quant à eux n’ont que 5 jours par an pouvant être pris sur leur temps de travail. Il faut aussi tenir compte de l’impact sur leur de vie famille. Une autre problématique concerne le nombre de réservistes proches de la retraite plus important que celui de la jeune génération. Se pose alors la question du canal de recrutement auprès des jeunes médecins. Les médecins aimeraient à l’avenir qu’il y ait une amélioration des temps de traitement administratif, une meilleure intégration des jours de réserve dans leur temps de travail, un accès plus simple aux formations et la possibilité de partir en OPEX.
Conclusion :
La médecine militaire a toujours su évoluer avec son temps et ce encore aujourd’hui à l’heure où les menaces changent et imposent une autre façon d’agir. La montée en puissance de la réserve doit permettre cette évolution. Nous avons pu constater que la motivation des réservistes à servir leur pays reste d’actualité. Il ne faut cependant pas oublier qu’ils sont avant tout médecins civils et qu’il est important de ne pas trop alourdir les démarches et plannings que cet engagement volontaire induit.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [77 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01663633
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : vendredi 15 décembre 2017 - 10:06:24
Dernière modification le : mardi 19 décembre 2017 - 01:15:19

Fichier

Leguesdron-Guillaume.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01663633, version 1

Citation

Guillaume Leguesdron. Le médecin réserviste du service de santé des armées. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01663633〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

188

Téléchargements de fichiers

276