Les relations entre les chirurgiens-dentistes et les laboratoires de prothèses : évaluation des pratiques professionnelles dans les Alpes-Maritimes

Résumé : Introduction : Le partenariat chirurgien-dentiste et laboratoire de prothèse est essentiel pour garantir les traitements les mieux adaptés au patient. Pourtant les prothésistes n’ont pas souvent la parole et le marché reste obscur pour les dentistes.
L’objectif de ce travail est de faire un état des lieux des laboratoires de prothèse dans les Alpes Maritimes, de réaliser une enquête auprès des omnipraticiens et des laboratoires pour décrire leur partenariat et de proposer des solutions pour optimiser cette relation essentielle. Matériels et méthodes : deux études observationnelles transversales descriptives, sous forme d’enquête déclarative via des questionnaires anonymes ont été réalisées auprès de 133 laboratoires et de 586 dentistes des Alpes Maritimes. Le questionnaire des prothésistes a été administré par téléphone, celui des chirurgiens-dentistes par mail via le logiciel SurveyMonkey permettant la diffusion de l’enquête et son analyse statistique. Résultats : nous avons obtenu 70 réponses des laboratoires et 141 réponses des dentistes. Les résultats ont montré que 9% des dentistes avaient un laboratoire de prothèse intégré. Dans le département les prothésistes travaillant seul sont plus nombreux qu’en France et il n’y a pas de laboratoires de plus de 20 personnes. Il y a également moins de laboratoire spécialisé en amovible. Les dentistes travaillent en moyenne avec 2 ou 3 laboratoires et sont fidèles : 46% d’entre eux travaillent ensemble depuis le début de leur installation. Ils qualifient la relation de « partenariat ». La qualité des prothèses est essentielle pour les dentistes : c’est le premier critère de choix mais aussi la première cause de changement de prothésiste. Cependant 47% des dentistes déclarent travailler ou avoir travaillé avec des laboratoires à l’étranger ou en dehors des Alpes Maritimes, le tarif en étant la raison. La communication se fait principalement par fiche de liaison et téléphone. Les dentistes se déplacent peu au laboratoire. En revanche, il y a des contacts entre le prothésiste et le patient. La CAO-CFAO concerne à la fois les dentistes et les prothésistes : 23% des dentistes sont équipés et 72% des laboratoires.
Conclusion : la mise en place des nouvelles réformes impose aux dentistes et aux prothésistes une pression sur les coûts et les délais, ayant une répercussion sur leur relation. Pour préserver ce lien indispensable à la qualité des soins apportés aux patients le système devra être repensé : un cursus commun ou des structures associant le laboratoire et le cabinet pourraient être envisagés.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [45 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01930621
Contributor : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Submitted on : Thursday, November 22, 2018 - 10:36:20 AM
Last modification on : Thursday, February 21, 2019 - 1:27:09 AM
Long-term archiving on : Saturday, February 23, 2019 - 1:14:37 PM

File

2018NICED030.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01930621, version 1

Citation

Marie-Charlotte Caizergues. Les relations entre les chirurgiens-dentistes et les laboratoires de prothèses : évaluation des pratiques professionnelles dans les Alpes-Maritimes. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-01930621⟩

Share

Metrics

Record views

32

Files downloads

58