Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Réévaluation des prescriptions contraceptives dans le cadre des avortements répétitifs au sein des Alpes-Maritimes et du Var Est : réalités et perspectives

Résumé : Introduction : Parmi les femmes françaises réalisant un avortement, la part de celles y ayant recours de façon répétée a triplé en 40 ans. L’augmentation du nombre d’avortements itératifs pourrait être le témoin d’un défaut d’adaptation des pratiques professionnelles contraceptives à cette population singulière de patientes. L’objectif principal de cette étude est d’évaluer la modification de la méthode contraceptive prescrite en post abortum par rapport à celle utilisée lors de la conception (qu’elle soit présente ou non), chez des patientes ayant recours à un avortement itératif.
Matériel et méthode : Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive par analyse des dossiers médicaux de toutes les patientes ayant eu recours à un avortement répété entre le premier septembre et le 31 décembre 2017 au sein de quatre centres d’orthogénie publics hospitaliers des Alpes-Maritimes et du Var Est. Nous avons cherché à déterminer le taux de patientes chez qui on observait une différence entre la méthode contraceptive prescrite en post abortum et celle utilisée au moment de la conception (qu’elle soit présente ou non). Nous avons dans un second temps cherché à définir les méthodes prescrites, le contexte et la mise en place des méthodes contraceptives réversibles à longue durée d’action (LARC) prescrites, dont l’efficacité concernant la répétition des avortements dépend de la précocité de la pose.
Résultats : Concernant la totalité des 217 patientes incluses dans l’étude, la méthode contraceptive prescrite en post abortum était différente de la méthode utilisée lors de la conception chez 78,80 % (IC95% [73,4-84,2]) des patientes contre uniquement 53.3% (IC95% [42.0-64.6]) des patientes qui utilisaient un moyen de contraception efficace lors de la conception. Les méthodes de contraception prescrites en post abortum étaient orales seules chez 41% des patientes, LARC seules chez 37,8%, LARC combinées avec une autre méthode chez 12,9%, mécaniques chez 1,4%, vaginale chez 0,5% et aucune méthode chez 6,4%. Seulement 51,8% des méthodes LARC prescrites ont été posées lors de la prise en charge globale de l’IVG, dont 77,2 % au moment de l’IVG et 22,8% lors de la consultation post IVG; 85% des implants prescrits ont été posés pour seulement 12 % des stérilets.
Conclusion : Dans les Alpes-Maritimes et le Var Est, la contraception utilisée lors de la conception est majoritairement réévaluée et modifiée en post abortum chez les patientes ayant eu recours à un avortement itératif. Bien que les pratiques contraceptives semblent s’adapter au statut répété de l’avortement lors de la prescription, le recours répété à l’avortement persiste. Il pourrait en partie s’expliquer par certaines pratiques professionnelles ne favorisant pas la mise en place précoce des dispositifs LARC prescrits au moment de la prise en charge globale de l’IVG, contrairement aux nouvelles recommandations.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [35 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01936914
Contributor : Bibliothèque Universitaire de Médecine Nice <>
Submitted on : Tuesday, November 27, 2018 - 5:12:29 PM
Last modification on : Tuesday, May 26, 2020 - 6:50:40 PM

File

2018NICEM032.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01936914, version 1

Citation

Amélie l'Heudé. Réévaluation des prescriptions contraceptives dans le cadre des avortements répétitifs au sein des Alpes-Maritimes et du Var Est : réalités et perspectives. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-01936914⟩

Share

Metrics

Record views

36

Files downloads

63