Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Prescription des médicaments de la voie des incrétines par les médecins généralistes. Enquête auprès de 16 praticiens

Résumé : Le diabète de type 2 est en pleine expansion à l'échelle mondiale. Pathologie fréquente et grave, elle est l'objet d'une recherche permanente de nouveaux traitements en vue d'enrayer sa progression. Aujourd'hui, de nombreuses molécules sont disponibles, et les recommandations pour la prise en charge de cette maladie évoluent régulièrement au gré de leur développement. En 2008, les incrétines sont venues enrichir l'arsenal thérapeutique. Initialement, elles connaissent un engouement auprès des prescripteurs, mais plusieurs suspicions de complications sous traitement ont mis à mal leur réputation. En 2011, le retrait des glitazones et du benfluorex, autres classes d'antidiabétiques responsables d'effets secondaires graves, a pu entacher l'adhésion des prescripteurs aux traitements de cette pathologie. L'Evidence Based Medicine prône une médecine guidée par des arguments scientifiques sur le bénéfice d'une stratégie thérapeutique, et pose les fondements de recommandations officielles pour la prise en charge des patients, établies par les sociétés savantes et les autorités de santé. Toutefois, le concept d'« inertie clinique » définit la situation dans laquelle un prescripteur informé des recommandations ne les applique volontairement pas. En médecine générale, la prescription doit s'inscrire dans une dynamique relationnelle riche et singulière entre le médecin et son patient. Pathologie complexe et multifactorielle, le diabète de type 2 n'échappe pas à cette réalité, et on observe régulièrement une application aléatoire des recommandations thérapeutiques. De plus, l'abrogation des recommandations de bonne pratique éditées par la Haute Autorité de Santé en 2011 pour conflit d'intérêts des auteurs a pu détourner les prescripteurs du respect des recommandations officielles. Devant tous ces éléments, on peut se demander comment les médecins généralistes perçoivent la prescription des médicaments de la voie des incrétines au cabinet, traitement recommandé mais récent et controversé. Nous avons donc mené une étude qualitative en interrogeant différents médecins généralistes sur leurs habitudes de prescription de ces médicaments et leurs interactions avec les autres corps professionnels de santé intervenant dans la prise en charge du diabète de type 2. Nous avons réalisé des entretiens individuels menés par un guide d'entretien établi préalablement, mémorisés sur enregistreur numérique puis retranscrits et analysés. La saturation des données a été atteinte après 16 entretiens. Les résultats montrent une hétérogénéité des pratiques dans la prise en charge du patient diabétique de type 2. Concernant les incrétines, les médecins généralistes interrogés ne sont pas familiers de ces traitements et les prescrivent peu, ceci étant particulièrement franc pour les analogues du GLP1. Certains présentent parfois une méfiance envers les publications et les recommandations des autorités de santé, si bien que le médecin diabétologue reste une référence incontournable pour décider de la prise en charge d’un patient.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [165 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01919513
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Monday, November 12, 2018 - 3:10:07 PM
Last modification on : Monday, December 2, 2019 - 10:24:01 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, February 13, 2019 - 2:50:19 PM

File

VERBEKE Amandine.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01919513, version 1

Citation

Amandine Verbeke. Prescription des médicaments de la voie des incrétines par les médecins généralistes. Enquête auprès de 16 praticiens. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-01919513⟩

Share

Metrics

Record views

61

Files downloads

1458