Nivolumab et interférences analytiques dans les explorations thyroïdiennes

Résumé : Le nivolumab est un anticorps, agissant via l'inhibition de la voie du PD1. Cette voie est responsable de l'inhibition de l'action des lymphocytes T. Ce traitement a pour indications : le traitement des mélanomes métastatiques, des cancers broncho-pulmonaires non à petites cellules métastasés, des carcinomes urothéliaux métastasés.
Cette stimulation de l'immunité cellulaire est responsable d’effets indésirable tels que l'apparition de maladies auto-immunes : dysthyroïdies auto-immunes, colites, pneumopathies interstitielles. Toutefois bien que très fréquentes les dysthyroïdies sont la plupart du temps asymptomatiques. Ce constat associé au mécanisme d'action du traitement nous a amené à envisager l'hypothèse d'interférences analytiques.
À l'heure actuelle, il n'existe aucune étude ayant cherché à détecter d'éventuelles interférences analytiques dans les dosages hormonaux réalisés au cours des immunothérapies.
L'objectif principal était de rechercher l'existence d'interférences liées à l'utilisation du Nivolumab dans l'interprétation du bilan thyroïdien.
L'objectif secondaire était de rechercher des facteurs favorisant l’apparition de perturbations du bilan thyroïdien.
Méthodes :
Une étude rétrospective et observationnelle a évalué l'ensemble des patients du CHU de Rouen traité par Nivolumab de Mars 2017 à Août 2017. Les patients ont été séparés en 2 groupes : ceux dont le bilan thyroïdien était normal et ceux dont le bilan thyroïdien a présenté des anomalies. Pour les patients du second groupe : un bilan thyroïdien de contrôle a été fait au CHU avec recherche d'anticorps anti TPO systématique. Les patients ayant un bilan anormal sans retentissement clinique, ni anticorps ont été évalué pour une recherche d’interférence analytique, en cas de variation importante de la TSH ou de la T4 entre deux bilans ou de discordance au cours d’un même bilan nous a amené à contrôler le bilan sur une troisième technique.
Résultats :
126 patients ont été inclus et 56 ont présenté une perturbation du bilan thyroïdien. 22 patients ont été perdus de vus. 5 ont présenté un dosage d'anticorps positifs et 2 avaient une atteinte clinique majeure. Les 27 autres patients étaient à risque de présenter une interférence analytique, l'étude de leurs bilans thyroïdiens a permis de définir 12 patients à risque important. Ces derniers ont bénéficié d’un contrôle du bilan thyroïdien sur une autre trousse de dosage au CHU de Caen. Après analyse multivariée, le sexe masculin et la présence de métastases osseuses réduisent significativement le risque d’apparition d’anomalie du bilan thyroïdien. La présence des métastases qui inclassées était significativement associée à la survenue d’anomalie du bilan thyroïdien
Conclusion :
La forte suspicion d'interférences analytiques observées au-cours de notre étude, ainsi que l'émergence de facteurs favorisants les perturbations thyroïdiennes renforcent l'intérêt pour la réalisation d'études complémentaires concernant les phénomènes de régulation des hormones thyroïdiennes sous ce type de thérapies.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [79 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01663919
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : jeudi 21 décembre 2017 - 11:37:23
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34

Fichier

Le Bolc'h-Romain.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01663919, version 1

Citation

Romain Le Bolc'H. Nivolumab et interférences analytiques dans les explorations thyroïdiennes. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01663919〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

42

Téléchargements de fichiers

63