Interprétation des biomarqueurs du liquide céphalorachidien dans la maladie d’Alzheimer et les dégénérescences lobaires fronto-temporales

Résumé : Les troubles cognitifs majeurs regroupent plusieurs maladies neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimer (MA) et les dégénérescences fronto-temporales (DLFT) dont le diagnostic clinique peut parfois être difficile. Les dosages des biomarqueurs Alzheimer du liquide céphalorachidien (LCR) ont montré dans de nombreuses études un intérêt clinique pour identifier une MA comparativement à une DLFT.
Toutefois, ces études reposant sur un diagnostic de référence clinique, par conséquent incertain, ont conduit à une sous-estimation de la performance de ceux-ci et rendent le choix de la meilleure méthode d’interprétation de ces biomarqueurs difficile.
L’objectif de ce travail est à partir de diagnostics certains chez des patients avec MA ou DLFT, de déterminer la meilleure interprétation des biomarqueurs du LCR pour le diagnostic de MA.
Méthodes :
Cette étude a inclus les patients avec biomarqueurs du LCR, issus de 23 centres mémoires en France, dont le diagnostic reposait sur une analyse neuropathologique ou la présence d'un variant génétique causal des gènes PSEN1, PSEN2, APP (mutation et duplication) pour la MA et de GRN, MAPT, VCP ou C9ORF72 (expansions) pour les DLFT. Les contrôles ne devaient pas présenter de troubles cognitifs ou une régression de ceux-ci à deux ans. Les performances ainsi que les seuils optimaux des biomarqueurs ont été calculés à partir des courbes ROC avec analyses de la sensibilité et spécificité dans chaque cas. Les facteurs pouvant modifier les biomarqueurs ont été déterminés.
Résultats :
116 patients MA, 55 DLFT et 33 contrôles ont été inclus. Les groupes étaient comparables sauf l'âge moyen et le MMSE plus bas dans le groupe MA (p<0,001). Le IATI était le plus performant pour distinguer les MA des contrôles avec un seuil à 0,8 et aire sous la courbe (AUC) de 0,9804. Le ratio P-Tau /Aβ42 était le plus performant pour distinguer les MA des DLFT (AUC 0,9932). Le MMSE était inversement corrélé aux valeurs de Tau (p<0,005) et augmentait avec les valeurs d’Aβ42 (p<0,005). L'âge était significativement inférieur lorsque les valeurs de Tau (p <0,001), P-Tau (p <0,001) étaient plus grandes et Aβ42 plus bas (p<0,005).
Discussion :
Ce travail est le premier à partir d’une cohorte de diagnostics certains, à montrer que le ratio P-Tau/Aβ42 est le plus performant pour distinguer une MA d’une DLFT, avec une validité diagnostique supérieure aux biomarqueurs isolés. Le IATI est la meilleure combinaison de biomarqueurs pour distinguer les MA des sujets contrôles. Ces combinaisons de biomarqueurs pourraient être retenues pour affirmer les diagnostics de MA en clinique mais également en recherche notamment thérapeutique.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [136 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01664794
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : vendredi 15 décembre 2017 - 11:08:59
Dernière modification le : mercredi 25 juillet 2018 - 01:23:20

Fichier

Rabel-Constance.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01664794, version 1

Citation

Constance Rabel. Interprétation des biomarqueurs du liquide céphalorachidien dans la maladie d’Alzheimer et les dégénérescences lobaires fronto-temporales. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01664794〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

40

Téléchargements de fichiers

174