Évaluation de l'adhérence des prescripteurs du service d'accueil des urgences du centre hospitalier de Martigues au référentiel local sur l'antibiothérapie

Résumé : Introduction : la lutte contre l’antibiorésistance est un enjeu majeur de santé publique. Cette lutte passe par la bonne prescription des antibiotiques. La majorité des prescriptions dans les services d’accueil des urgences (SAU) est probabiliste avec la nécessité d’émettre une hypothèse microbiologique. Au SAU du centre hospitalier de Martigues, un référentiel local sur l’antibiothérapie (« Antibioguide ») a été rédigé en accord avec les recommandations actuelles. L’objectif principal était d’évaluer l’adhérence des prescripteurs du SAU du CHM au référentiel local. Un des objectifs secondaires était de déterminer des facteurs influençant l’adhérence. Matériels et Méthode : l'étude était observationnelle, descriptive, prospective, monocentrique du 1er mars au 31 mai 2017. Tous les patients majeurs ayant reçu une antibiothérapie étaient inclus. A été extrait des dossiers médicaux et logiciel biologique les caractéristiques du patient, le diagnostic, les prélèvements infectieux effectués, l’antibiothérapie débutée, la destination (externe ou hospitalisé) du patient et le taux de CRP. L’antibiothérapie débutée était comparée à celle du référentiel. L’attitude du prescripteur était classée : respect du référentiel, non-respect, antibiothérapie non référencée ou non renseignée. Résultats : 631 patients ont été inclus dont 379 sortants et 252 hospitalisés. Les 6 spécialités les plus fréquentes étaient : la traumatologie, la pneumologie, l’urologie-néphrologie, les infections cutanées, la gastro-entérologie et l’ORL-stomatologie. Pour les sortants, l’association amoxicilline-acide clavulanique était la plus utilisée (39,6%). L’utilisation des C3G (seuls ou en association) représentait 46,8% des prescriptions totales. Le respect du référentiel s’élevait à 55,5%. En supprimant les antibiothérapies non référencées et non renseignées, le respect s’élevait à 72,8%. La traumatologie et l’urologie-néphrologie étaient les mieux respectés (83%-100% et 82%-91%). La pneumologie et la gastro-entérologie avaient des taux d’adhérence plus faibles (52%-65% et 38%-58%). Aucune différence significative était retrouvée entre les sortants et les hospitalisés, entre les patients prélevés et non prélevés et entre les patients avec CRP supérieure et inférieure à 50. Conclusion : le taux d’adhérence au référentiel local antibiothérapie au SAU du CHM est de 55,5%. En supprimant les antibiothérapies non référencées et non renseignées, le taux de respect est alors de 72,8%.
Complete list of metadatas

Cited literature [30 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01949466
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Monday, December 10, 2018 - 10:39:02 AM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 11:35:27 PM
Long-term archiving on : Monday, March 11, 2019 - 1:42:39 PM

File

THESE VIVILLE Simon-1.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01949466, version 1

Collections

Citation

Simon Viville. Évaluation de l'adhérence des prescripteurs du service d'accueil des urgences du centre hospitalier de Martigues au référentiel local sur l'antibiothérapie. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-01949466⟩

Share

Metrics

Record views

55

Files downloads

737