Évaluation des pratiques de prise en charge de la fièvre chez le nourrisson de moins de 3 mois

Résumé : Introduction : la fièvre chez le nourrisson âgé de moins de trois mois est un motif fréquent de consultation aux urgences pédiatriques. L’adhésion aux recommandations, notamment le protocole des urgences pédiatriques, n’est pas complète. Objectifs : évaluer les pratiques actuelles dans la prise en charge de la fièvre chez les nourrissons âgés de un à trois mois admis aux urgences pédiatriques du CHU de Bordeaux. Méthode : étude de pratiques réalisée au moyen d’une étude épidémiologique descriptive mono-centrique des nourrissons fébriles âgés de un à trois mois, admis aux urgences pédiatriques du CHU de Bordeaux du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2011 et du 1er janvier 2016 au 31 décembre 2016. Le critère de jugement principal était le taux d’hospitalisation. Résultats : 530 nourrissons ont été inclus sur les deux années. Le taux d’hospitalisation était de 76,03%. Le taux d’antibiothérapie intra veineuse s’élevait à 59,81% avec une diminution significative en 2016. Les données cliniques et anamnestiques qui influençaient la réalisation d’un bilan sanguin étaient : la durée de la fièvre < 12h, une température maximale <38,4° et des signes de mauvaise apparence clinique ou hémodynamique. Quand une CRP rapide seule était prélevée, on réalisait significativement moins d’examen urinaire. La prévalence des infections bactériennes était de 25,66%, représentées majoritairement par des pyélonéphrites à 21,69%. Trois enfants ont été transférés en réanimation et aucun décès n’a été observé. 13,39% des nourrissons ont reconsulté aux urgences dans le mois suivant leur première admission. Le taux d’infection nosocomiale était de 1,51%. Sur 364 diagnostics initiaux de fièvre d’origine virale, 16 présentaient finalement une IBS. Aucun critère clinique ou anamnestique n’était discriminant pour la prédiction d’une IBS chez ces enfants. Conclusion : les pratiques évoluent vers une diminution de l’antibiothérapie. Du fait de l’absence de critères cliniques discriminants la BU semble nécessaire chez les nourrissons fébriles < 3 mois. Il semble difficile de passer outre une hospitalisation même courte chez ces nourrissons mais chez les enfants à bas risque d’IBS l’antibiothérapie peut être différée. Une approche séquentielle basée sur la réalisation d’une BU dans un premier temps puis d’examen biologique (CRP, PCT) dans un second temps apparait comme performante dans la détection des IBS chez les nourrissons fébriles, ce qui permet d’éviter des antibiotiques inutiles et parfois des hospitalisations.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2018
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [72 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01714718
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mercredi 21 février 2018 - 18:37:23
Dernière modification le : samedi 3 mars 2018 - 01:16:05
Document(s) archivé(s) le : mardi 22 mai 2018 - 14:51:02

Fichier

Med_generale_2018_Grimaud.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01714718, version 1

Collections

Citation

Clémence Grimaud. Évaluation des pratiques de prise en charge de la fièvre chez le nourrisson de moins de 3 mois. Médecine humaine et pathologie. 2018. 〈dumas-01714718〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

153

Téléchargements de fichiers

63