Préservation de la fertilité féminine : les médecins généralistes des Alpes-Maritimes sont-ils bien informés de l'évolution des techniques ?

Résumé : Introduction : L’incidence des cancers chez la femme est en augmentation en France et touche de nombreuses femmes qui sont ou seront en âge de procréer. Un grand nombre de ces patientes ont ou auront un désir de grossesse dans le futur. L’effet potentiellement gonadotoxique de certains traitements ajoute une difficulté supplémentaire. Il apparaît primordial d’expliquer aux patientes les différentes options de préservation de la fertilité et ce dès le début de la prise en charge d’une pathologie ayant une répercussion sur la procréation. Le médecin traitant de la patiente est en première ligne à la fois dans le diagnostic mais aussi dans la prise en charge globale des patientes et intervient souvent comme premier recours aux questions que se posent les patientes sur la préservation de leur fertilité. Aucune étude permettant d’évaluer le degré d’information des médecins généralistes concernant les techniques de préservation de la fertilité n’est pour autant retrouvée dans la littérature actuelle.
Méthodes : L’objectif de notre étude est d’évaluer les connaissances actuelles des médecins généralistes exerçant dans le département des Alpes Maritimes, concernant les techniques de préservation de la fertilité féminine. Il s’agit d’une étude épidémiologique observationnelle de type descriptive, quantitative et transversale, auprès d’un panel de médecins généralistes des Alpes-Maritimes. Un questionnaire a été adressé par mail à 560 médecins généralistes thésés ou internes en médecine générale du département des Alpes-Maritimes avec réponses à choix unique ou multiple, sur une durée de 15 jours (du 20 août 2018 au 03 septembre 2018 inclus).
Résultats : 542 questionnaires ont été inclus dans l’étude, 160 médecins ont répondu (29,5%) dont 121 médecins thésés (75,6%). La plupart exerçaient en milieu urbain (68,8%) et près de la moitié d’entre eux pratiquaient régulièrement la Gynécologie (46,9%) ainsi que l’Oncologie (40%). Seulement 22,5% avaient déjà discuté avec leurs patientes des différentes techniques de préservation de la fertilité alors que 37,5% d’entre eux avaient dans leur patientèle des femmes ayant bénéficié d’une méthode de préservation de la fertilité. 56,3% des médecins répondants s’attribuaient une note inférieure ou égale à 3/10 concernant leur connaissance dans le domaine de la préservation de la fertilité féminine, alors que 81,3% d’entre eux pensaient que les médecins généralistes devraient être plus impliqués dans l’information des patientes sur ce sujet.
Conclusion : La préservation de la fertilité féminine est un sujet plutôt méconnu des médecins généralistes qui sont demandeurs d’acquérir des connaissances plus approfondies à ce sujet. L’objectif est de mieux informer leurs patientes et de les aider à préserver leur fertilité dans des situations pathologiques ou thérapeutiques complexes. La création d’un guide concis à destination des médecins généralistes pourrait apporter une aide précieuse dans ces situations, de même qu’une communication accrue avec les intervenants départementaux et régionaux en charge de la réalisation concrète de la préservation de la fertilité féminine.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [80 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01956403
Contributor : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Submitted on : Saturday, December 15, 2018 - 5:26:32 PM
Last modification on : Saturday, April 27, 2019 - 1:33:26 AM

File

2018NICEM099.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01956403, version 1

Citation

Julie Eyraud-Royon. Préservation de la fertilité féminine : les médecins généralistes des Alpes-Maritimes sont-ils bien informés de l'évolution des techniques ?. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-01956403⟩

Share

Metrics

Record views

14

Files downloads

19