Prévalence de la surcharge pondérale infantile et du rebond d'adiposité précoce dans les quartiers Nord de Marseille. Dépistage et prise en charge en médecine générale

Résumé : Contexte : la prévalence des problèmes de poids est moins bien documentée dans la petite enfance, période pourtant critique au développement de l’obésité. L’obésité et le surpoids sont plus fréquents dans les zones urbaines, précaires et à forte densité de population. Le rebond d’adiposité précoce (RAP) est un facteur de risque largement démontré, facilement identifiable et très prédictif du risque d’obésité ultérieure. Il n’a jamais fait l’objet d’étude dans une large population. Le rôle des médecins généralistes (MG) est essentiel dans le dépistage, les premières mesures thérapeutiques et le suivi. Méthode : cette étude évalue la prévalence du surpoids, de l’obésité et du rebond d’adiposité précoce chez les enfants âgés de 3,5-4,5 ans scolarisés en petite ou moyenne section de maternelle en 2017-2018 dans les 13ème, 14ème, 15ème et 16ème arrondissements de Marseille. Les données ont été recueillies lors du bilan EVALMATER par les équipes de Protection Maternelle Infantile. En parallèle, une étude descriptive a été conduite auprès des MG du même territoire ayant pour objectif d’analyser les connaissances et les pratiques concernant le dépistage et la prise en charge de l'obésité infantile. Les données étaient recueillies à l’aide d’un questionnaire sur internet. Résultats : 2970 Indice de Masse Corporel (IMC) ont été inclus dans les analyses (76,8% de la population théorique) et 1702 courbes étaient disponibles (57% de l’effectif total). Selon l’IOTF, la prévalence du surpoids était de 10.3% IC95[9,3;11,4], avec significativement plus de filles, et celle de l’obésité de 3,8% IC95[3,2;4,6]. La prévalence du RAP était de 23.8% des courbes disponibles, avec significativement plus de filles. Parmi les enfants ayant un RAP, 64,7% des enfants avaient un IMC normal. Seulement 40% des MG interrogés connaissent et recherchent systématiquement le RAP. Ils sont nombreux à ne pas connaitre de réseaux et de structures spécialisées dans leur région, en particulier, plus de la moitié ne connaisse pas le Centre Spécialisé Obésité, structure de référence régionale et départementale. Conclusion : il est essentiel de cibler les politiques de prévention et d’éducation sur les territoires défavorisés. Parmi les enfants entre 3,5 et 4,5 ans des quartiers Nord, plus d’un enfant sur sept a un IMC normal et présente un RAP, ce qui montre l’importance d’un repérage précoce des problèmes de poids par le MG. Il est important d’augmenter la lisibilité et l’accessibilité des réseaux de prise en charge de l’obésité.
Complete list of metadatas

Cited literature [20 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02023835
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Monday, February 18, 2019 - 5:00:49 PM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 11:35:27 PM
Long-term archiving on : Sunday, May 19, 2019 - 7:02:52 PM

File

Thèse J.PITSCH complète 2.0....
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02023835, version 1

Collections

Citation

Juliette Pitsch. Prévalence de la surcharge pondérale infantile et du rebond d'adiposité précoce dans les quartiers Nord de Marseille. Dépistage et prise en charge en médecine générale. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-02023835⟩

Share

Metrics

Record views

19

Files downloads

47