:. Mi, . Ha, and . Oui,

D. , Donc les conserveries nous achetaient le céleri à bas prix. Alors bah les gens qui avaient des sources ou le ruisseau des Gohards pour arroser, et bah ils pouvaient faire cette culture là à fond quoi. Parce que ce n'était pas cher. Mais ceux qui utilisaient le service d'eau, il ne faisait pas de céleri

, Et est ce qu'il y avait des maraîchers qui n'habitaient pas au bord du Gohards qui quand même allaient puiser dans l'eau ? Mi : Ah non, ils ne pouvaient pas. Non c'était les puits. Non ceux qui habitaient au bord du Gohards c

. Ma, Et du coup est ce que vous pensez que le Gohards a participé à la construction de l'âme du quartier ? Mi : Bah on a toujours entendu, enfin moi j'ai toujours entendu parler du Gohards quoi

, Noël Guillet il pourrait vous en dire plus parce qu'il a connu ça avant moi. Mais heu moi j'ai toujours entendu parler du Gohards, pour moi c'était un repère à la fois et aussi une source de gains quoi

M. , Je sais que là autour du Gohards, il y a une zone verte d'un peu près 30m, par rapport à ça, de réserver pour les espaces verts hein, dans le projet Doulon Gohards

M. , Bah oui c'était une échelle énorme hein, je vois double. Peut-être 8 à 10m de profondeur hein, c'est énorme. Et d'ailleurs, le maraîcher qui était là, il exploitait à l'époque. Donc c'est passé dans une de ses parcelles, un des carrés. Il voulait absolument que ça passe là. C'est pour ça qu'il y a la rue ici maintenant. Il voulait que ce soit le plus creux possible de façon à avoir lui, assez importante pour pouvoir cultivé dessus hein, Des buses qui ont été posé, ah oui ! Ici là, mais j'ai des photos hein

. Moi, Et puis heu donc là un homme debout peut se promener dans la buse, un homme d'1m70 à l'aise. Et puis la largeur, peut-être 2m50 de large, c'est énorme, « je peux mettre tous mes drainages ? » « Oui oui as de soucis ». Donc on évacue toutes les eaux pluviales etc. On évacuait

M. , Ah oui c'était une curiosité du quartier oui. Ici ça se situait en fait chez un maraîcher. Donc on n'y allait pas, mais tout ce qui s'est passé ici, on allait voir. Ouai c'est impressionnant ! Nan, je dirai que c'est un canal enterré

, Parce qu'à la sortie là, c'est presque une rivière hein parce que ça fait peut-être bien heu presque 20 m de large là

, K : Et les gens, à cette époque-là, est ce qu'ils protestaient

M. , Alors il m'avait averti déjà : « Si vous voulez, on peut voir faire un forage plus creux parce que votre puits » bah, la source partait dans le? Faut dire que c'est un point bas ici à Nantes. Donc les sources elles ne sont pas creuses. Donc le simple fait de creuser ici, hop, ça capte les sources dans le ruisseau. Alors bah moi j'avais plus d'eau, alors comme j'allais arrêter, c'était après le 18 juillet 1983. Donc j'avais fermé boutique, donc j'ai dit « ça n'est pas la peine, Bah moi je me souviens, ici, j'avais un puits un peu loin ici

L. De-grêle and . Qu, il y a eu en 1983, ça a été fatale pour moi, j'ai arrêté le métier

, Et du coup, maintenant, il faudrait une histoire pour l'étape 3. Mais peut-être qu'on a un peu mélangé les étapes là

. Ma, Et la 2, peut-être qu'on pourrait raconter l'histoire de l'avenue de l'horticulture, avec les gens qui déversaient ? Mi : Heu attend, ça c'est quelle année ça. 1998 non ? C'est les photos que je t'ai données. Ma : Oui c'est ça, Bah là en fait ce que l'on vient de raconter c'est une histoire pour la 3

. Ma, Ha donc en fait c'était en même temps ! En fait, ils ont dévié le ruisseau, ils l'ont canalisé et en même temps ils ont rebouché l

M. , Donc il n'avait pas lieu d'être à l'avenue de l'horticulture, par contre ils ont conservé des conduits souterrains pour irriguer les maisons de chaque côté, pour évacuer les eaux pluviales, qui se déversaient plus loin dans le ruisseau. K : Et donc la période 4, c'était 2008, c'est ça ? Mi : Alors là suite à l'urbanisation et la création de l'écoquartier, dans le cadre de la ZAC Bottière Chênaie, le ruisseau a été rouvert, rue de la Sècherie. C'est le ruisseau des Gohards rue de la sècherie. Il a été rouvert là heu pour heu donner un espace vert, que ce soit plus convivial, plus vivable dans le quartier, plus sympa. Alors maintenant on entend les grenouilles heu, c'est intéressant, c'est très bien. Bon il y a peut-être un inconvénient, c'est les moustiques. Mais bon, faut bien s'y faire. Mais c'est joli, c'est très beau, avec des éoliennes en plus, Ah oui oui c'était en même temps. Ah oui parce que le ruisseau des Gohards a été dévié comme ça

. Ma, Et du coup, j'aurai deux dernières questions. Ça serait de raconter si vous êtes pour ou contre le projet de Doulon Gohards

M. , Bah il y a ses avantages, mais là il y a beaucoup d'habitations et beaucoup de riverains qui se plaignent des moustiques et tout ça. Donc ça c'est important aussi. Et puis, je ne sais pas dans quelle mesure, ça va se faire parce que en fait heu pfff? Il n'y a pas beaucoup de terrain là pour urbaniser, ça ne sera pas facile. Et aussi heu, la St Médard qui va se retrouver un peu plus loin. Et les handicapés, parce qu'ils récupèrent un outil qui les aidait vraiment où ils se trouvent actuellement et qu'ils n'auront pas forcément plus loin quoi. Donc heu la St Médard qui représente quand même, Donc là, ils veulent rouvrir effectivement toute la partie du ruisseau qui se trouve à la St Médard

, Ainsi que les bâtiments de la St Médard, ils ont été construits aussi essentiellement par les cheminots d'ailleurs. Et donc ils venaient aider pendant leur temps libre pour construire tout ça. Il y a une salle de gymnastique, de tennis et tout. Donc il y a une vie ici, une vie de quartier très très grande, avec beaucoup d'histoire. Donc, c'est pour ça peut-être quand il faut changer tout ça, c'est une grande famille la St Médard et donc ils, où ils vont creuser cette étang-là, pour élargir, ouvrir le ruisseau, il a une ancienneté

:. Ma, Et comme dernière question, j'aurai : quel est le rôle des Gohards aujourd'hui dans le quartier ? Est-ce que ça participe à l'amélioration de la qualité de vie des habitants proches ? Mi : Le rôle des Gohards ? Le rôle des Gohards, le ruisseau en lui-même, c'est quand même un lieu de vie agréable, on s'y promène. Il faudrait que les poissons et les anguilles reviennent

. C'est-faisable-hein, Il y a des espaces verts qui vont être crée. Pour la vie des gens, c'est bien. Se promener, pique-niquer, faire du VTT, du jogging, des jeux d'enfant. C'est intéressant quoi. K : Mais parce que ici, c'est un espace vert là ? Mi : Ici c'est le terrain de la St Médard, et ici c'est un terrain synthétique pour la St Médard

. Là, je pense que le bois va être conservé parce qu'il rentre dans la zone NL, hein vous connaissez, la zone nature

, En parallèle, ici, c'était un petit peu la même chose. Il y avait beaucoup de place et puis on sentait bien que ça allait être urbanisé. On pensait que ça allait se passer un petit peu comme à St Joseph, un petit peu rue par rue. Et puis, Jean-Marc Ayrault est arrivé. Il s'est dit on bloque tout, c'est une richesse d'avoir ces espaces-là. Et moi j'ai salué ça à l'époque. Et plutôt que de faire des petites rues par-ci par-là, des lotissements par-ci par-là, qui n'ont pas forcément de cohérence. On bloque tout et on fait deux ZAC. Une ZAC Erdre-porterie et une ZAC Bottière-Chênaie. Donc ça c'est quand il est arrivé quoi, F : Alors ce qui me paraît intéressant moi sur ce sujet-là, c'est que dans les années je dirai 80, heu la municipalité de l'époque urbanisait si vous voulez un petit peu au coup par coup. Moi, si vous voulez, j'ai bien suivi surtout le projet Erdre-Porterie, qui ne s'appelait pas comme ça à l'époque, il s'appelait st joseph-porterie. Et du temps de monsieur Chenard, 1989.

, Et puis, finalement c'est passé parce que c'était une organisation raisonnable quoi. Il y avait un enjeu certes, mais la densité de population était quand même réduite par rapport à ce qu'on, ce qui est fait maintenant d'ailleurs

. Alors-Ça, En ce qui concerne l'écoquartier, heu c'est vrai qui la municipalité était très à cheval sur le fait que les espaces verts soient respectés, qu'on en crée des nouveaux. Le PLU de l'époque disait, pas de maisons à plus de 500m d'un espace vert. Donc ça a été respecté

, Parce que moi personnellement ici, il y a des moucherons dans la salle de bain. Depuis que le Gohards est ouvert, on est infesté de bestioles

, Alors un truc rigolo par contre c'est la grenouille. On a des grenouilles dans notre tout petit bassin du jardin

, Autrement heu que vous dire sur la ZAC, personnellement je trouve que tout est positif dans cette histoire de ZAC. C'est assez dense mais pas trop, c'est vert, ça favorise, les transports en commun sont bien faits donc heu c'est quand même pas très loin de la ville

, M : En fin de compte, là où ils ont bâti Bottière Chênaie, c'était surtout des maraîchages, il n'y avait pas beaucoup de maisons

À. Acheter-À-st-luce and . Thouaré, Et ça c'était dure quand même, et comme on vous disait l'autre jour, un terrain maraîcher, ça se travaille quoi, on amende, on met de la terre, on rééqui-libre, on met du sable? Il travaillait énormément pour arriver à ça. Donc quand on les a délogés, je comprends qu'il n'est pas été tellement content. Et puis il y avait un autre problème, parce que quand vous avez une zone d'aménagement concertée comme ça, votre terrain, il est à vous, foncièrement, vous payez les impôts dessus, mais vous ne pouvez plus rien faire dessus. Donc les grands terrains, quand les gens avaient des grands terrains comme ça, il espérait que leurs fils prennent un bout du terrain? Et bah non, les enfants sont partis, F : C'est pour ça que je vous dis que c'était un moindre mal. Parce que les gens, ils ont souffert de partir, mais le nombre de gens concernés était relativement réduit

, Et moi, je me souviens quand j'allais aux conseils municipaux, que je voyais les voisins venir manifester par leur présence hein, puisque l'on n'a pas le droit d'intervenir dans les conseils municipaux. Mais ils étaient là par la présence, avant et après, ils parlaient aux journalistes. Ce qui était totalement légitime. Moi je n'étais pas très à l'aise, parce que je faisais partie des gens qui allaient voter pour

, avec des parcours dans la ville. C'est plutôt ce genre de chose, donc les parcours, valorisant aussi la biodiversité et la nature en ville. Mais on n'est pas obligatoirement sur la réouverture, faut que cela ait du sens. La Chézine, c'est déjà un beau ruisseau avec un bel aménagement, par contre elle est confidentielle la Chézine. Donc c'est comment on vient l'inscrire dans un parcours plus global à l'échelle de la ville, C : Alors oui oui, c'est plutôt une mise en valeur des ruisseaux et une mise en valeur de parcours. C'est à dire comment par exemple heu on met en résonance les différents parcs, les différents ruisseaux, les fleuves

, Et pour revenir à Bottière Chênaie, vous avez peut-être fait des concertations au début du projet. Comment les habitants, qui vivaient autour des tenues maraîchères, M : Ah oui d'accord

, Hein les pavillons mutent, donc on a plutôt des jeunes qui arrivent qui sont plutôt sensibles à ces questions-là. Mais, en fait les personnes âgées étaient plutôt dans un premier temps, heu plutôt réfractaires. Parce que ils avaient, M : Ah oui ! C : Non non, pas du tout positivement heu. C 'était plutôt les vieilles peurs du 19e heu, l'époque hygiéniste

, Donc c'était les mauvaises odeurs, les rats, enfin voilà. Donc heu ils ne voyaient pas l'intérêt qu'on le ré ouvre si c'était pour que ça redevienne comme ça. Voilà, donc il y avait une, En fait les ruisseaux pourquoi ils ont été busés, c'est parce que tous les égouts allaient dedans et on y mettait tout et n'importe quoi

, Et puis après lors de l'arrivée des premiers habitants, on s'est rendu compte que pour nous, c'était quasiment acquis, cette qualité de pré-sence d'un ruisseau, que c'était une super idée, que le projet était fait et que ça marchait. Et puis heu moi je suis intervenue dans les écoles et j'ai demandé aux élèves ce qu'ils aimaient le plus dans leur nouveau quartier et ce qu'ils aimaient le moins bien, puisque c'était les nouveaux arrivants. Ce qu'ils aimaient le plus, c'était le chocolatier qui avait ouvert et ce qu'ils aimaient le moins bien

, ça n'est pas dangereux de vivre avec un ruisseau. Il faut juste apprendre à vivre avec, heu, vous pouvez mettre les pieds dans le ruisseau, vous pouvez traverser le ruisseau. Et donc là du coup, les enfants le voient comme un jeu maintenant. Maintenant, il y a une vraie relation à l'eau dans le quartier mais ça n'était pas aussi évident. Et vous verrez quand vous irez sur le terrain, le canal qui est au bord de l'école, on a vraiment été obligé de mettre des barrières, Donc on a travaillé là-dessus. Je leur ai demandé d'aller voir leurs grands-parents, qui n'habitent pas sur le secteur, mais de leur demander comment ils vivaient quand ils étaient petits, quand il y avait un ruisseau par exemple. Pour les grands-parents, les ruisseaux étaient de terrain de jeux où ils pouvaient patouiller, faire des bateaux

, Et il va falloir réapprendre à vivre avec la nature en ville. Ça l'a été avec l'eau mais ça l'a été aussi avec les éphémères. Les éphémères, c'est comme des petits moustiques mais qui ne piquent pas, qui se sont mis en place au début avec l

, Et puis après on a eu des renards, donc vieille phobie d'attraper la rage. Donc vous voyez que en fait, le développement de la nature, puisque vous verrez autour du ruisseau on a mis en place des enclos de biodiversité donc autour donc autour de ganivelle, auquel on ne va pas toucher. On ne touche pas du tout et donc il y a des scientifiques qui viennent faire le point pour voir l'évolution du milieu, au fur et à mesure des années. Pour voir un peu qu'est ce qui se met en place quand il n'y a pas d'empreinte de l'homme. Donc, on a des animaux on a des loirs, on a pas mal de choses qui se mettent en place quoi donc c'est assez intéressant. Alors maintenant les habitants ont compris, « C'est super d'avoir des éphémères en ville, ça veut dire que vous avez un environnement qui est hyper bon ». Et les habitants disaient : « mais nous on les retrouve chez nous, ils rentrent dans notre soupe