Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Impact de la mise en place d’un nouveau protocole d’administration du surfactant exogène sur l’incidence de la dysplasie bronchopulmonaire chez les extrêmes prématurés

Résumé : Les progrès réalisés en néonatalogie ont permis la survie de nouveau-nés de plus en plus immatures mais n’ont pas permis de diminuer l’incidence de la dysplasie bronchopulmonaire (DBP) qui est la complication respiratoire chronique la plus sévère et la plus fréquente de la grande prématurité.
L’étiologie de la DBP est multifactorielle. La part iatrogène liée à la ventilation invasive est bien connue. L’administration intra-trachéale de surfactant exogène (SE) fait partie intégrante de la prise en charge des détresses respiratoires néonatales du prématuré et nécessite une intubation trachéale et une ventilation mécanique. De nouvelles méthodes moins invasives d’administration du SE ont vu le jour et ont fait la preuve de leur efficacité. Dans ce contexte, un nouveau protocole d’administration du SE a été mis en place dans le service de Pédiatrie néonatale et de réanimation du CHU de Rouen.
L’objectif de notre étude était d’évaluer l’impact de la mise en place d’un tel protocole sur l’incidence de la DBP chez les extrêmes prématurés. Nous avons réalisé une étude descriptive mono-centrique de type «avant-après ». Les nouveau-nés prématurés entre 24 SA et 27 SA et 6 jours entre le 1er janvier 2014 et le 1er janvier 2015 (période « Avant ») puis entre le 1er juin 2015 et le 1er juin 2016 (période « Après »), au CHU de Rouen, ont été inclus. Trente-trois prématurés avaient été inclus dans le groupe « Avant » et 26 dans le groupe « Après ». Le traitement par SE avait été utilisé chez plus de 90 % des nouveau-nés dans les deux groupes. La méthode « INSURE » avait été utilisée dans 6,4 % des cas dans le groupe « Avant » et dans 33,3 % des cas dans le groupe « Après » (p=0,015). La méthode « LISA » n’avait pas été utilisée, ni avant ni après la mise en place du protocole. La durée moyenne totale de la première intubation était significativement inférieure dans le groupe « Après » (27,7 heures versus 100,8 heures) (p=0,005). La durée moyenne totale de ventilation invasive était de 12 jours dans le groupe « Avant » et de 9 jours dans le groupe « Après » (p=0,680). Cent pour cent des nouveau-nés du groupe « Avant » étaient broncho dysplasiques à J28 contre 94,7 % dans le groupe « Après » (p=0,388). Il n’y avait pas de différence significative observée pour la DBP à 36 SA d’âge corrigé.
La mise en place du nouveau protocole d’administration du SE n’a pas été associée à une diminution significative du taux de DBP chez les extrêmes prématurés. En revanche, elle a été associée à une augmentation significative du nombre d’« INSURE » réalisés. Ces résultats sont encourageants même si les efforts restent à poursuivre, notamment pour le développement des techniques « mini-invasives » d’administration du SE dans notre service.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [99 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01670370
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Thursday, December 21, 2017 - 12:52:05 PM
Last modification on : Monday, December 2, 2019 - 10:24:01 AM

File

TOMCZYK Tifaine.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01670370, version 1

Citation

Tifaine Tomczyk. Impact de la mise en place d’un nouveau protocole d’administration du surfactant exogène sur l’incidence de la dysplasie bronchopulmonaire chez les extrêmes prématurés. Médecine humaine et pathologie. 2017. ⟨dumas-01670370⟩

Share

Metrics

Record views

129

Files downloads

1538