Étude du polymorphisme du récepteur Toll-like 4 dans le syndrome des anti-phospholipides

Résumé : Le syndrome des anti-phospholipides (SAPL) est caractérisé par la survenue de thromboses et d’évènements obstétricaux pouvant engager le pronostic vital. Une meilleure compréhension de sa physiopathogénie permettrait de stratifier le risque thrombotique. Les récepteurs Toll-like (TLR), acteurs de l’immunité innée, sont impliqués dans de nombreuses maladies auto-immunes. Le TLR4 joue un rôle dans la régulation de la dysfonction endothéliale et deux de ses polymorphismes, SNP rs4986790(Asp299Gly) et SNP rs4986791(Thr399Ile), ont été étudiés.
L’objectif principal de notre travail était d’étudier le polymorphisme du TLR4 dans une cohorte de patients atteints de SAPL comparativement à un groupe témoin. L’objectif secondaire était de comparer les caractéristiques cliniques des patients SAPL en fonction de leur polymorphisme du TLR4.
Patients et méthodes :
Il s’agit d’une étude monocentrique rétrospective au sein du CHU de Rouen. L’inclusion des patients atteints de SAPL ou porteurs de « SAPL biologique » reposait sur la DNA-thèque d’exploration de TCA allongé et bilan de thrombophilie de 1999 à 2016, et sur des patients issus de consultations de janvier 2016 à juillet 2017. L’ADN de ces derniers a été extrait après signature d’un consentement éclairé. Un groupe de témoins indemnes de SAPL a été constitué. Les SNP rs4986790 et rs4986791 du TLR4 ont été analysés par PCR-temps réel avec identification des formes sauvages ou des formes mutées.
Résultats :
Au total 87 patients ont été inclus, dont 14 patients porteurs de « SAPL biologique » et 73 patients atteints de SAPL. Le groupe témoin était constitué de 70 patients. Au sein de la cohorte de SAPL, le sex ratio était de 1:3 et l’âge moyen au diagnostic de 42 +/- 14 ans. Les SAPL primaires étaient au nombre de 49 (67%), et les SAPL secondaires au nombre de 24 (33%). L’étude du polymorphisme de TLR4 dans le groupe SAPL versus groupe témoin a mis en évidence une augmentation significative des SNP mutés dans le groupe SAPL (N=15 (21%) comparativement au groupe témoin (N=5 (7%), p= 0,03). La prévalence de la forme mutée du SNP était significativement augmentée chez les patients SAPL secondaires comparativement aux SAPL primaires (N=9 (60%) versus N=6 (40%), p=0,03).
Conclusion :
Nos résultats font évoquer un rôle pathogène de la forme mutée des SNP rs4986790(Asp299Gly) et rs4986791(Thr399Ile) du TLR4 dans le SAPL. Cette donnée pourrait permettre de mieux évaluer le risque thrombotique et la balance bénéfice-risque d’une anticoagulation prolongée chez certains patients et permettre une prise en charge personnalisée.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [122 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01665117
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : vendredi 15 décembre 2017 - 15:27:21
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34

Fichier

Devloo-Cécile.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01665117, version 1

Citation

Cécile Devloo. Étude du polymorphisme du récepteur Toll-like 4 dans le syndrome des anti-phospholipides. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01665117〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

39

Téléchargements de fichiers

60