Parcours de soins et vécu d'une interruption volontaire de grossesse réalisée en ville chez des médecins généralistes conventionnés : étude quantitative de 71 témoignages de femmes

Résumé : Introduction : L’accès à l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) est une priorité afin de garantir aux femmes de pouvoir jouir de leur droit. Les moyens permettant d'exercer ce droit sont progressivement réduits dans une conjoncture d'économie de la santé et de démographie médicale défavorable. Les autorités sanitaires cherchent donc à valoriser la méthode médicamenteuse en ville. Si l’innocuité de cette méthode est prouvée dans la littérature, peu d’études ont recueilli l’avis des femmes, premières concernées. Nous avons voulu leur donner la parole afin de confirmer les difficultés de parcours pointées dans d’autres travaux, et d’évaluer le ressenti de leur avortement médicamenteux en ville. Matériel et méthode : Il s’agit d’une étude observationnelle transversale descriptive multicentrique. Les patientes de deux médecins généralistes ayant pratiqué un avortement médicamenteux durant l’année 2017 ont été incluses dans l’étude. Un questionnaire standardisé a été crée et les femmes éligibles ont été contactées par téléphone afin d’y répondre. Résultats : 71 femmes ont pu être contactées, soit un taux de participation de 60,68%. Nos résultats confirment la carence informative d’amont : 42% des femmes ne savaient pas que l’IVG pouvait être pratiqué hors de l’hôpital et la source d’information principale sur la marche à suivre restait la famille ou les proches. Le premier interlocuteur du milieu médical consulté était à proportion presque égale le gynécologue de ville ou le médecin traitant. L’information donnée par le praticien effectuant l’IVG était majoritairement bien intégrée, mais la douleur et les saignements ont surpris un tiers des femmes. Les conditions pratiques pour la réalisation de l’acte à domicile étaient dans l’immense majorité réunies. Un quart des femmes n’était pas particulièrement opposées à le pratiquer en milieu hospitalier. Le vécu psychologique de l’événement a été difficile pour plus de 28% des femmes qui ont jugées insuffisantes les informations données à ce niveau. Un gradient social dans le recours à cette méthode semble franc. Conclusion : C’est aux autorités d’organiser la formation des médecins libéraux et d’améliorer la communication au grand public au sujet de l’IVG, dont les possibilités de recours restent encore méconnues des femmes. L’empathie et l’écoute sont des paramètres clefs du rôle de soignant qui sont particulièrement nécessaires dans la prise en charge de ces patientes. Le médecin généraliste pourrait trouver dans l’accompagnement de ses patientes à travers cette épreuve un nouveau rôle en adéquation avec celui de médecin traitant.
Complete list of metadatas

Cited literature [26 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01962181
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Thursday, December 20, 2018 - 2:22:27 PM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 11:35:27 PM
Long-term archiving on : Friday, March 22, 2019 - 12:43:25 PM

File

Thèse finale mise en age NOUV...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01962181, version 1

Collections

Citation

Marion Nouvellon. Parcours de soins et vécu d'une interruption volontaire de grossesse réalisée en ville chez des médecins généralistes conventionnés : étude quantitative de 71 témoignages de femmes. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-01962181⟩

Share

Metrics

Record views

32

Files downloads

28