Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Prise en charge de la néphropathie diabétique chez le patient diabétique de type 2, par le médecin généraliste

Résumé : Introduction : la néphropathie diabétique est la deuxième cause d’insuffisance rénale terminale en France. Sa part augmente devant l’augmentation de la survie des patients diabétiques. En 2015, 45% des patients ayant une néphropathie diabétique débutant un traitement de suppléance en France avait un diabète de type 2. Cette complication du diabète est révélée par la microalbuminurie. Son dépistage et sa prise en charge précoce permettrait de limiter son évolution. L’objectif de mon étude a été d’évaluer si la prise en charge de la néphropathie diabétique chez le patient diabétique de type 2 était optimale par le médecin généraliste. Matériels et méthodes : une étude descriptive quantitative et transversale a été réalisée. Un questionnaire standardisé, anonyme, envoyé par mail aux médecins généralistes de la région PACA a été réalisé pour l’enquête. L’étude s’est déroulée sur 3 mois. L’analyse des données a été réalisée à l’aide du tableau Excel et de tests statistiques de Chi 2 et Fisher. Résultats : 96.4% des médecins réalisaient le dosage de la microalbuminurie lors du dépistage et près de 88% des médecins réalisaient le dosage également de la créatinine avec calcul du DFG. Un traitement néphroprotecteur était instauré en cas d’insuffisance rénale débutante et albuminurie persistante par des IEC (79.8%) ou ARA2 (17.9%). L’objectif tensionnel était une tension inférieure à 130/80mmHg pour 63% des médecins et la fonction rénale était considérée comme altérée à partir d’un DFG< 60ml/min/1,73 m² (60.7%). Un pourcentage d’abstention élevé a été retrouvé sur les contre-indications au ADO en fonction de la fonction rénale ainsi que sur les règles hygiéno diététique à adapter devant une insuffisance rénale. 56% des médecins considéraient leurs connaissances comme peu suffisantes. Pour 67.9% d’entre eux les recommandations à suivre étaient celles de l’HAS. Une prise en charge optimale était considérée à 71.4%, comme une maladie recontextualisé dans la culture et le contexte socio-économique du patient. Pour améliorer leur pratique, 34.5% des médecins considéraient que les FMC seraient d’une aide précieuse. Discussion : les médecins généralistes réalisent globalement un dépistage et une prise en charge initiale en accord avec les recommandations en vigueur. Des améliorations sur la prise en charge pourraient être réalisées en formant les médecins généralistes sur les règles hygiéno-diététique et sur l’adaptation des traitements par ADO devant une insuffisance rénale. Il serait important de sensibiliser également le patient afin qu’il soit acteur de sa maladie et s’implique dans la prise en charge et le suivi de sa maladie.
Complete list of metadatas

Cited literature [42 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01903701
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Wednesday, October 24, 2018 - 3:26:35 PM
Last modification on : Monday, July 6, 2020 - 4:46:58 PM

File

THESE COMPLETE COPOL 26-10-17....
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01903701, version 1

Collections

Citation

Sanie Copol. Prise en charge de la néphropathie diabétique chez le patient diabétique de type 2, par le médecin généraliste. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. ⟨dumas-01903701⟩

Share

Metrics

Record views

25

Files downloads

1249