PD-L1 est-il un marqueur pronostic dans les tumeurs de vessie n'infiltrant pas le muscle à haut risque traitées par instillations endo-vésicales de BCG ?

Résumé : Le BCG est le traitement de référence des tumeurs de vessie n’infiltrant pas le muscle (TVNIM) à haut risque, avec un taux de récidive autour de 40%. Chez ces patients, deux problèmes majeurs existent : le manque de biomarqueur pronostic fiable et l’absence d’alternative thérapeutique conservatrice efficace.
Récemment l’immunothérapie par anticorps anti PD-L1 dans le cadre des tumeurs de vessie infiltrantes a apporté des résultats prometteurs. L’expression de PD-L1 en immunohistochimie en tant que marqueur prédictif de réponse thérapeutique reste néanmoins controversée.
L’objectif de notre étude était d’évaluer la place de PD-L1 en tant que biomarqueur pronostic dans les TVNIM à haut risque récidivant de façon précoce après instillations endovésicales de BCG.
Matériel et méthodes
Notre étude bicentrique (CHU de Rouen et CHU du Kremlin-Bicêtre) rétrospective a inclus 186 patients présentant une TVNIM à haut risque survenue de novo de 2000 à 2015, traités par 6 instillations endo- vésicales de BCG, puis classés en deux groupes : bons répondeurs (n=148) et mauvais répondeurs (n=38) au BCG, définis comme présentant une récidive tumorale précoce après le traitement d’attaque. Le lien entre la récidive tumorale et l’expression de PD-L1 en IHC par les cellules tumorales et les cellules inflammatoires du stroma péri tumoral a été étudié, via une variante du test exact de Fisher. Le lien entre l’expression de PD-L1 et l’infiltrat inflammatoire, le stade tumoral et la progression de même que l’évolution de PD-L1 entre tumeurs initiales et récidives ont été étudiés.
Résultats
Pour un seuil de positivité de PD-L1 pour les TC >= 1%, 20,5% des patients MR étaient PD-L1 négatifs contre 20% PD-L1 positifs (p=0,97). Les résultats étaient similaires pour les IC aux seuils 1% et 5%. La positivité de PD-L1 par les IC (seuil ³1%) était corrélée à la densité de l’infiltrat inflammatoire péri tumoral (95,2% infiltrat dense vs 47,2% infiltrat faible, p<0,05), avec une hausse d’expression de PD-L1 par les IC après BCG thérapie (p=0,006). L’expression de PD-L1 par les TC (seuil >=1%) était corrélée au stade tumoral initial, le stade pT1 marquant le plus l’anticorps (CIS vs pT1, p=0,023).
Conclusion
Notre étude n’a pas permis de mettre en évidence de lien entre la positivité de PD-L1 et la récidive tumorale précoce après traitement d’attaque par instillations endo-vésicales de BCG. Le lien entre infiltrat inflammatoire et positivité de PD-L1 dans notre série nous permet d’asseoir l’intérêt d’associer à l’expression de PD-L1 l’évaluation de la densité de l’infiltrat inflammatoire et des LT en tant que marqueur pronostic. L’intensification de l’expression de PD-L1 par les IC après BCG thérapie conforte la nécessité d’étudier les traitements combinés BCG/anticorps anti-PD-L1 dans les TVNIM récidivant précocement après BCG.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [121 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01670347
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : jeudi 21 décembre 2017 - 12:19:27
Dernière modification le : vendredi 13 avril 2018 - 16:44:03

Fichier

Delcourt Clara.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01670347, version 1

Citation

Clara Delcourt. PD-L1 est-il un marqueur pronostic dans les tumeurs de vessie n'infiltrant pas le muscle à haut risque traitées par instillations endo-vésicales de BCG ?. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01670347〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

29

Téléchargements de fichiers

70