Les troubles cognitifs liés à l'alcool, conséquences cliniques et intérêt d'un dépistage systématique

Résumé : Ce travail a consisté à réaliser une revue de la littérature autour des troubles cognitifs « mineurs » induits par l’alcool illustrée par 2 cas cliniques. La dépendance à l’alcool est fréquemment associée à des troubles neurocognitifs, très hétérogènes, s’installant souvent de manière progressive et insidieuse. Cette hétérogénéité s’explique entre autres par de nombreux facteurs de vulnérabilité identifiés, ainsi qu’une diversité lésionnelle par la toxicité directe et indirecte de l’alcool. Ces altérations cérébrales, structurelles et fonctionnelles, vont concerner essentiellement deux circuits : le circuit de Papez et le fronto-cérébelleux. Longtemps sous-diagnostiqués et dominés par des syndromes bien identifiés comme le syndrome de Korsakoff, on parle désormais de continuum des troubles allant de l’atteinte neurocognitive mineure aux syndromes démentiels. Ces atteintes vont conduire dans des proportions variables à des troubles neurocognitifs et être à l’origine de difficultés concernant le changement de comportement de consommation contrastant avec une surestimation des capacités à y parvenir. La présence de ces troubles déficitaires pourrait alors être un facteur de rechute et constituerait donc un désavantage dans le soin en limitant le bénéfice des thérapies centrées sur la prévention de la rechute. Les principales atteintes dans les TUAL vont concerner la fonction mnésique (mémoire épisodique et mémoire de travail), les fonctions exécutives (contrôle de la cognition et du comportement), les fonctions visuo-practo-spatiales, les cognitions sociales (alexthymie) et la métacognition (introspection). Les connaissances actuelles sur l’alcoolo-dépendance et la présence quasi-systématique de ces troubles autorisent donc un nouveau regard sur les notions de déni ou de résistance au changement, et devraient permettre dans l’avenir la mise en place de prises en charge plus globales et plus adaptées à chaque patient. Les données scientifiques montrent que ces atteintes cognitives peuvent régresser spontanément, au moins de manière partielle avec l’abstinence bien que cela ne soit pas homogène. Leur prise en compte semble donc indispensable dans la prise en charge des TUAL et leur dépistage systématique permettra une meilleure prise en charge dans la mesure où ils peuvent représenter un véritable frein. Si des déficits sont repérés une évaluation neurocognitive globale devra être effectuée par un neuropsychologue afin que les patients puissent bénéficier d’un programme de soins adapté à leurs difficultés. Leur prise en charge passera essentiellement par de nombreuses mesures préventives ainsi que des soins de remédiation cognitive au sein d’une prise en charge globale sur le modèle bio-psycho-social. L’apport de cette littérature riche sur leurs conséquences en termes de limitation de l’efficacité des thérapies et de risque majoré de rechute, est important et offre une nouvelle perspective dans la problématique des troubles de l’usage de l’alcool par la neuropsychologie.
Complete list of metadatas

Cited literature [188 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02043543
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Thursday, February 21, 2019 - 9:47:07 AM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 11:35:26 PM
Long-term archiving on : Wednesday, May 22, 2019 - 12:43:11 PM

File

THESE COMPLETE MICHOT.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02043543, version 1

Collections

Citation

Vincent Michot. Les troubles cognitifs liés à l'alcool, conséquences cliniques et intérêt d'un dépistage systématique. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. ⟨dumas-02043543⟩

Share

Metrics

Record views

24

Files downloads

329