Les médecins généralistes : quelle prise en charge de leurs propres pathologies

Résumé : La santé des médecins généralistes est un sujet trop peu abordé. Pourtant un médecin est un être humain qui présente autant de fragilités et de risques face à la maladie que n’importe qui. L’objectif de cette étude sera donc d’évaluer les pratiques des médecins généralistes quant à la prise en charge de leurs propres pathologies. L’étude réalisée est qualitative, prospective, comprenant la réalisation d’entretien semi-dirigés. Le guide d’entretien comprenant les thèmes abordés avec les praticiens a été réalisé en amont des interviews et permettait d’aborder 9 thèmes pour les femmes et 8 pour les hommes. La CNIL a donné son accord à l’étude et validé le projet. Les résultats ont montré que tous les médecins interrogés sont leur propre médecin traitant. En ce qui concerne la prise en charge des pathologies aiguës courantes, ils pratiquent tous l’automédication. Lorsqu’ils sont atteints de pathologies aiguës plus sévères ou de pathologies chroniques, ils se conforment aux recommandations et vont voir un spécialiste. Cependant la relation médecin/malade est particulière en raison du statut du médecin généraliste et de ses connaissances. Pour les arrêts de travail, plus de la moitié des médecins interrogés n’en prennent pas ou en prennent mais les plus courts possible afin de retravailler rapidement. Sur le plan du dépistage et des vaccins, ils sont globalement assez attentifs et observants sur les recommandations. Pour le mode de vie et le temps de travail, 7 médecins sur 12 ont déclaré un temps de travail supérieur à la moyenne nationale, avec une grande disparité dans les jours et les heures de travail. Cette étude comporte plusieurs limites : biais d’implication et d’interprétation, nombre réduit de participants. Elles sont surtout liées à la méthodologie. Ce travail mérite d’autres études plus puissantes validant ses conclusions. Les causes principales évoquées par les médecins pour expliquer la survenue de pathologies et leurs prises en charge sont le temps de travail et le stress professionnel. La prise en charge doit être optimisée car 80% des généralistes n’ont pas de médecin traitant déclaré, presque 90% des traitements des médecins sont auto-prescrits, et que le médecin est un patient particulier nécessitant une prise en charge spécifique tenant compte de son statut et ses connaissances. Des solutions existent et sont à développer, comme l’aide ordinale ou les réseaux dédiés aux médecins. Il est important de parvenir à résoudre ces problématiques de la santé des médecins généralistes, dans un intérêt de santé publique et pour le bien de tous.
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01947748
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Friday, December 7, 2018 - 10:37:59 AM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 11:35:27 PM
Long-term archiving on : Friday, March 8, 2019 - 1:39:31 PM

File

THESE_PIERRE_COATMEUR_VF.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01947748, version 1

Collections

Citation

Pierre Coatmeur. Les médecins généralistes : quelle prise en charge de leurs propres pathologies. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-01947748⟩

Share

Metrics

Record views

20

Files downloads

104