Abcès ORL profonds de l’enfant - Étude rétrospective d’évaluation des pratiques concernant 108 cas pris en charge aux urgences pédiatriques du CHU de Bordeaux de 2010 à 2015

Résumé : Titre : abcès ORL profonds de l’enfant - Étude rétrospective d’évaluation des pratiques concernant 108 cas pris en charge aux urgences pédiatriques du CHU de Bordeaux de 2010 à 2015. Objectifs : décrire la prise en charge des enfants au CHU de Bordeaux concernant les infections cervicales profondes de la face et du cou. Réaliser une description épidémiologique des différents cas d’abcès notamment rétropharyngés et parapharyngés. Élaborer une proposition de protocole de prise en charge. Matériel et méthodes : étude rétrospective des pratiques de prise en charge des abcès cervicaux profonds de l’enfant de Janvier 2010 à Novembre 2015 au CHU de Bordeaux. Résultats : l’étude concerne 108 patients âgés de 3 mois à 14 ans et 10 mois. 50 filles pour 58 garçons. Estimation inquiétante de la couverture vaccinale « obligatoire » (58,3%). Les diagnostics retrouvent 39,8% d’adénophlegmon cervical, 25% d’abcès rétropharyngé, 23,2% de phlegmon péri-amygdalien, 13% d’abcès parapharyngé, 1,9% d’abcès du cavum. Près des ¾ des diagnostics concernent des enfants de 6 ans ou moins. L’incidence est homogène par année sauf pour 2014 (65 cas). La présentation clinique est variée. Le torticolis fébrile est le symptôme le plus fréquent. La majorité des enfants ont reçu un traitement avant hospitalisation (93,5%) (59,4% des antibiotiques, 47,5% des AINS). La durée des symptômes avant passage au SAU est inférieure à 5 jours pour 68% des patients. L’hyperleucocytose est retrouvée chez la majorité des patients (95%). Les hémocultures réalisées (54,6%) étaient négatives ou contaminées. Le TDR a été réalisé pour 20,4% des patients. Les prélèvements bactériologiques réalisés dans la moitié des cas (54,6%) sont surtout monobactériens (77,1%). Staphylocoques aureus et Streptocoques pyogènes sont les espèces majoritaires (54,2% à eux deux). Il n’est pas retrouvé de SARM. Les examens radiologiques sont réalisés dans des proportions différentes : radiographie cervicale (1,85%), échographie (26,9%), TDM (80,6%). 14,8% des patients présentaient des complications notamment vasculaires (50%). Après examen radiologique, 82,4% des prises en charge ont été modifiées. 98,2% des patients ont reçus des antibiotiques. 56,5% respectaient les recommandations de la SFORL et du GPIP (31 patients ont été traités par Amox-ac.Clav et 30 patients ont été traités par C3G et Métronidazole). Les traitements antibiotiques ont été principalement administrés par voie intraveineuse (93,5%), pour une durée de 3 à 7 jours pour les ¾ des patients (75,2%). 52,8% des patients ont bénéficié d’une chirurgie, initialement pour 71,9% et secondairement pour 36,8%. L’ensemble des patients a été hospitalisé (100%), principalement sur le pôle pédiatrique (92,5%) pour une durée moyenne de 6 jours. Plus spécifiquement concernant les groupes respectant les recommandations : le groupe Amox-ac.Clav a présenté de manière plus marquée une modification secondaire d’antibiotique (15 vs 1) par rapport au groupe C3G et Métronidazole. La chirurgie a été réalisée de manière assez similaire (18 vs 16) mais plutôt initialement dans le groupe C3G et Métronidazole (15 vs 9). Les durées d’hospitalisation étaient égales (5,5 jours). Discussion : cette étude confirme certaines données de la littérature : on note une prédominance des abcès cervicaux notamment rétro et parapharyngés chez l’enfant de moins de 6-7 ans, une prédominance masculine sans explication particulière, une prédominance sur les périodes hivernale et printanière. Cette étude confirme également une certaine tendance à l’augmentation d’incidence de ces infections. Une vigilance particulière doit être apportée à l’enfant de moins de 1 an. Le torticolis fébrile est le signe devant faire craindre un abcès cervical de l’enfant. La TDM est l’examen de référence pour l’évaluation des abcès cervicaux de l’enfant et notamment de leurs complications. L’antibiothérapie doit être adaptée aux germes les plus fréquemment retrouvés à savoir staphylocoques aureus et streptocoques pyogènes. Un traitement par Amox-ac.Clav semble désormais apparaitre comme l’un des traitements de première intention, sauf dans certaines situations. La prise en charge coordonnée des différents professionnels est essentielle.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [60 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02057405
Contributor : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Submitted on : Tuesday, March 5, 2019 - 11:58:02 AM
Last modification on : Tuesday, April 2, 2019 - 2:31:28 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02057405, version 1

Collections

Citation

Clément Menigoz. Abcès ORL profonds de l’enfant - Étude rétrospective d’évaluation des pratiques concernant 108 cas pris en charge aux urgences pédiatriques du CHU de Bordeaux de 2010 à 2015. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-02057405⟩

Share

Metrics

Record views

14

Files downloads

320