Adénopathie cervicale métastatique de carcinome épidermoïde sans primitif retrouvé : stratégie diagnostique et thérapeutique

Résumé : Introduction : l’objectif de notre étude était d’évaluer l’impact d’une amygdalectomie uni ou bilatérale sur la découverte de la tumeur primitive et la survie de patients présentant des adénopathies prévalentes cervicales de carcinome épidermoïde (ADPpCCE). Matériel et méthode : il s’agissait d’une étude rétrospective portant sur 63 patients, inclus de janvier 2008 à décembre 2017 dans le centre hospitalo universitaire de Marseille. Tous les patients inclus avaient eu un bilan initial exhaustif par examen clinique, TDM cervico-thoracique, PETscan et endoscopie sous anesthésie générale n’ayant pas permis de découvrir le primitif. La recherche de la présence d’EBV et d’HPV a pu être réalisée chez 43/63 patients (68%). Les deux analyses ont été effectuées lors de la prise en charge initiale ou rétrospectivement après avoir obtenu le consentement écrit des patients. Les analyses statistiques ont été effectuées avec le logiciel IBM SPSS Statistics 20.0 (IBM Inc., New York, États-Unis). Résultats : parmi les 63 patients initiaux 47 ont bénéficié d’une amygdalectomie uni ou bilatérale. Elle a permis de découvrir 12 primitifs amygdaliens (26%). Le primitif amygdalien était ipsilatéral au ganglion dans 10 cas (83%), controlatéral dans 1 cas (8%) et indéterminé (car présence d’adénopathies bilatérales) dans 1 cas (8%). 4 patients (8,5%) ont eu une complication hémorragique post amygdalectomie. Les cancers de l’amygdale retrouvés étaient statistiquement plus p16+ que les ADPpCCE (p= 5,08*10_6). Les patients p16+ présentaient statistiquement plus d’adénopathies localisées dans le secteur II (p=0,046). La survie globale et sans récidive était significativement meilleure chez les patients pour lesquels on avait trouvé un primitif amygdalien respectivement p= 0,027 et p=0,008 (survie globale à 5 ans : 72,6% pour le groupe avec une amygdalectomie versus 48,5% pour les patients sans ce geste. Survie sans récidive à 5 ans : 65,8 %, contre 30% pour le groupe sans amygdalectomie). Conclusion : Au vu de la forte association de la p16+ avec la découverte d’un cancer amygdalien chez les ADPpCCE, nous proposons d’intensifier la prise en charge diagnostique des ADPpCCE p16+ en réalisant chez ces patients une amygdalectomie bilatérale systématique. L’exérèse du tissu lymphoïde basi-lingual peut se discuter en cas d’amygdalectomie négative.
Complete list of metadatas

Cited literature [40 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02049239
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Tuesday, February 26, 2019 - 11:22:18 AM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 11:35:27 PM
Long-term archiving on : Monday, May 27, 2019 - 1:50:55 PM

File

THESE complete P.Podeur v2.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02049239, version 1

Collections

Citation

Pauline Podeur. Adénopathie cervicale métastatique de carcinome épidermoïde sans primitif retrouvé : stratégie diagnostique et thérapeutique. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-02049239⟩

Share

Metrics

Record views

12

Files downloads

165