La température en réanimation, facteur pronostic

Résumé : Introduction : La température en réanimation est à la fois un signe d’alerte mais aussi une cible thérapeutique dans plusieurs pathologies. Une étude de faible effectif à montrer que la mortalité en réanimation était corrélée à la complexité de la courbe de température au cours du séjour. Nous avons étudié les courbes de température à haut échantillonnage de tous les patients admis dans notre réanimation pendant un an pour mettre en évidence les caractéristiques de ces courbes chez les patients survivants ou décédés. Matériel & méthodes : Nous avons réalisé une étude observationnelle unicentrique prospective menée pendant un an dans un service de réanimation polyvalente. Les patients étaient inclus lorsqu’ils avaient un monitorage continu de la température et qu’ils étaient hospitalisés plus de 24 heures consécutives. Les paramètres hémodynamiques étudiés étaient la FC, la PA invasive ainsi que la courbe de température. Les courbes étaient enregistrées à raison d’un point toutes les 5 secondes. Le critère de jugement principal était la mortalité intra hospitalière. Nous avons calculé par tranche de 24h et pendant 7 jours, les températures moyennes, maximales et minimales ainsi que le temps passé sous différents seuil. Nous avons aussi calculé la complexité de la courbe de température mesurée par différents paramètres (Entropie approximative ou d’échantillonnage, exposant fractal). Enfin, nous avons étudié la corrélation linéaire ou non linéaire existant entre les courbes de fréquence cardiaque et pression artérielle avec la courbe de température en utilisant l’entropie croisée. Le seuil de significativité était fixé à p=0.01. Cette étude a été autorisée par le CPP Méditerranéen 1 dans le cadre du projet Physios sur l’utilisation des données des patients de la réanimation. Résultats & Discussion : Nous avons inclus 389 patients admis entre Avril 2015 et Avril 2016 sur un total de 691. Si en moyenne, les patients décédés étaient plus hypothermes, ils passaient significativement plus de temps à plus de 39°C (12 ± 30 % vs 6 ± 23%, p<0.01) mais aussi plus de temps sous le seuil de 36° C que les survivants (20 ± 33 % vs 7 ± 23%, p<0.01). La température minimale des 48h était significativement plus faible chez les patients qui décèdent (35 ±2.5 °C vs 36 ±2.0, p<0.01). Quelque soit la méthode utilisée, nous retrouvions que la courbe des patients qui décèdent est moins complexe que celles des survivants (entropie approximative : 0.23 ± 0.16 vs 0.30 ± 0.16 p<0.01). De plus cette courbe de température décorrèle de la courbe de fréquence cardiaque (entropie croisée : 0.29 ± 0.16 vs 0.36 ± 0.15, p<0.01). De manière intéressante, les patients jugés cliniquement infectés n’étaient pas plus hypo ou hyperthermes. Pour les patients admis pour une cause neurologique, on retrouvait exactement les mêmes résultats mais plus marqués en ce qui concerne les complexités. Malgré le contrôle plus strict de ces patients, ils étaient légèrement plus hyperthermes que les autres patients. L’évolution sur les 7 premiers jours montre que les patients sont surtout hypothermes les 2 premiers jours mais dans le groupe décès ils le restent relativement pendant les 7 jours de suivi. Au cours du séjour et pour les deux groupes, les patients deviennent de plus en plus hyperthermes(>39°C), la température est de plus en plus corrélée à la fréquence cardiaque avec un retard moyen de 30 minutes. La complexité n’augmente que pour les patients survivants au cours du séjour. Cette absence de complexité traduit probablement un dépassement des mécanismes de régulation hormonale de la température ce qui conduit à des courbes pauvres en fluctuation. Conclusion : Cette étude montre que les courbes de température contiennent des informations qui sont probablement sous exploités. Nous avons aussi montré que l’hypothermie est autant un signe d’alerte que l’hyperthermie or elle n’est pas prise en compte dans les score de gravité comme l’IGS 2.
Complete list of metadatas

Cited literature [36 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01961741
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Thursday, December 20, 2018 - 10:42:52 AM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 11:35:27 PM
Long-term archiving on : Friday, March 22, 2019 - 12:29:23 PM

File

thèse Ogea mathilde-1.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01961741, version 1

Collections

Citation

Mathilde Ogea. La température en réanimation, facteur pronostic. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-01961741⟩

Share

Metrics

Record views

16

Files downloads

37