Colites à Clostridium difficile : efficacité des traitements actuellement disponibles et facteurs de risque de récidive

Résumé : Introduction : l’infection à Clostridium difficile (ICD) représente la 1ère cause de diarrhée acquise à l’hôpital et correspond à 25% des diarrhées post antibiotiques. Son épidémiologie a considérablement changé au cours des 2 dernières décennies en raison de l’apparition de clones hypervirulents. L’intérêt de la greffe de microbiote fécal est clairement établi pour la prise en charge des ICD récidivantes ou sévères. Nous avons réalisé cette étude afin d’étudier l’efficacité de la greffe de microbiote fécal par rapport aux autres traitements actuellement disponibles, pour tous les épisodes d’ICD, quelles que soient leurs caractéristiques. Par ailleurs, nous avons recherché s’il existait une association entre certains facteurs et le taux de récidive à 1 mois. Matériel et méthodes : nous avons réalisé une étude prospective sur une durée de 1 an (mai 2016 – mai 2017). Pour chaque épisode d’ICD au sein de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille (AP-HM), une greffe de microbiote fécal était proposée au patient. Le traitement administré restait à l’appréciation du praticien en charge du patient. De plus, toutes les caractéristiques (cliniques, biologiques et traitement reçu) de l’épisode étaient renseignées afin d’étudier l’association entre certains facteurs et le taux de récidive à 1 mois. Résultats : au total, 199 patients ont été inclus dans notre étude. 55 patients ont reçu une greffe de microbiote fécal et 144 ont été traités par antibiotiques (55 par metronidazole, 59 par vancomcyine, 25 par fidaxomycin et 5 par l’association metronidazole et vancomycine). La greffe de microbiote présentait une efficacité à 1 mois (67%) significativement supérieure aux antibiotiques (52%), p = 0.035. Par ailleurs, l’analyse multivariée mettait en évidence une association entre l’insuffisance rénale aigüe et un risque de récidive plus important à 1 mois (OR= 2.256, IC 95% 1.121 – 4.539, p = 0.023). Enfin, la greffe de microbiote fécale était associée à une diminution du risque de récidive à 1 mois (OR = 0.456, IC = 95%, 0.220 – 0.946 ; p = 0.035). Conclusion : l’efficacité à 1 mois de la greffe de microbiote fécal pour la prise en charge des ICD est supérieur à un traitement par antibiotique seul. Par ailleurs, la greffe de microbiote fécal est associée de façon significative à un taux de récidive moins important à 1 mois quelles que soient les caractéristiques de l’épisode. Son indication pourrait donc être élargie à tous les épisodes d’infection à Clostridium difficile.
Complete list of metadatas

Cited literature [3 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02040403
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Wednesday, February 20, 2019 - 11:59:49 AM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 11:35:27 PM

File

THESE CHARTIER COMPLETE bis-1....
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02040403, version 1

Collections

Citation

Maxime Chartier. Colites à Clostridium difficile : efficacité des traitements actuellement disponibles et facteurs de risque de récidive. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-02040403⟩

Share

Metrics

Record views

12

Files downloads

49