Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Épidémiologie des frottis cervico-utérins après 65 ans‎ : éléments de réponse pour l'intérêt d'une prolongation du dépistage des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l'utérus

Résumé : Introduction : selon les recommandations de la HAS en 2010, le dépistage des lésions prénéoplasiques et néoplasiques du col de l’utérus par le frottis cervico-utérin s’arrête actuellement à 65 ans après deux frottis consécutifs normaux. L’objectif principal de cette étude était d’évaluer l’intérêt de la poursuite du FCU au-delà de 65 ans. Matériel et méthode : cette étude observationnelle, rétrospective réalisée au Centre Hospitalier Universitaire d’Amiens entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2016 a consisté dans un premier temps à comptabiliser et comparer les frottis cervico-utérins normaux et anormaux de deux groupes : un groupe témoin composé des femmes de 50 à 64 ans et 11 mois et un groupe de patientes de 65 ans et plus. Une étude précise des caractéristiques épidémiologiques des femmes ayant présenté un FCU anormal après 65 ans, ainsi que le contexte de réalisation du FCU et le devenir de ces patientes a été réalisée dans un second temps. Résultats : au total, 2162 frottis ont été pratiqués au cours de la période d’étude, chez les femmes de 65 ans et plus, avec 2,8% de frottis anormaux (n=61) contre 8709 frottis dans le groupe témoin, avec 3,5% des frottis anormaux sans différence significative entre ces deux groupes (p=0,14). Chez les femmes de 65 ans et plus, le nombre de FCU non représentatifs était significativement plus élevé que dans le groupe témoin (respectivement n=240 contre n=373 soit p<0,001) et représentaient 11,1% de tous les frottis. En revanche, on ne mettait pas en évidence de différence significative en terme de FCU de haut grade, de bas grade et de FCU présentant des cellules suspectes de néoplasie. Quarante et une patientes étaient concernées par un frottis anormal après 65 ans. Nous avons pu constater qu’environ deux tiers (65,9%) des FCU anormaux avaient été mis en évidence entre 65 et 69 ans. Dans 43,9% des cas, le frottis a été réalisé dans un contexte de symptômes alors que moins d’un tiers l’ont été dans un contexte de dépistage (31,7% soit n=13). Finalement sur 13 frottis pratiqués dans un réel contexte de dépistage, seules deux lésions intra épithéliales de haut grade ont été prouvées histologiquement. En effet, 4 frottis ont été contrôlés par la suite sans anomalie, 6 patientes ont bénéficié d’une biopsie ou d’une prise en charge chirurgicale avec analyse histologique sans anomalie retrouvée, et enfin une patiente a été perdue de vue. Conclusion : le frottis cervico-utérin pratiqué au-delà de 65 ans dans un véritable contexte de dépistage semble avoir peu d’intérêt. En revanche, il apparaît indispensable de favoriser le suivi régulier avec frottis, des femmes de la ménopause à 65 ans mais aussi d’insister et d’informer sur la nécessité de poursuivre un suivi clinique simple au-delà.
Complete list of metadatas

Cited literature [47 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01912539
Contributor : Sabine Longuein <>
Submitted on : Monday, November 5, 2018 - 2:39:24 PM
Last modification on : Wednesday, February 27, 2019 - 10:04:53 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, February 6, 2019 - 2:47:31 PM

File

Parent Camille. Thèse d'exerc...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01912539, version 1

Collections

Citation

Camille Parent. Épidémiologie des frottis cervico-utérins après 65 ans‎ : éléments de réponse pour l'intérêt d'une prolongation du dépistage des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l'utérus. Gynécologie et obstétrique. 2017. ⟨dumas-01912539⟩

Share

Metrics

Record views

44

Files downloads

270