Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Les conseils des soignants suffisent ils à modifier le niveau d’activité physique des diabétiques de type 2 mal équilibrés ?

Résumé : L’objectif de cette étude était d’évaluer l’effet des conseils individualisés incitant l’augmentation du niveau d’activité physique chez des patients diabétiques de type 2, tout en les laissant maîtres de ce changement. Nous avons mené une étude prospective randomisée sur 61 patients ambulatoires, inactifs et mal équilibrés. A la visite de randomisation, le groupe « conseils immédiats » recevaient des conseils personnalisés d’activité physique tandis que le groupe contrôle bénéficiaient alors de conseils généraux ; et seulement à la première visite de suivi à 3 mois (V1) de conseils personnalisés. Les paramètres analysés (notamment le critère de jugement principal, la dépense énergétique active) n’ont pas été significativement modifiés en V1 dans le groupe intervention. En V2 (suivi à 6 mois), cette observation persiste dans les deux groupes. L’effet des conseils, personnalisés ou généraux, immédiats ou différés ne semblent pas avoir d’effet sur le niveau d’AP des patients diabétiques de type 2. D’après la littérature, seules les interventions intensives auraient un impact objectif ; mais elles restent difficiles à mettre en œuvre en pratique. Les facteurs de non observance sont multiples chez les patients DT2 ; décrits dans plusieurs études, ils restent négligés dans la pratique, notamment sur le plan psycho-social. L’activité physique, plus largement, bien que clairement identifiée comme bienfaitrice pour la santé, reste insuffisamment pratiquée dans la population générale. Les différents programmes nationaux témoignent d’une volonté d’agir des pouvoirs publics, à développer davantage aux vus de résultats mitigés. Manque de temps, de formation, d’habitude : les médecins généralistes et professionnels hospitaliers doivent également revoir leurs pratiques. Dans la société toute entière, finalement, c’est tout ce mouvement du « culte » du bien-être, apparu il y a quelques années, qui doit continuer à se développer. Cette étude démontre une nouvelle fois la difficulté à modifier l’hygiène de vie des patients DT2. Il s’agit aujourd’hui de transmettre dans notre société une véritable « culture » de la prévention, de l’école aux foyers, des patients aux soignants ; dans une démarche précoce et globale.
Complete list of metadatas

Cited literature [73 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01759810
Contributor : Fort de France Bhu <>
Submitted on : Thursday, April 5, 2018 - 5:10:34 PM
Last modification on : Monday, July 20, 2020 - 6:46:02 PM

File

Elisabeth BOTTIUS.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01759810, version 1

Collections

Citation

Élisabeth Bottius. Les conseils des soignants suffisent ils à modifier le niveau d’activité physique des diabétiques de type 2 mal équilibrés ?. Endocrinologie et métabolisme. 2017. ⟨dumas-01759810⟩

Share

Metrics

Record views

84

Files downloads

241