. Lausanne, , pp.41-42, 2008.

. Siniavski-andré, La civilisation soviétique, p.220, 1988.

G. Vassili, Pour une juste cause, préface et trad. L. Jurgenson, éd. L'âge d'homme, vol.II, p.729, 2008.

. Siniavski-andré, .. A. La-civilisation-soviétique,-trad, K. Sabatier, . Prokhoroff, and . Michel, Le tout, accompagné d'un sentiment d'impuissance, de fascination ; la docilité du bétail bien nourri et bichonné, vol.300, p.222, 1988.

, Dans cette tirade introspective, le sarcasme muet de l'alter ego de l'écrivain est notable : dans un monde de terreur et d'illogisme, il faut taire la logique

, Strum ne parle pratiquement pas ; à peine se hasarderat-il, par trois fois, à un « je vois, je vois, je vois » sans danger. Il peut exprimer d'un grognement, sa résignation ; mais son indignation sarcastique, il la contient à l'intérieur de lui. Ce huis clos, représentant initialement un dialogue équilibré entre confrères, approxime plutôt une comparution devant une cour d'assises, où tout est joué et décidé d'avance : Strum est debout en attendant que tombe la sentence à laquelle il ne peut échapper, La duplicité dont Strum se retrouve atteint est nettement identifiable dans ce dialogue sans dialogue entre Strum et les autres

. La-peur-inonde-strum-grossman, « Il sortit son stylo. » Par cette phrase lapidaire, l'écrivain expie sa propre faute : « le rebelle était, aujourd'hui, devenu l'homme le plus accommodant du monde » 301 et signait la lettre d'accusation portée aux médecins juifs dans le Complot des Blouses blanches

L. De-strum-grossman, son moi naturel et dissident s'exprime intérieurement s'il est en public. Mais, ouvertement et librement, devant les trois seules personnes encore dignes de confiance : Guénia Nikolaïevna sa belle-soeur

, En leur présence rassurante et comme pour s'affranchir des longues phases de mutisme qu'il s'impose en société, Strum se laisse aller à de longs monologues réparateurs

, La scène suivante met en scène un dialogue entre Strum et Guénia, dialogue duquel celle-ci 300 GROSSMAN Vassili, OEuvres, Vie et destin, vol.55, pp.715-719

. Ibidem,

, contre toute attente, éperdument amoureux l'un de l'autre, et ce bien malgré eux ; cet amour fictionnel est une douce allusion à l'amour réel de Grossman pour Ekaterina Zabolotskaïa, l'épouse de son ami et poète Nikolaï Zabolotski. la Loubianka et de ses sinistres interrogatoires. Par le deuxième, Grossman rend plutôt compte des difficultés du quotidien de l'après-goulag : tout en décrivant aussi la vie au goulag, l'écrivain trace le retour, dans la société hors barbelés, d'un zek libéré suite à la mort de Staline

, ? La vieille garde bolchevique mise à mal par Staline

, Krymov-, Grossman montre que les héros du marxisme-léninisme ne sont pas ceux du stalinisme. Le nouveau despote veut modeler et construire ses propres héros à sa guise : démodés et gênants, les héros du despote précédent-les héros de la Révolution-sont déportés hors de la société soviétique nouvelle et ainsi hors d, En envoyant au bagne ou en prison les différents personnages représentant la vieille garde bolchévique-Abartchouk, Mostovskoï

«. Cette-Élite, + Rien n'est plus dur que d'être orphelin du temps. Rien n'est plus dur que le sort du mal-aimé qui n'est pas de son temps. Les mal-aimés du temps se reconnaissent sur-le-champ, dans les services du personnel, dans les comités du parti, dans les sections politiques de l'armée, dans les rédactions des journaux, dans la rue, Staline la haïssait déjà pour la simple raison qu'elle était populaire à une époque où lui-même était encore un inconnu : c'était l'envie et la haine du bâtard pour les fils légitimes de la révolution

G. Vassili, . Oeuvres, . Vie-et-destin, and I. Partie, , p.32

A. Le,

«. Douce, douce Macha? Elle ne porte plus de bas fins

, C'est difficile de rester propre dans un wagon à bestiaux

«. , ai mentionné dans l'introduction du présent essai *le Cas Grossman+ que le

&. Tuwim, . Sous-une-forme-ou-sous-une-autre,-s'est-manifesté-chez-de-nombreux, and . Écrivains, Chez nombre d'entre eux, pour la plupart, il a disparu, alors que chez Grossman, il s'est incrusté, il s'est exacerbé, d'après une mémorialiste, au point de devenir de la ''folie''. Le contexte général, le tempérament de Grossman et les circonstances particulières de sa vie n'y sont pas étrangers, MARKISH Simon, Le cas Grossman, trad. D. Négrel, éd. Julliard/L'âge d'homme, vol.349, p.60, 1983.

, Grossman de la Madone à l'Enfant tombe comme une évidence : « la Madone était une mère juive et son fils un petit enfant juif circoncis. A ce titre, l'un et l'autre n'auraient sans doute pas échappé vivants des mains des nazis, vol.350, p.351

D. La-babouchka, A. Vladimirovna, and .. Une-vieille-femme-russe,

, La babouchka-la grand-mère russe-essuie les tempêtes de l'Histoire, soutient ses proches dans leurs souffrances tout en taisant les siennes, se résigne au temps qui passe inexorablement, traverse les rudes hivers... tel un bouleau de la steppe

, et enfin directrice d'un laboratoire de sécurité du travail 352 , elle est aussi traductrice quadrilingue 353. D'allure distinguée-« grande et de belle stature »-, mais toujours sobre-« vêtue de sa robe de toujours, sombre avec une collerette en dentelle blanche, vol.354

G. Vassili, . Oeuvres, T. J. La-madone-sixtine, P. T. Sophie-benech, and . Todorov,

R. Laffont, , p.795, 2006.

C. John, Garrard sont les auteurs d'un récit biographique de Vassili Grossman : Les os de Berditchev : la vie et le destin de Vassily Grossman

M. Salomon, L. Vie, V. Le-destin-de, and . Grossman, éd. CNRS EDITIONS, issue.8, p.67, 2008.

G. Vassili, Pour une juste cause, préface et trad. L. Jurgenson, éd. L'âge d'homme, p.59, 2008.

. Ibidem,

. Ibidem, réservait la vie à ceux qu'elle aimait ? Tous, cherchant leur voie, souffrant de chagrins, de doutes, d'une secrète douleur, espéraient le bonheur. Les uns venaient la voir, d'autres lui écrivaient et elle était toujours pénétrée d'un sentiment étrange : une famille grande et unie, vol.16, p.100

. Ce-«-regard-de-presbyte-de-vieillard, Un regard qui aime les gens : « elle [Alexandra] aimait les gens, et lors de ses tournées d'entreprise se liait d'amitié avec les tourneurs, les couturières, les meuniers, les forgerons, les électriciens, les chauffeurs, les conducteurs de tramway et de train. » 359. Un regard scrutateur mais probe

G. Vassili, . Oeuvres, .. A. Vie, T. Berelowitch, É. R. Todorov et al., , pp.738-739

. Ibidem,

G. Vassili, Pour une juste cause, préface et trad. L. Jurgenson, éd. L'âge d'homme, p.59, 2008.

«. Ivan, Grigorievitch partit pour une ville du littoral de la Mer Noire où se trouvait, au pied d'une montagne verte, la maison de son père

C. 'était-le-même, vent du sud frais et tiède, sentant la mer et le ciel de montagne, la cuisine à l'ail et la rose

, Diminutif très affectueux utilisé pour dire babouchka ; c'est ainsi que Serioja Chapochnikov, même adulte, appelle sa grand-mère Alexandra Vladimirovna

V. In, . Eric, and . Stakhanov, Ce qui menace l'homme nouveau, dès lors, ce n'est pas le cancer diagnostiqué par Zamiatine : ''Ça va mal, il s'est formé une âme en vous'', mais le retour de son vieil homme naturel. Jamais l'individu ne peut s'affranchir de ses déterminations. Veut-il les refouler, Vingtième Siècle, revue d'histoire, n°1, 1951.

. Vigne-eric and . Stakhanov, Vingtième Siècle, p.28

, Il n'y avait ni maison ni puits, seulement quelques pierres blanches

I. Grigorievitch-Était-de-retour, Son dos s'était voûté, ses cheveux avaient blanchi

, Et pourtant il était toujours le même, vol.363

, L'homme nouveau se nourrissait de la terreur et des cachots de la Loubianka ; tandis que, à l'instar de l'homme camusien se nourrissant de la « pensée solaire » et plaidant pour la vie, le « vieil homme naturel » de Grossman et d'Eric Vigne, se nourrit du soleil, aux abords de la Mer noire, loin de Moscou et du pouvoir central : « Tout révolté, par le seul mouvement qui le dresse face à l'oppresseur, plaide donc pour la vie, s'engage à lutter contre la servitude, le mensonge et la terreur et affirme, le temps d'un éclair, que ces trois fléaux font régner le silence entre les hommes, les obscurcissent les uns aux autres et les empêchent de se retrouver dans la seule valeur qui

, La vraie générosité envers l'avenir consiste à tout donner au présent. La révolte prouve par là qu'elle est le mouvement même de la vie et qu'on ne peut la nier sans renoncer à vivre, Elle est donc amour et fécondité, vol.364

. Le-retour-d'ivan-À-l, enfance et à l'état de nature redonne à l'homme de Grossman une naïveté primitive et une insouciance naturelle, faisant de ce vieillard-enfant un être pacifique, apolitique, dépouillé de tout dogme : privilégiant « l'homme de chair » 365 à « l'homme abstrait, vol.366

G. Vassili, . Oeuvres, .. J. Tout-passe, T. Lafond, É. R. Todorov et al., 364 CAMUS Albert, L'homme révolté, éd Gallimard, vol.27, p.354, 1951.

. Ibidem, , p.380

. Ibidem,

, Dans les récits de l'écrivain, ce « vieil homme naturel » a de multiples visages

, même depuis les tréfonds de la Loubianka ; il est la starouchka, une vieille femme naturelle qui, par-delà sa propre désolation, n'aura de cesse de porter sa famille ; il est le vieil Abase 367 du littoral, « vieillard dont le visage, sous les cheveux blancs, paraissait sans âge, immuable » 368 , allant vendre au marché ses châtaignes depuis des décennies ou depuis l'éternité ; il est le cavalier Kalmouk des steppes regardant le lieutenant Darenski, un « homme nouveau, Parmi ses nombreuses déclinaisons fictionnelles, il est le zek qui, de retour au village natal, redécouvre le goût de la liberté à laquelle il ne renonça jamais

, Le visage dur, aux pommettes saillantes, du vieux Kalmouk se transforma, et entre les rides, c'étaient maintenant des yeux pleins de bonté et d'intelligence qui regardaient Darenski

. Soudain-le-vieux-poussa-un-cri-perçant, Darenski suivait du regard le galop du vieillard ; ce n'était pas du sang qui battait dans ses tempes mais un mot, vol.369

. Et-l'homme-soviétique-envie-le-vieux-kalmouk, L'homme de l'empire envie l'homme des minorités opprimées : Goliath envie David. L'homme libre de Grossman, son vieil homme naturel n'est pas un colonialiste ou un impérialiste : il est l'homme camusien

G. Vassili, . Oeuvres, .. J. Tout-passe, T. Lafond, É. R. Todorov et al., , vol.27, p.1001, 2006.

. Ibidem,

G. Vassili, . Oeuvres, .. A. Vie, T. Berelowitch, É. R. Todorov et al., , vol.67, pp.241-242

V. Bibliographie-?-ouvrages-de-l'auteur and . Grossman,

G. Vassili, Années de guerre (Gody voïny), éd. En langues étrangères, Moscou, 1946.

G. Vassili, . Oeuvres, .. A. Vie, T. Berelowitch, É. R. Todorov et al., , 2006.

G. Vassili, . Oeuvres, .. L. Tiergarten, T. Jurgenson, É. R. Todorov et al., , 2006.

G. Vassili, . Oeuvres, .. J. Tout-passe, T. Lafond, É. R. Todorov et al., , 2006.

G. Vassili, . Oeuvres, .. L. Lettre-À-khrouchtchev, . Jurgenson, É. R. Todorov et al., , 2006.

G. Vassili, M. A. Oeuvres, and . Souslov, , 1962.

G. Vassili, . Oeuvres, L. Dictionnaire, P. T. Gaav-mathis, É. R. Todorov et al., , 2006.

G. Vassili, Pour une juste cause, préface et trad. L. Jurgenson, éd. L'âge d'homme, 2008.

. Grossman-vassili, V. Ilya-;-?-ouvrages-littéraires-sur, and . Grossman, Le Livre noir, éd, 1995.

B. Anthony, V. Liouba, and . Grossman, Carnets de guerre de Moscou à Berlin 1941-1945, trad. C. Astroff, J. Guiod, éd. Calmann-Lévy, 1990.

M. Salomon, L. Vie, V. Le-destin-de, and . Grossman, éd. CNRS EDITIONS, 2008.

M. Simon, .. D. Le-cas-grossman, . Négrel, and P. Julliard/l'âge-d'homme, Ouvrages secondaires d'auteurs russes et/ou en lien avec la littérature russe, 1983.

A. Svetlana, ALEXIEVITCH Svetlana, La guerre n'a pas un visage de femmes, La fin de l'homme rouge, trad. S. Benech, éd. Actes Sud, 2004.

B. Isaac, OEuvres complètes, Discours et entretiens : discours au premier congrès des écrivains, trad. S. Benech, éd. Le bruit du temps, 2011.

B. Isaac, Discours et entretiens : le travail créateur de l'écrivain, trad. S. Benech, éd. Le bruit du temps, OEuvres complètes, 2011.

B. Isaac, OEuvres complètes, Avant-propos, trad. S. Benech, éd. Le bruit du temps, 2011. DOSTOÏEVSKI Fiodor, Les frères Karamazov, trad. H. Mongault, éd. Gallimard/la Pléiade, 1952.

G. Nicolas and L. Manteau, Mongault, éd. Gallimard, coll. Folio bilingue, 1990.

C. Kastler, Alexandre Voronski 1884-1943, 1999.

Y. Slezkine, La maison éternelle, une saga de la Révolution russe, éd. La découverte, 2017.

. Tchekhov-anton, Correspondance du 4 octobre 1888 à son ami Plechtchéev

. Voronski-alexandre, Art as the Cognition of Life: Selected Writings, pp.1911-1936

, ? Ouvrages littéraires d'auteurs non russes

, ALAIN, Les ânes rouges in Propos sur les pouvoirs, éd. La Pléiade, 1951.

H. Victor, OEuvres complètes, Correspondance à Herzen, éd. Albin Michel, p.1858

K. Franz, L. Procès, and .. A. Vialatte, éd. Gallimard/Folio classique, Paris, 1987. ? Sources diverses : articles, revues et liens hypertexte

A. Louis, . Résurgence-de-la-''troïka''-de-gogol-chez-pasternak, and . Goumilev, Revue des Etudes slaves, 1987.

C. Jean, ». Littérature-de-guerre-soviétique, and E. Universalis,

C. Boris-;-vassili-grossman and B. Pasternak, Fait partie d'un n° thématique : 1812 : la campagne de Russie. Histoire et représentations sous la direction de Marie-Pierre Rey, vol.83, p.1142, 2012.

D. Jean-paul, La réalité du stakhanovisme ou Stakhanov par lui-même, 1982.

«. De-greve-claude, . L'europe-occidentale, and . De-vue-sur-la-russie, , vol.331, p.3, 2009.

. Gauthier-ambre, . Voir-le-lien, and . Suivant, Absence de pensée et responsabilité chez Hannah Arendt. A propos d'Eichmann. » In Raison Publique, 2013.

. Schneider-pierre, La transparence montrée, in catalogue D'un espace à l'autre : la fenêtre, Saint-Tropez, Musée de l'Annonciade, 15 juin-15 sept, 1978.

. Vaissie-cécile, Union des Ecrivains Soviétiques 1934-1991 : un moyen pour une fin et le modèle de toutes les unions créatrices du bloc Soviétique, Studia Politica : Romanian Political Science Review, vol.17, p.1, 2017.

. Vigne-eric and . Stakhanov, Histoires de l'avenir. 1984 au rendez-vous d'Orwell. RESUME son oeuvre, son fer de lance ; à savoir replacer l'individu dans l'espace collectif, redonner à l'homme sa valeur humaine, son individualité malgré la pression de l'Etat soviétique, Vingtième Siècle, revue d'histoire, n°1, 1984.

V. Grossman, Russie soviétique. Individu. Collectif. Seconde guerre mondiale

. Patriotisme and . Humanisme,