Compatibilité HLA (Human Leukocyte Antigen) et le biomarqueur suppresseur de tumorigénicité 2 (ST2) en post-allogreffe de cellules souches hématopoïétiques

Résumé : Introduction : L’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques reste la thérapie la plus efficace dans le traitement des hémopathies malignes. Mais la complication majeure est la maladie du greffon contre l’hôte (GVHD) et représente une morbi-mortalité importante. L’un des facteurs de risque majeur est l’incompatibilité HLA (Human Leukocyte Antigen) entre le donneur et le receveur. Le biomarqueur suppresseur de tumorigénicité 2 (ST2) a démontré son efficacité dans le diagnostic, la prédiction et le pronostic de la GVHD. L’objectif principal est de voir s’il existe une influence de la l’incompatibilité HLA entre donneur et receveur sur le taux plasmatique du biomarqueur ST2 chez des patients en post-allogreffe de CSH. L’objectif secondaire est de voir l’influence de la parité du sexe entre donneur et receveur sur ST2.
Matériel et Méthode : Il s’agit d’une étude multicentrique française (23 centres) sous l’égide de la Société Francophone de Greffe de Moelle et de Thérapie Cellulaire (SFGM-TC). Les échantillons plasmatiques ont été recueillis dans le cadre de la cohorte CRYOSTEM. Ils proviennent de patients allo-greffés et ont été prélevés à des temps différents selon la forme et l’apparition ou non de GVHD: à J100 en l’absence de GVHD (n = 90), au moment du diagnostic de GVHD aigue (n = 89) ou chronique (n = 70). Le dosage du biomarqueur ST2 a été réalisé par ELISA (ST2 Quantikine ELISA, R&D Systems ; DTS200). Les analyses ont été faites en uni-variés et appariées et la valeur de p a été calculée à l’aide de test de Wilcoxon.
Résultats : Le taux plasmatique de ST2 a été comparé entre les groupes mismatch HLA (n = 36) et HLA identique (n = 167) en analyse uni-variée et appariée (n = 33) avec un p-value respectivement de 0,56 et de 0,38. ST2 a été comparé entre les groupes de même sexe (n = 125) et de sexe différent (n = 101) entre donneur et receveur en analyse univariée et appariée (n = 91) avec un p-value respectivement de 0,80 et de 0,89. Dans le groupe de sexe différent, il a été comparé les deux combinaisons donneur féminin/receveur masculin (n = 53) et donneur masculin/receveur féminin (n = 42) en analyse uni-variée et appariée (n = 91) avec un p-value respectivement de 0,60 et de 0,69.
Discussion : La validité du biomarqueur ST2 dans la GVHD a été démontrée dans de nombreuses études avec des cohortes utilisant des types d’allogreffes différents (conditionnement, prophylaxie contre la GVHD, le type de greffon par exemple). Notre étude ne retrouve pas de lien entre la compatibilité HLA et le biomarqueur ST2. De plus, notre cohorte mismatch-HLA est majoritairement composée de greffes haploidentiques avec cyclophosphamide post-greffe. Ces résultats renforceraient la robustesse du biomarqueur ST2 dans la GVHD indépendamment de l’incompatibilité HLA entre donneur et receveur et de l’administration de cyclophosphamide au cours de l’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques. Ces résultats devront être validés avec une cohorte plus grande et plus homogène afin de pouvoir réaliser des analyses multivariées.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [24 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01956353
Contributor : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Submitted on : Saturday, December 15, 2018 - 3:22:31 PM
Last modification on : Thursday, February 21, 2019 - 1:27:09 AM
Long-term archiving on : Saturday, March 16, 2019 - 1:23:29 PM

File

2018NICEM117.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01956353, version 1

Citation

Mathilde Blois. Compatibilité HLA (Human Leukocyte Antigen) et le biomarqueur suppresseur de tumorigénicité 2 (ST2) en post-allogreffe de cellules souches hématopoïétiques. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-01956353⟩

Share

Metrics

Record views

22

Files downloads

26