Traitement médicamenteux de l'asthme du nourrisson

Résumé : L'asthme du nourrisson nécessite impérativement une prise en charge active dont les objectifs sont principalement : - une normalisation de l'état fonctionnel respiratoire ; - une réduction de la morbidité et de la mortalité ; - une réduction du nombre d'hospitalisations ; - une amélioration du pronostic à long terme. Le diagnostic de l'asthme chez le nourrisson, bien que difficile, doit donc être fait le plus tôt possible car il conditionne l'efficacité du traitement. Une enquête étiologique entreprise précocement permet en outre, de mettre en place un traitement de fond bien approprié à l'enfant. De même, pour le traitement de la crise d'asthme, une grande partie de son succès réside dans sa précocité, l'idéal étant de traiter dès les prodromes, de façon à éviter la crise ou, tout au moins, à en diminuer la sévérité et la durée. La fréquence de l'hospitalisation des nourrissons asthmatiques est relativement importante, la prise en charge hospitalière étant incontournable lors des premières crises du très jeune enfant. Par la suite, c'est le degré de gravité des crises qui conditionne l'importance du nombre d'hospitalisations. La tendance ces dernières années montrait une sensible augmentation du nombre d'admissions à l’hôpital (selon une étude à Londres) avec une très faible diminution de la durée de séjour des jeunes enfants. Pour ce qui est du pronostic, la plupart des études confirment la fréquence des récidives à moyen terme. À long terme, le pronostic ne semble pas être aggravé par l'âge de début de la maladie, mais les études épidémiologiques à ce sujet sont peu nombreuses. C'est pourquoi, une réponse est difficile à apporter aux familles, pour lesquelles le principal point d'intérêt du traitement est le devenir de l'asthme de l'enfant. La fréquence de la maladie tend cependant à diminuer avec la croissance de l'enfant et la plupart des asthmes peu sévères du petit enfant peuvent disparaître à un âge variable, et notamment à l'adolescence. On parle de disparition de la maladie, lorsque, en l'absence de tout traitement, aucun symptôme n'a été observé, sur une période de un an. Mais même quand les signes de la maladie ont disparu, il faut savoir que l'atopie et l'hyperréactivité bronchique persistent et une rechute ultérieure est toujours possible. Enfin, dans les asthmes graves, il est illusoire d'espérer une évolution vers la disparition totale des crises à l'âge adulte. De toute façon, une évolution favorable, si elle a lieu, est conditionnée et favorisée par les traitements. Ces traitements étudiés précédemment sont de nature relativement variée et la large gamme de molécules disponibles offrent des possibilités de prise en charge variables. Ainsi, des enfants ayant des asthmes de gravité comparable peuvent bénéficier de modalités thérapeutiques bien différentes. De plus, bien que les molécules efficaces pour traiter l'asthme sont actuellement nombreuses et proposent diverses voies d'administration, certaines formes galéniques ne sont pas utilisables chez le nourrisson. Les thérapeutiques inhalées occupent une place de choix dans la prise en charge globale de la maladie asthmatique du nourrisson et sont particulièrement adaptées à ces jeunes patients souffrant d'obstruction des voies aériennes. Cependant, la voie inhalée doit être prescrite avec rigueur et à bon escient, car si elle est bénéfique et présente des avantages qui ne sont plus à démontrer, elle n'est pas la voie la plus simple à utiliser. Les techniques à employer se révèlent ainsi parfois contraignantes. Mais de gros progrès ont été faits ces dernières années, avec notamment l'apparition des chambres d'inhalation. De manière générale, dans le traitement de l'asthme du nourrisson, toutes voies d'administration confondues, l'utilisation des béta-2 mimétiques tient une place très importante, avec une préférence actuelle pour les béta-2 mimétiques sélectifs. La place de l'inflammation dans la maladie asthmatique fait que parmi l'ensemble des molécules susceptibles de traiter l'asthme, les traitements anti-inflammatoires sont importants et sont utilisés fréquemment et de plus en plus tôt. Un tel traitement anti-inflammatoire permet d'améliorer le pronostic de la maladie, d'en diminuer la morbidité, voire la mortalité. Les corticoïdes restent un traitement de dernier recours ils sont administrés dans environ dix pour cent des cas. La voie inhalée est généralement préférée. Au niveau international, de très importantes variations dans le traitement médicamenteux de l'asthme grave sont observées. En Europe par exemple, on note une préférence des médecins pour l'administration des médicaments par voie inhalée. Certains facteurs sont à prendre en compte pour expliquer ces différences de traitement, comme par exemple, les variations individuelles dans la réponse au traitement. À côté du traitement médicamenteux proprement dit, l'utilisation de l'oxygène constitue un aspect important du traitement. Ainsi, l'oxygénothérapie est systématique chez tout enfant ayant une crise d'asthme sévère. De plus, la kinésithérapie respiratoire ne doit pas être négligée chez le tout petit lorsqu'elle est possible, la désobstruction nasale est d'un grand intérêt. Chez les nourrissons de moins de un an, il n'existe que très peu d'essais contrôlés des divers types de traitement. Il serait nécessaire en particulier, de préciser les moyens d'administration des médicaments les mieux appropriés et les plus efficaces. Ainsi, un certain nombre de domaines nécessitent une poursuite de la recherche clinique. On ne connait pas par exemple, la fréquence avec laquelle des sujets ayant initialement une hyperréactivité bronchique asymptomatique deviennent finalement des asthmatiques et on ignore de même si une lutte active pour réduire l'hyperréactivité bronchique améliore le pronostic à long terme. On a vu que lors du traitement du nourrisson asthmatique, une grande collaboration et complicité de la part des parents était nécessaire. En effet, comme pour toute maladie chronique, l'asthme pose le problème de l'adhésion au traitement. Cette adhésion diminue souvent avec la durée du traitement et elle est toujours surestimée par le médecin. Elle dépend de facteurs socio-culturels, psychologiques et de la qualité de la prescription médicale. Une bonne compréhension de la maladie et du traitement par la famille est indispensable pour favoriser l’adhésion au traitement préventif quotidien, et permettre une meilleure prise en charge des crises. Pour cela, une bonne information des parents doit être réalisée. Le rôle du pharmacien est également important à ce niveau. Il intervient en particulier lors du traitement à domicile, dans le conseil au moment de la délivrance des médicaments prescrits, mais aussi dans le conseil d'utilisation des différents appareils générateurs d'aérosol dont il doit connaître le fonctionnement pour pouvoir l'expliquer aux parents.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [24 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01998681
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Tuesday, January 29, 2019 - 5:25:36 PM
Last modification on : Wednesday, February 27, 2019 - 10:55:26 PM
Long-term archiving on : Tuesday, April 30, 2019 - 5:37:56 PM

File

1994GRE17013_cartier_christell...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01998681, version 1

Citation

Christelle Cartier. Traitement médicamenteux de l'asthme du nourrisson. Sciences pharmaceutiques. 1994. ⟨dumas-01998681⟩

Share

Metrics

Record views

40

Files downloads

161