Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Graisses alimentaires et cancer : influence des acides gras polyinsaturés

Résumé : Les relations graisses alimentaires et cancer sont significatives : il y a en faveur de cela un certain nombre d'arguments à la fois expérimentaux et cliniques. Aussi, beaucoup de points demeurent encore obscurs quant aux corrélations exactes et aux mécanismes biochimiques mis en jeu, d'où une difficulté de conseil sur le plan diététique. Il ressort cependant que : - Selon la quantité et le type de graisses consommées les conséquences ne soient pas les mêmes ; - Une réduction de la consommation des graisses saturées soit fortement conseillée ; - Les graisses polyinsaturées de la série ω3 devraient être consommées en plus grande quantité. La cancérogénèse étant un processus multifactoriel, j'insisterai aussi sur les paramètres suivants : => LA SENSIBILITE INDIVIDUELLE : d'un individu à un autre, selon les circonstances, l'effet délétère n'est pas le même. => LE TYPE D'ALIMENTS CONSOMMES AU COTE DES GRAISSES : 1.- Les fibres alimentaires (68) : pectine, lignigne, cellulose et hemicellulose. D'une part elles stimulent le péristaltisme intestinal et permettent ainsi une élimination plus rapide des substances cancérogènes. D'autre part, grâce à leur pouvoir d'absorption important, elles sont capables d'absorber les sels biliaires permettant l'élaboration de substances cancérogènes chez les personnes dont le régime alimentaire est riche en graisses. 2.- Les vitamines (69). Certaines ont, en effet, un rôle préventif vis-à-vis du cancer : - La vitamine A (RETINOL) : elle joue un rôle important dans le contrôle de la différenciation des cellules épithéliales et le développement de la malignité au niveau des tissus épithéliaux. Elle possède d'autre part, d'importantes propriétés antioxydantes (69) ; - La vitamine C (ACIDE ASCORBIQUE), grâce à son pouvoir antioxydant (69) ; - La vitamine E (TOCOPHEROL), grâce à ses propriétés antioxydantes et antimitogènes (69). 3.- Les oligoéléments (70) : - Iode ; -Fer ; -Zinc ; - Sélenium : consommé à petites doses, il agit en synergie avec la vitamine E. Il possède en effet des propriétés antioxydantes et participe à la réparation des dommages au niveau du matériel génétique (ADN). 4 - Le mode d'utilisation des graisses (71) : cuisson (surchauffage) et mode de cuisson (friture...) sont en effet en partie impliqués dans la formation de substances mutagènes. Afin de réduire, dans les années à venir, la fréquence de cette maladie si redoutable, chacun doit veiller à éviter les erreurs qui peuvent favoriser son éclosion. Ainsi, la prévention ne consiste pas uniquement à éliminer les substances cancérogènes mais dépend aussi d'un choix judicieux des aliments. Sachez que tout déséquilibre alimentaire, à la longue, est nocif, même si dans l'immédiat il ne provoque pas d'altérations évidentes de la santé.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [84 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01921057
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Tuesday, November 13, 2018 - 3:48:50 PM
Last modification on : Wednesday, July 15, 2020 - 8:56:03 AM
Long-term archiving on: : Thursday, February 14, 2019 - 3:52:05 PM

File

1994GRE17036_quard_emmanuelle(...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01921057, version 1

Citation

Emmanuelle Quard. Graisses alimentaires et cancer : influence des acides gras polyinsaturés. Sciences pharmaceutiques. 1994. ⟨dumas-01921057⟩

Share

Metrics

Record views

60

Files downloads

249