Mortalité des patients opérés d'une fracture de l’extrémité supérieure du fémur au CHU d'Amiens : étude prospective, opérationnelle, monocentrique

Résumé : Les fractures de l’extrémité supérieure du fémur (FESF) représentent un problème de santé publique majeur chez la personne âgée. Environ 1,6 millions de patients sont victimes chaque année d’une FESF et ce nombre augmente du fait du vieillissement de la population. Au cours d’une étude rétrospective amiénoise récente la mortalité avait été estimée à 22,5% à 1 an de la fracture. Chez les patients survivants, l’impact sur la perte d’autonomie et la dégradation de la qualité de vie est considérable. La réduction de l’incidence des complications postopératoires passe notamment par l’identification de facteurs de risques. Aucune étude prospective ne s’est intéressée, à Amiens, à la mortalité et à l’étude des variables impliquées dans le pronostic et la mortalité de ces patients. L’objectif était d’évaluer la mortalité à 6 mois des patients victimes d’une FESF. Nous avons également recherché les facteurs impliqués dans le pronostic. Type d’étude : Prospective, observationnelle, monocentrique. Après accord du comité éthique, nous avons inclus prospectivement l’ensemble des patients opérés d’une FESF au bloc d’urgence au CHU d’Amiens de juin 2016 à juin 2017. Les données préopératoires (comorbidités, autonomie préopératoire), peropératoires (type d’anesthésie, type de chirurgie) et postopératoires étaient recueillies. L’objectif principal (état du patient à 6 mois) était recueilli par suivi du dossier informatisé mais également par appel téléphonique du patient, du médecin traitant et des mairies. Nous avons également recherché les facteurs pronostiques impliqués dans la mortalité et analysé le délai de prise en charge chirurgical de plus de 48 heures ainsi que sa cause. 309 patients ont été analysés au cours de ce suivi. La mortalité à 6 mois était de 18.8 % (58 sur 309 patients). Après analyse multivariée, nous avons mis en évidence, comme facteur de risque indépendant de décès, le délai de prise en charge > 48 heures (RR 2,45 IC95% [1,07-5,64] ; p<0.01). Le nombre de décès est de 44 (76%) chez les patients opérés à plus de 48 h de la fracture contre 14 (24%) chez les patients opérés dans les 48 premières heures (p<0,01). Le report de la chirurgie était essentiellement lié à un problème de plage opératoire (41%), de gestion des antiagrégants plaquettaires (5%) et de gestion des anticoagulants (16%). On retrouve également comme facteurs de risque indépendants de décès le score de Lee supérieur à 3 (RR 4,79 IC95% [1,48-15,49] ; p<0,01), le type de prothèse « intermédiaire » (RR 2,35 IC95% [1,27-4,36] ; p = 0.006). Le mode de vie préopératoire (patient vivant seul au domicile par opposition à l’institutionnalisation) est un facteur protecteur (RR 0,319 IC95% [0,158-0,646] ; p < 0.01). La mortalité à 6 mois est de 19%. Le délai de prise en charge chirurgical reste un élément clef du pronostic des patients victimes d’une FESF. Une prise en charge tardive est régulièrement expliquée par des problématiques de gestion préopératoire des traitements anticoagulants et antiagrégants plaquettaires mais aussi par des problèmes organisationnels. L’amélioration de nos pratiques devra passer par la réduction de ce délai d’attente.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [9 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02051014
Contributor : Bu Santé Upjv <>
Submitted on : Wednesday, February 27, 2019 - 3:11:02 PM
Last modification on : Friday, March 1, 2019 - 1:20:50 AM

File

Terrasi Benjamin. Thèse d'exe...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02051014, version 1

Collections

Citation

Benjamin Terrasi. Mortalité des patients opérés d'une fracture de l’extrémité supérieure du fémur au CHU d'Amiens : étude prospective, opérationnelle, monocentrique. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-02051014⟩

Share

Metrics

Record views

13

Files downloads

25