Prise en charge initiale, par les médecins généralistes de Seine-Maritime, du Syndrome douloureux régional complexe

Résumé : RationnelLe diagnostic et la prise en charge du SDRC sont difficiles. Très récemment des recommandations françaises viennent de voir le jour. Le médecin généraliste en tant que médecin de premier recours est donc un acteur majeur de la prise en charge. Il semble donc intéressant de le sensibiliser aux enjeux de cette pathologie.ObjectifsDéterminer comment les médecins généralistes de Seine maritime, prennent en charge les patients présentant un SDRC en phase aiguë, identifier quelles peuvent être leurs difficultés et leurs attentes.Matériel et méthodesIl s’agit d’une étude quantitative observationnelle et descriptive portant sur les médecins généralistes libéraux exerçant en Haute-Normandie. Le questionnaire a été envoyé par voie postale à 400 médecins généralistes en juillet 2017.Résultats125 questionnaires ont été analysé, soit un taux de réponse de 31,5%. Les médecins ayant répondus étaient représentatifs de la population (sexe, âge). Seulement, 79 médecins avaient répondu à la seconde partie du questionnaire, qui concernait l’étude de cas. La moyenne d’âge des patients était de 46 ans, avec un sex-ratio de 1 homme pour 3 femmes. La localisation prédominante était le membre inférieur. L’étiologie post traumatique était la plus souvent retrouvée et 28 SDRC étaient secondaire à un accident de travail, 4 avaient un litige en cours. Concernant la prise en charge diagnostic, un seul médecin avait utilisé les critères de Budapest pour le diagnostic, 92% des patients avaient eu une prescription d’examens complémentaires et 54% présentaient une douleur de type neuropathique. Concernant le prise en charge médicamenteuse, 96% avaient eu une prescription de traitement antalgique (Paracetamol 20,38%, Tramadol 15,17%) et 78% avaient bénéficié d’une réadaptation par kinésithérapie. Seulement, 17% avaient été adressé à un psychologue. Le recours à un spécialiste avait eu lieu chez 81% des patients. Ils y étaient adressés le plus souvent devant la nécessité de traitements spécifiques (17,86%), et pour permettre éliminer des diagnostics différentiels (15,71%). 66,6% des médecins avaient posé le diagnostic par eux même. Concernant le prise en charge du SDRC, 38% des médecins se sentaient bien informé. Les difficultés les plus souvent rencontrés étaient le manque d’efficacité des traitements, pour 86 médecins (34,68%) et les délais d’obtention d’avis spécialisés pour 57 médecins (22,98%). Les aides les plus souvent cités étaient un support pour les aider dans la prise en charge diagnostic et thérapeutique (31,31%). Il ne ressort de l’étude aucune association significative entre le fait de se sentir bien informé sur le SDRC et la prise en charge des patients. Les patients ayant un litige n’étaient pas plus adressé à un psychologue par rapport aux autres patients (p=0,53).ConclusionPlus de la moitié des médecins généralistes ne se sentent pas bien informé sur la prise en charge du SDRC. Les critères de Budapest ne sont pas utilisés pour le diagnostic. La sortie de recommandations françaises devrait les aider dans cette prise en charge difficile. Une autre piste de réflexion pourrait être la création d’un réseau de soin.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [50 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02013435
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Monday, February 11, 2019 - 9:16:53 AM
Last modification on : Tuesday, May 14, 2019 - 9:44:02 PM
Long-term archiving on : Sunday, May 12, 2019 - 12:59:15 PM

File

Lacrambre-Pépin Sarah.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02013435, version 1

Citation

Sarah Lacrambe-Pépin. Prise en charge initiale, par les médecins généralistes de Seine-Maritime, du Syndrome douloureux régional complexe. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-02013435⟩

Share

Metrics

Record views

37

Files downloads

12