Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Le manguier : intérêt pour la phytothérapie

Résumé : Le manguier (Mangifera indica L.) appartient à la famille des Anacardiaceae. Cet arbre, plusieurs fois millénaire est originaire de l'Inde. De tailles variables à feuillage persistant, les feuilles sont alternes, oblongues à oblongues-lancéolés, les fleurs disposées en panicules sont odorantes et les fruits, de taille et de couleur variables, sont des drupes. C'est un arbre qui pousse essentiellement en régions tropicales et sub-tropicales et que l'on retrouve sur tous les continents. L'intérêt porté à cet arbre est dû en partie à son fruit, que les pays occidentaux importent de plus en plus. D'autre part, l'utilisation des différentes parties de l'arbre en médecine traditionnelle laisse supposer une composition chimique intéressante. L'étude chimique fait apparaître de très nombreux composés appartenant à diverses classes. Ce sont les composés polyphénoliques qui sont les plus représentés. En premier Lieu, dans la classe des xanthones, la mangiférine est très présente. Elle peut être considérée comme le principe actif caractéristique du manguier bien que l'on puisse la trouver dans d'autres espèces. Elle est identifiée dans l'écorce, la feuille, la fleur et le fruit. Elle est presque toujours accompagnée par deux isomères, l'isomangiférine et l'homomangiférine. Dans la fleur, elle est associée à la 1, 3, 6, 7 tétrahydroxyxanthone et la 1, 3, 5, 6, 7 pentahydroxyxanthone. Présents en grandes quantités, les tanins sont également très représentatifs des différentes parties de l'arbre (feuille, tige, écorce, graine, fleur, fruit). Ils se retrouvent sous forme de tanins galliques et de tanins condensés ou alors sous forme de molécules de base (acide gallique, acide ellagique, acide protocatéchique). Le manguier est également une source de flavonoïdes appartenant à 4 classes. Les flavonols : quercétine et keampferol sont identifiés dans la feuille, l'écorce, le fruit et la fleur lorsque celle-ci est infectée par Fusarium moniliforrnae. Les autres flavonoïdes plus spécifiques sont la fisetine (flavone), la butine (flavanone) et l'amentoflavone (biflavone) identifiées dans l'écorce. La péonidine-3-galactoside, une anthocyane a été isolée dans la peau d'une variété de mangue de Floride. L'étude de l'écorce a permis d'isoler une coumarine appartenant à la classe des furocoumarines appelée mangcoumarine ainsi que deux chromones, la 2-(4'-methyl-benzoyl)-chromone et la 3-methoxy-2-(4'-méthyl-benzoyl)-chromone. Enfin, une nouvelle amide phénolique, la N-2-(4-hydroxyphenyl)-ethyl-caffeyl-amide a été identifiée dans la fleur. A côté des composés polyphénoliques, des saponosides sont identifiées dans l'écorce dont l'aglycone est le lupa-12-20(29)-diène-3β-28 diol. Concernant plus particulièrement le fruit, qui est le principal intérêt du manguier, on peut mentionner les compositions lipidiques de la pulpe et de la graine dont les acides gras majoritaires sont l'acide stéarique, l'acide palmitique, l'acide linoléique et l'acide oléique. La pulpe peut cependant être caractérisée par la présence de deux acides gras particuliers : l'acide cis vaccénique et l'acide cis-9, cis-15-octodecadiénoïque. L'intérêt du fruit réside surtout dans la grande richesse en vitamine C, pigments caroténoïdes et vitamine A, mais également dans la composition protéique de la graine (sous produit du fruit) qui se rapproche de celle du riz. Ses faibles teneurs en cystéine et méthionine sont compensées par la forte présence des autres acides aminés essentiels laissant envisager la possibilité de produire des mélanges nutritifs possédant un bon rapport E/T (a.a. essentiels/a.a. totaux). L'arôme qui est un caractère important du fruit varie d'une variété à l'autre. Il a cependant été remarqué que le car.-3-ène serait caractéristique des fruits cultivés en Amérique (variétés récentes) alors que le cis-β-ocimène, le myrcène et l'α-terpinolène sont prédominants dans les variétés indiennes (variétés anciennes). Les constituants terpéniques des feuilles et des écorces sont également étudiés. Nous terminerons la description chimique de l'arbre avec un dérivé d'un phénol : le 5-[2-(Z)-heptadecenyl]-résorcinol, constituant essentiel du latex et qui est considéré comme responsable des réactions allergiques fréquemment observées lors de la manipulation du fruit. Les activités pharmacologiques des différentes parties du manguier, feuille, fruit, amande, écorce ainsi que celles de la mangiférine se révèlent variées. La mangiférine possède un effet diurétique et inotrope(+). La graine fournit une huile possédant de faibles risques coronariens et atherogènes et les fibres du fruit montrent une légère capacité à fixer le cholestérol. Ces caractéristiques confèrent au manguier un intérêt dans le domaine cardiovasculaire. Il a été observé d'autre part une activité inhibitrice des MAO par la mangiférine extraite de Canscora decussata. L'activité antibactérienne observée se retrouve dans les extraits aqueux de feuilles et d'écorce ainsi que dans les extraits alcooliques d'amande et d'écorce. Elle peut être due en partie à la mangiférine qui présente une activité envers les germes gram(+) tels que les staphylocoques, les streptocoques et les pneumocoques présents communément dans la flore bactérienne buccale. Ce pouvoir antibactérien des différents extraits est d'autant plus intéressant qu'il ne rencontre pas de résistance contrairement à certains antibiotiques. L'activité antibactérienne du manguier peut être associée à une activité antifongique modérée de l'extrait alcoolique d'amande envers C. lunata et T. mentagrophytes, à une activité antiparasitaire de l'écorce envers Giardia duodenalis ainsi qu'à une activité antivirale envers herpès simplex I et Il. Il est d'autre part intéressant de noter que l'activité antibactérienne de l'extrait aqueux de feuille est associée à une activité anti-inflammatoire sur la muqueuse buccale. L'extrait alcoolique d'amande possède également une activité anti-inflammatoire lors de phénomènes inflammatoires aigus, prolifératifs et immunobiologiques. Enfin, l'extrait alcoolique d'écorce exerce une activité cytotoxique envers certaines cellules tumorales du colon, pulmonaires et rénales. Cette constatation vient compléter les observations faites pour la mangiférine qui induit une prolifération des lymphocytes T et stimule l'immunité non spécifique en activant les macrophages. L'étude chimique et pharmacologique du manguier aboutit à la constatation qu'il est doté d'activités pharmacologiques variées qui sont souvent mises en pratique traditionnellement par l'emploi d'extraits aqueux ou alcooliques des différentes parties de plante. Il est difficile cependant d'établir une relation entre les activités et les structures déterminées du fait de la présence de nombreux constituants qui pourraient en effet agir de façon synergique. On peut toutefois attribuer un rôle important à la mangiférine pour laquelle il a été clairement démontré une activité antibactérienne et cardiovasculaire. Elle possède également une activité sur le SNC ainsi qu'un potentiel antitumoral. Ces constatations permettent de dégager l'intérêt du manguier pour la phytothérapie qui va se positionner à différents niveaux. Tout d'abord, le manguier est un arbre fruitier qui fournit abondamment des fruits possédant de bonnes qualités nutritives. Sur le plan diététique, le fruit constitue un bon apport nutritionnel intéressant de par ses teneurs en vitamine A, B et C. Sa consommation régulière dans les pays du Tiers-Monde contriburait à lutter contre l'avitaminose A qui sévit dans ces pays. D'autre part, la composition en acides gras de la graine permettrait d'obtenir une huile dont les qualités se rapprocheraient de celle de l'huile de tournesol utilisée en alimentation humaine ou en cosmétologie. La graine pourrait être une source de protéines pour l'alimentation du bétail et sa richesse en amidon lui confère un intérêt dans l'industrie textile et papetière. Mais principalement le manguier pourrait être source de principes actifs de médicaments de phytothérapie. L'usage du manguier (écorce et feuille) dans les pathologies infectieuses, ORL et buccopharyngées pourraient être développées grâce à son activité antibactérienne associée à une activité anti-inflammatoire. Il s'agit là d'un usage courant en Inde. Il présente également un intérêt pour le traitement des diarrhées, infectieuses ou non, par son activité antibactérienne, antiparasitaire et la présence de tanins. Il peut également servir de matière première pour l'extraction de principes actifs comme la mangiférine qui possède de réelles qualités pharmacologiques et qui pourrait entrer dans la composition d'un médicament, sous réserve de préciser le mode d'action, complété par des essais cliniques.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01860712
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Thursday, August 23, 2018 - 4:24:25 PM
Last modification on : Wednesday, July 15, 2020 - 8:56:03 AM
Long-term archiving on: : Saturday, November 24, 2018 - 2:24:06 PM

File

1996GRE17030_goulhot_christina...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01860712, version 1

Citation

Christina Goulhot. Le manguier : intérêt pour la phytothérapie. Sciences pharmaceutiques. 1996. ⟨dumas-01860712⟩

Share

Metrics

Record views

415

Files downloads

3278