A. Giami, L. Bail, and J. , HIV infection and STI in the trans population: A critical review. Rev D'Épidémiologie Santé Publique, Aout, vol.59, issue.4, pp.259-68, 2011.

K. Wierckx and S. Mueller, Long Term Evaluation of Cross Sex Hormone Treatment in

, Transsexual Persons, J Sex Med, vol.9, issue.10, pp.2641-51, 2012.

L. J. Gooren, K. Wierckx, and E. J. Giltay, Cardiovascular disease in transsexual persons treated with cross-sex hormones: reversal of the traditional sex difference in cardiovascular disease pattern, Eur J Endocrinol. Juin, vol.170, issue.6, pp.809-828, 2014.

L. Girard, La demande de soins des personnes transsexuelles en France : prise en charge médicale et respect de la dignité

P. Univ and . Descartes, , 2013.

A. Drapier, Place du médecin généraliste dans la dysphorie de genre : retour d'expérience auprès de patientes et de médecins

. Univ, M. Pierre, and . Curieparis, , 2018.

M. Garnier and S. Ollivier, En dehors du parcours de transition, quelles sont les spécificités de la demande de soins des personnes transidentitaires ?, 2018.

, French Association of Young Researchers in General Practice

D. Sur,

, Entretien n°9 et 10 -dimanche 1er juillet, 2018.

P. Clément, Après discussion, les deux entretiens des participantes 9 et 10 ont été menés conjointement

, Nous avons estimé ne perdre aucune donnée précieuse par la conduite conjointe des deux entretiens, les deux participantes se connaissant très bien et n'ont, d'après elles, « aucun secret l'une pour l'autre, Après coup

, qu'est-ce que vous en pensez ? P9 : Bah moi personnellement j'aime bien le terme de transidentité, parce que déjà voilà, transsexuel, je ne conçois pas, parce que le terme sexe, tout de suite les gens font l'amalgame avec la prostitution, enfin voilà ce genre de choses, et transidentitaire pour moi ouais c'est le terme qui convient le mieux pour une personne qui a l'intention de changer d'identité. Moi après je ne suis pas très bavarde

, Bon alors mon idée, si ta question c'est ça, moi le terme transidentitaire me convient mieux que transgenre. C'est le terme que j'emploie le plus. Bon je l'utilise aussi transgenre, P10 : Non non ! Toi tu donnes ton idée ? P9

, Même si depuis 5 ans, il y a des émissions télé de partout, on est mis sur la sellette, en bien ou en mal d'ailleurs, le fait de parler de transgenre, transidentitaire, de dysphorie -parce qu'il y a aussi ce terme qui est le terme plus médical -bon, c'est je pense compliqué pour les gens... alors j'allais dire simples, ça va que ça restera privé ce truc là (rires), les gens simples, pas neuneus ! Ça serait plutôt transgenre parce qu'il n'y a pas que l'identité. Il y a l'identité, il y a le genre, c'est compliqué de faire les deux, enfin de décider de l'un ou de l'autre. Pour moi ça serait plutôt transgenre, parce qu'au fond de moi-même, mon identité intime, ma personnalité, elle ne change pas. Donc c'est ce que je disais, moi ça serait transgenre. Après, dysphorie de genre ça va bien, voilà. Alors pourquoi je continue à dire transsexuel, c'est un truc assez rigolo, P10 : Pour moi ça serait plutôt transgenre, je ne sais plus ce que j'avais dit sur l'émission mais je crois que c'est transgenre

. Oui, Et ça t'a choqué ? Enfin, pas choqué, mais surpris par rapport à ce que je disais au départ ? part le fait que je sois seule, les gens « tiens c'est bizarre, vol.10

». , et puis ils sentaient, tous les gens après quand j'ai fait mon coming-out, enfin mon annonce auprès des ami.es et de la famille, je leur ai posé la question « mais vous n'aviez rien qui vous mettait la puce à l'oreille par rapport à moi ? ». Et ils m'ont tous dit : « on sentait qu'il y avait un mal-être en toi, qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas, mais on ne savait pas ce que c'était ». Mais après, par rapport à d'autres personnes où ça se voit un peu sur le physique

, Je te posais ces questions-là parce qu'on a eu dans les entretiens des personnes qui allaient prendre contact avec le milieu médical parce qu'ils sentaient qu'il y avait un malêtre mais ne savaient pas exactement quoi et donc...(le chat bondit sur le fauteuil). C'est le bizutage ?

, P9 : J'espère que t'es pas allergique aux chats, aux poils de chat

, Non non, je trouve ça agréable ! Et donc

, P9 : Oui voilà, j'avais toutes les infos, je savais comment ça se passait, je savais comment

, Une fois que c'est lancé, il faut contourner tous les obstacles, faire les choses dans l'ordre. Moi, ce qui m'a permis de faire une bonne transition, enfin je pense, je ne sais pas si [P10] sera d'accord avec moi, c'est que j'ai fait les choses méthodiquement, dans l'ordre, je ne me suis pas dispersée dans tous les sens comme certaines peuvent le faire, et j'ai continué à avoir mes ami.es, rester moi-même en faisant tous ces changements qui n'étaient pas évidents pour certaines personnes

, je suis super satisfaite de ma transition qui s'est vraiment passée dans des super bonnes conditions, je n'ai pas eu de gros gros problèmes. Bon, il y a eu des périodes difficiles, certes, mais je me dis, si tout le monde pouvait avoir la même transition que moi, je serais plus heureuse. Quand je vois, quand je lis ou que j'écoute... bon je connais quelques personnes sur [ville], pas énormément, mais quand j'écoute certains témoignages, ce que certaines me disent, c'est vraiment très très pénible, alors que moi ça s, P9 : Donc voilà, franchement, pour revenir là-dessus

, alors déjà elles habitent dans une péniche, un bateau, c'est un choix qui est plutôt sympa, mais elles sont obligées de quitter la région où elles sont... alors est-ce qu'elles sont plus sensibles, ou plus sanguines au fait que les gens se trompent, ou ne fassent pas attention, et que ce n'est pas forcément de la transphobie volontaire ? C'est souvent de la transphobie que j'appellerais ordinaire ou maladroite, et que peut-être elles le prennent plus pour elles je ne sais pas, mais enfin en attendant, elles vivent des choses...moi je n'ai jamais été mégenrée par exemple, ça a toujours été Madame. La seule chose rigolote que j'ai eu à [ville], j'y ai été avec ma chef de la douleur

, Donc elle a fait attention à ne pas dire « Messieurs dames », mais bon voilà. Mais après, avec le temps, ça a disparu. Et même si on est dans une région un petit peu xénophobe, quand même, Voilà, et rentrer dans un magasin « Bonjour Mesdames », puis après je commence à parler pour poser des questions etc. et à la fin c'était « Au revoir » (silence), et pas « Au revoir Mesdames

, P10 : Que ce soit à la boulangerie, que ce soit

, Mais après, ça vient de la personne aussi, c'est difficile de faire une généralité. Moi je sais que personnellement, voilà, je n'ai jamais essayé de, comment dire, de me mettre, P9 : Non, non

, Même si certains le verront, auront des petits ricanements, des choses comme ça, moi ça me passait au-dessus de la tête tout ça. Moi, tant qu'on ne touchait pas à ma personne physiquement ou verbalement, bah ça allait. Après, voilà, j'ai eu plusieurs fois où on m'a dit volontairement « au revoir Monsieur », des choses comme ça. Ça me faisait mal, mais bon, je laissais couler, parce que je ne voulais pas rentrer dans ce ? Il y a eu des fois, il y a eu 2-3 fois où ça m'a énervée, où j'ai répondu, où j'ai montré mon mécontentement, mais tout en restant entre guillemets « soft ». Après, dès que tu rentres dans l'agressivité, bah non, ça ne sert à rien, tu ne changeras pas les gens quoi. Donc ça après, je pense que ça vient de la personne et que moi j'ai cette chance d'avoir eu... c'est un pack, je le considère comme un pack. J'ai eu un pack dans ma transition et dans ma vie où j'avais les bonnes personnes autour de moi, les gens par rapport à une tenue, par rapport au comportement. J'ai toujours veillé à être bien... après quand on est bien dans sa peau, quand on est soi-même, qu'on ne se cache pas, qu'on ne rase pas les murs, qu'on ne baisse pas la tête, qu'on est souriante, bah ça passe mieux quoi

. P9-:-oui, par rapport à tout mon cercle familial et d'ami.es, j'ai perdu juste un couple d'ami

, P9 : Après tout le reste, il n'y a aucun problème. Après voilà, moi je suis la plus heureuse aujourd'hui

, À tes souhaits ! P9 : Voilà, mais après quand tu te poses toutes ces questions, bah c'est normal, c'est comme dans un sondage, les réponses sont différentes selon les personnes, selon leur milieu social, selon leur niveau de culture, toutes ces choses-là. Et puis moi j'ai toujours été une personne qui aime que les choses soient bien faites donc ça, P10 : Ah bah si, il est allergique (rires)

, Et après, vis à vis de moi, je suis assez fière de ce que j'ai fait, et si je peux donner un conseil à des personnes qui débutent une transition, c'est justement de faire les choses dans l'ordre, de ne pas se ? de ne pas avoir d'impatience, parce que ça c'est la première des qualités (sourire), même si même moi des fois je t'avoue que je râlais un petit peu en disant « ah ouais mais c'est trop long », et puis après je relativisais vite en me disant « de toute façon, tu ne peux pas changer le cours des choses, c'est comme ça, il faut accepter ». Au bout d'un moment, voilà, je dirais que je trouve qu'aujourd'hui les gens sont toujours en train de râler, râler, râler, râler contre tout. Bon, ça fait partie de l'être humain, mais ouais, il faut accepter les choses

, Il y en a qui râlent parce que justement il n'y a pas d'autres solutions? P9 : Oui c'est sur. Moi je me dis que déjà on a une chance énorme de pouvoir le faire dans des bonnes conditions, en France, et ça c'est énorme. Pourquoi toujours être dans le ? à critiquer, à râler

, Donc en France, on a quand un même un passif ? judéo-chrétien on va dire (sourire), dans le gouvernement, enfin dans les gouvernements, qui fait que ça freine beaucoup de choses. Et il y a des pays qui se sont affranchis un peu de ça pour favoriser, faciliter les choses. Après il faut des sécurités. P9 : Pour en revenir à ce qu'on disait, il y a des filles par exemple, elles vont se faire opérer en Thaïlande, ou à l'étranger, et donc, parce qu'elles sont contre ce système français d'équipes, balisé etc, P10 : Après, il y a la transphobie administrative française hein, des lois qui ne sont quand même pas si évidentes? par rapport à d'autres pays qui ont pris une avance phénoménale, et pas forcément les pays les moins totalitaires

, « ouais est-ce que je pourrais avoir un rendez-vous parce que c'est pas bien, parce que j'ai besoin d'une petite retouche

, P10 : « J'ai une lèvre plus grande que l'autre » P9 :.. bah je suis désolée, il est trop gentil M

. Bon, maintenant il refuse, d'après [nom] la secrétaire, il refuse tout ça parce que ? bah « retourne en Thaïlande » hein

, P10 : Parce qu'il y a une grande liste d'attente hein

, 5 ans après, c'est passé à 4 ans de délai. Donc ça veut dire que voilà, il y a de plus en plus de gens comme ça, et puis comme on disait, tous les gens en France ont ce réflexe de se dire « bon bah on va se faire opérer à ???. parce que c'est là que c'est le meilleur, c'est Dieu » (rires), et ça encombre [ville], pour les filles qui sont ici, qui sont de la région, les délais c'est énorme, son délai d'attente était de 2 ans ½, 3 ans, 2013.

, Bon apparemment il a quand même des critères select, mais après c'est aussi la sécurité du patient hein. Moi avec un BMI 6 à 32, il peut m'arriver n'importe quoi, ça je le sais. Je vais essayer de perdre du poids d'ici là... je ne ferai jamais 25 pour février, P10 : Il est hyper bien

, Alors pour moi, à peu près tout pareil que [P9], sauf que ... c'est le médecin qui va reprendre la main. Aux Etats-Unis, comme on aime bien mettre les gens dans des cases, ils ont défini des trans primaires et des trans secondaires, alors qu'est-ce que ça veut dire ? Les trans primaires, ça serait plus tôt [P9]: très jeune il y a quelque chose. Alors on peut y mettre des mots, Donc ce midi on va à la Pataterie c'est ça ? P10 : Mais t'es con toi !! (rires)

. De, Je pense à l'adolescence, où il y a plein de choses qui se jouent. Donc, [P9] ça serait plutôt primaire. Parce qu'elle avait quelque chose, même si elle n'avait pas réussi à mettre le mot dessus, le nom dessus, mais il y avait un trouble. Moi, je serais plutôt secondaire, en fait c'est de l'acquis, c'est pas de l'inné quoi. J'ai eu des ? alors il y a plusieurs si on veut prendre mon histoire, je suis le deuxième de la fratrie -ça tombe bien c'est une fratrie de deux (sourire) -et j'ai dit « le » deuxième, c'est pas bien ça, enfin je suis « le » deuxième garçon, la question : est-ce que ma mère voulait une fille ? Ça c'est déjà la première chose. La deuxième chose c'est que chaque année, on regardait les films super-huit de la famille, on passait tout l'après-midi, on regardait les films de souvenirs etc. et quand j'avais un an, j'avais encore jamais été voir le coiffeur, j'avais les cheveux blonds, on avait mis des couettes, les vêtements dans les années 70, il y avait toujours les petites bouboules, les vêtements avec les manches un peu boule-machin, avec les fanfreluches garçon-fille, alors il y avait des couleurs etc. Mais curieusement, quand on était petits petits petits, il n'y avait pas d'énorme différence entre le genre garçon et le genre fille dans le vêtement, c'était toujours des choses avec un peu de dentelle, avec un peu de machin etc. Donc je me baladais sur le balcon de la maison avec mes couettes, mes cheveux blonds longs, et un truc de genre indéterminé, Aux Etats-Unis, ils prennent en charge les gamins, quand c'est pas dans des états droitistes, et on considère que c'est des enfants qui très très tôt, manifestent leur désir d'être dans le genre opposé. Donc très tôt, ça peut être 4-5 ans

, P9 : Ah mais c'est toi Billy Elliot (rires)

. P10-:-voilà, parce que maintenant on dit aux gamins « faites du vélo » pour la voute plantaire. Donc j'ai fait un an de danse classique. Terrible. Terrible parce qu'il a fallu pour les entraînements mettre le juste-au-corps et les collants et là, de mémoire parce que c'est très complexe, il y a un trouble, « oh là là, je suis comme les filles, c'est pas possible

. Voilà, Et tu recommences parce que tu recherches, toxicomaniaque littéralement, tu recherches ce que tu avais ressenti la première fois, en mettant un vêtement de femme, sous-vêtement de femme c'est encore pire. P9 : Tu lui as posé la question à ta maman ? P10 : Elle ne se souvient pas, comme par hasard. P9 : Mais tu lui as posé ? P10 : Oui parce que, deux fois je me suis fait prendre, deux fois je me suis fait pourrir, et la deuxième fois ils ont regardé une émission sur les trans un jour. Parce qu'avec mon frère souvent on se levait de la chambre, pour rentrer dans les détails plus glauques, je ne sais pas pourquoi, j'ai essayé les sous-vêtements de ma mère, un jour, un matin de bonne heure, et là, j'avais 9 ans

, Elle m'a répondu « ouais je voulais une fille », et là tout de suite elle s'est rattrapée en me disant « mais rassure-toi, P9 : Parce que ça, je l'ai demandé à ma mère

, Bon il a eu du mal, mais ils ne m'ont pas non plus foutue dehors. Mais faire une annonce à 42 ans, voilà? Mais voilà, il y a eu ce côté très sexualisé, très excitant P9 : Tu dois avoir chaud là (le soleil donne sur la chaise en cuir ou je suis assis), décale-toi P10 : C'est terrible ça, le soleil tourne tout le temps, on devrait faire quelque chose. Et, à [l'équipe hospitalière], quand on voit les psychiatres, à un moment donné, ils nous demandent de faire un peu l'histoire de notre vie, d'expliquer les choses. P9 : Ils appellent ça... comment ils appellent ça déjà ? P10 : Un mémoire, un petit mémoire d'une page ou deux. Et en fait ce qui est intéressant en prenant les choses, c'est que j'ai progressé mais pareil, du côté travestissement, j'ai jeté les affaires parce que « mais non, t'es un garçon etc. », puis un jour tu te dis « tiens, ah et si j'avais une poitrine », une vraie hein ! Pas les trucs en grains de riz ou en capotes pleines d'eau. « Ah ouais, ça serait bien, des vrais seins là, que tu touches machin... ah oui, mais non t'es un garçon, tu ne peux pas avoir une bite et des seins, c'est pas possible, P10 : Oui, mais ça je ne lui ai pas demandé parce que c'était trop compliqué. Il a fallu que je leur annonce. Mon père était plus trop bien parce qu'il était insuffisant partout, bon maintenant il est décédé, mais au moins il a eu la joie et le bonheur d'apprendre que son garçon allait devenir une femme

. Je-vois-bien, Et effectivement, alors, c'est un continuum hein, c'est pas un jour oui et un jour non, et dans mon mémoire, c'est quand je me suis rendu compte que de m'habiller en femme ne me procurait plus d'excitation sexuelle, donc en gros plus d'érection, et que j'étais bien -on peut ne plus avoir d'excitation sexuelle et être bien -parce que les gens ne comprennent pas, pour les gens, un mec qui s'habille en femme, c'est un pervers sexuel, ça l'excite, il se branle, ça va tout de suite mieux, d'ailleurs c'est ce qui se passait, après j'avais honte. Quand tu as fait baisser la dopamine (sourire), la noradrénaline tout ça, et bien effectivement tu as honte, tu re-ranges tes affaires, et puis t'es tranquille jusqu'à... le craving etc. Vraiment tout pareil, tu prends les canons de l'addicto, c'est la même chose. Mais à un moment donné, ça ne le fait plus. Et t'es même plus en recherche de la lune de miel, c'est juste naturel, et tu es bien (silence), tu te sens bien, mais sans aucune connotation sexuelle. Là, c'est le cut-off. Alors évidemment ça ne se fait pas du jour au lendemain aussi, c'est par période où tu es de mieux en mieux, et là tu passes de plus en plus de temps, sans érection, sans idée sexuelle en lien. Juste être. Voilà. Alors moi, c'est comme ça. Et c'est là que j'ai dit OK, banco, je ne pourrai plus faire autrement, Mais elle, qu'est-ce qu'elle ressent ? « Ah j'aimerais bien avoir un vagin? ha bah non, t'es un garçon. Oui mais une poitrine sans vagin ? Etc. » Et en fait tu recules

, Et en fait, non mais il y a déjà des questionnements avant, mais le fait d'être sure de, c'est pas de savoir qui tu es ou ce que tu es, c'est d'être sure de qui tu es ou ce que tu es. C'est ça qui s'est fait plus tard. Alors je regrette, j'ai perdu un temps fou, mais je ne regrette pas, ça m'a permis de poser à chaque fois la brique pour construire un mur, une maison, mais quelque chose d'un peu sécure. Ceci dit, depuis 35 ans, 40 ans, régulièrement, je me dis « mais est-ce que t'es pas en train de te planter de voie ? » (silence), je me mets un petit peu en difficulté, Et le cut-off s'est donc fait entre tes 35-40 ans ? P10 : Alors les questionnements depuis 9-10 ans, parce que tu te dis « mais pourquoi tu fais ça, t'es pas bien, t'es pas normal », surtout que tes parents te disent « mais t'es complètement fou

, est trop long, moi j'estime que la transition il faut bien, minimum trois ans, entre 3 et 4 ans avant de se faire opérer, parce que le faire trop rapidement, c'est pas bon. Moi j'estime que ma transition ça a duré, entre le moment où j'ai intégré [l'équipe hospitalière] et l'opération, ça a duré 4 ans, et moi ces 4 ans, ils me vont très bien, même s'ils m'ont paru très longs, avec le recul maintenant je me dis qu'il fallait bien ces 4 ans. Parce que je pense que si j'avais fait ça en 2 ans, j'aurais pas été aussi bien, il faut vraiment s'adapter, s'habituer à plein de choses, et si on va trop vite, c'est pas bien. Et moi je pense que pour une bonne transition, alors peut-être que chez certaines, P9 : Alors juste par rapport à ce qu'on disait

. Ça, est-ce que tu vois aussi un intérêt au délai avant l'hormonothérapie ? P9 : (silence) Pas nécessairement, moi je pense que l'hormonothérapie, j'aurais pu la commencer directement. Parce qu'il a fallu justement attendre une année d'évaluation entre les entretiens psy et psychologues pour pouvoir avoir ce papier de

, P10 : Tu oublies un petit détail qui t'a ralenti de presque 6 mois, c'était la recherche génétique, cancer du sein machin. P9 : Ouais, il y a eu ce problème

, Enfin je veux dire, tu as toute une famille néo du sein, il n'y a pas beaucoup d'endocrinologues qui vont se lancer dans une hormonothérapie. Donc voilà, il y a ça aussi, P10 : Parce qu'on met beaucoup l'accent sur le côté psychiatrique, mais on oublie les contreindications endocrinologiques et néo du sein etc

, Et en fait, ça peut se faire très très vite, mais je pense qu'effectivement, on pourrait gagner du temps. Mais le temps que l'on prend à se poser -c'est pas fait pour les psychopathes déjà -mais, on change de vie, on change tout, on va être mutilées, on va nous la couper, on va devenir stériles -[P9] n'a pas d'enfants, moi j'en ai un donc ça ne me pose pas de problème, on n'a jamais trop discuté du fait de ne pas avoir d'enfants, y'en a qu'en veulent pas, y'en a qu'en veulent. Mais voilà, c'est pour ça que la transition chez les ados, des fois, le suivi il bloque la puberté, mais pour prendre le temps de savoir les implications hein? pas d'enfants biologiques ! Alors moi je ne m'étais jamais posé la question, j'avais déjà [prénom], mais en fin de compte, putain c'est vrai, il faut du temps, il faut se poser ces questions! Il faut le temps aussi, pas de se les poser, mais d'y réfléchir et d'y répondre. Et eux, c'est de l'évaluation, ils sont pas là pour nous suivre ou nous aider. Moi la première fois, ils m'ont dit : « mais pourquoi vous n'allez pas voir un psychologue ? » Avec le burn-out etc. Non ! J'ai pas voulu. Et effectivement alors les hormones ça peut aller vite, mais il n'empêche aussi, qu'il y a des changements qui se font, il faut quand même que la personne, même si je veux avoir des seins, ouais mais quand tu les as, tu fais quoi ? Quand t'as mal tous les matins, quand t'appuies dessus ça fait mal, est-ce que tu vas supporter d'avoir mal tous les matins ? Alors c'est pas insupportable, mais c'est le quotidien d'une femme. Pour notre transition dans ce sens-là, mais dans l'autre sens, c'est pareil. Et puis les seins, tu gardes des cicatrices ! C'est encore plus mutilant dans l'autre sens, les FtM c'est... il y en a pas beaucoup, et je vais te dire pourquoi il y en a pas beaucoup des FtM par rapport aux MtF, c'est parce que les femmes peuvent vivre une « homosexualité de camionneur », et socialement, ça se passe bien, donc en fait leur transition profonde, elles peuvent se passer de la chirurgie etc. Souvent. Pas souvent, mais parfois. C'est plus simple, P10 : Oui, il faut un an, normalement c'était 2 ans, dans les vieux critères de [l'équipe hospitalière] qui étaient rédigés d'après la SoFECT, c'était entrée dans le parcours de transition entre 18 et 45 ans, après bah, va te faire foutre, c'était pas avoir d'enfant, après si t'as des enfants, il faut absolument qu'ils voient le psychiatre de

, Je ne joue pas le jeu des équipes parce qu'on me l'a reproché dans la critique, je suis trop gentille P10 : Primo-prescrire, moi, je ne suis pas d'accord. A mon niveau, là c'est le médecin qui parle, Donc il faut que les gens soient bien là-dedans, et ce temps je pense qu'il est nécessaire

, qui m'a fait marrer, la semaine dernière, qui me dit « oh là là, je vais te poser une question un peu con, c'est pas comme d'habitude », et puis je lui fais « oh bah tu sais, moi avec ma transition, tu peux me poser toutes les questions, je suis habituée », je ne pensais pas tomber juste, il me fait « bah voilà, j'ai une patiente que je suis en addicto pour l'alcool, et son fils se sent trans, comment on peut faire ? », c'était marrant, je lui ai donné l'adresse de [l'équipe hospitalière] etc. S'il veut me rencontrer, il me rencontre, y'a pas de problème, je travaille là là là, et pas la la land (sourire), s'il veut me voir, on pourra discuter. Parce que je me méfie aussi un petit peu des problématiques, une mère alcoolique, alors pourquoi elle est alcoolique, ça je ne sais pas, des fois c'est compliqué, des fois c'est une fuite vers l'avant la transition hein ! C'est pour échapper à sa condition de genre aussi parce que t'as été abusé sexuellement, parce que etc. Ça peut être ça aussi, ça sert aussi, l'évaluation, c'est pour voir s'il n'y a pas des traumatismes, et qu'il faut régler ces traumatismes avant. Ça tu le sais, t'en es conscient, mais les trans ne le savent pas, ils ne peuvent pas le comprendre. Parce qu'ils ne sont pas médecins, ils n'ont pas la vision qu'on a. Donc c'est pour ça que pour moi, c'est plus simple d'aller dans une équipe, que les autres. C'est pour ça que je suis d'accord, et j'ai accepté aussi ce temps, mecum pour les gens, basé sur des articles etc. C'est pas militant et pour aider les généralistes à accompagner les personnes trans qui viendraient voir le médecin. Les médecins, ils ne savent pas faire, j'ai eu un coup de fil d'un addictologue

, était débile ce que j'ai fait, je n'échappe pas aux mêmes conneries que font les trans, essayer d'avoir des hormones sous le manteau etc. Sauf que j'avais plus facilement accès que les autres, mais j'ai fait les mêmes conneries, donc ce qui prouve bien que j'ai beau être médecin, là à ce moment-là, je n'avais pas réfléchi. Ça serait à refaire

, Pour en revenir encore au médecin généraliste, sous réserve d'une formation

, c'est quand même la vitrine. Elle tombe sur quelqu'un qui lui dit « revenez quand vos enfants seront majeurs ». On est restés sur les poncifs d'avant, ils n'ont pas bougé. Ils n'ont pas bougé d'un iota ! C'était il y a deux ans ! Donc c, P10 : D'un DU. Il existe à Paris. Mais qui le tient ? La SoFECT. Donc ils imposent leurs idées, et c'est pas forcément très scientifique. Malheureusement. P9 : C'est quoi ? Un Diplôme Universitaire ? P10 : Ouais Diplôme Universitaire

, Est-ce que justement, en parlant d'évaluation psychiatrique, il y a un suivi... pour vous, l'évaluation elle est nécessaire pour éliminer les contre-indications ? Le suivi psychologique il est indispensable par la suite ou il est également

, P10 : Vas-y [P9] parce que moi ma réponse elle va être très compliquée

, Et là, allons-y, on lui prescrit des séances, des rendez-vous. Moi personnellement, j'avais la chance d'avoir [nom] qui servait un petit peu de psy, psychologue? P10 : Tu as eu une psychologue toi P9 : Oui j'avais une très bonne psychologue qui était un peu dans le suivi, qui était bien aussi, moi j'aimais bien y aller pour discuter parce que j'aimais bien échanger avec les gens, et puis le courant passait très bien. Moi je pense que oui, il faut minimum un petit suivi pour tout le monde et après en fonction de la personne selon son état bah, il faut lui prescrire plus de suivi, selon l'état de la personne. Bon après c'est vrai que c'est parfois difficile à juger pour le médecin, mais moi personnellement, aussi, j'avais des petites baisses de moral, ça me faisait du bien, P9 : Moi je pense que c'est selon les personnes. C'est plus au médecin d'évaluer la personne, à se dire « bon, ben je pense que cette personne a besoin d'un suivi

, P10 : (rires) La connerie que j'ai faite ! 6 mois de délai pour voir quelqu'un, ils ont perdu sa fiche comme par hasard. P9 : C'

, en hospitalier parce que sinon il faut payer. Bon 6 mois, donc tu y vas n'importe quand, il y a quelqu'un qui t'accueille, tu proposes ta problématique, et après ils font une fiche, et après ils en discutent pour savoir les priorités. Parce que le mec qui dit « dans une semaine je suis mort », il faut peut-être le voir un peu plus tôt que 6 mois. Mais curieusement, au bout de 6 mois, je lui dis « retourne les voir

, P9 : Moi perso, j'ai eu besoin un petit peu à l'époque des? au début du traitement hormonal où émotionnellement c'était un petit peu compliqué, je chialais sans arrêt

, P9 : Ah ouais, j'étais une vraie « pisseuse » entre guillemets, et voilà c'était peut-être un peu pénible pour les autres, pour l'entourage et ça m'aurait... j'avais peut-être besoin de parler à ce moment-là. Enfin voilà, mais bon après, ça s'est un petit peu arrangé et puis voilà

. Après, je pense que ça serait plus à eux de juger, plutôt que de nous imposer ces séances qui pour moi... bon au niveau psychologue je ne regrette pas parce qu'elle était très bien, on avançait un petit peu, alors que le psychiatre, personnellement, il ne m'a été d'aucune utilité. P10: Sauf qu'il faut un docteur pour signer les prescriptions. P9 : Oui voilà, en revenir à ta question, je t'ai répondu

, P10 : Il y a deux psychiatres

. Bon, est partout pareil, la psychologue pour faire les tests, elle est là que pour le côté technique, et les psychiatres c'est eux qui font réellement l'évaluation, et t'en vois deux. Un qui va être ton référent

. .. De-suivi-là.-c'est-dommage-que, Tu tapes «[nom] », tu regardes sur youtube, il a plein de vidéos. Par contre, c'est un grand malade, parce qu'il jetait des pavés dans la mare, même dans les trucs sur... il était criminologue donc il est intervenu sur... pas le petit Grégory mais plein de meurtres d'enfants etc. Il balançait des trucs à faire peur, mais c'était une vision très psychiatrique des choses. Donc si t'as l'occasion, [nom] sur youtube, tu vas trouver plein de trucs, mais attention, c'est un grand malade ! (rires). Mais c'est un clinicien hors pair. Hors pair. Moi je le connaissais de la prison, je ne lui avais jamais dit, il m'a fallu 6 mois pour prendre mon rendez-vous avec lui, et quand il a reconnu le nom, il m'a dit « mais pourquoi tu ne me l'as pas dit tout de suite !, t'aurais pu rencontrer

, Et à un moment donné, je raconte un peu ma vie, « ah oui, oh, bien une fois, sur un chagrin d'amour, j'ai bien pensé à me passer sous une bagnole etc. » Et là, il avait tendance à s'endormir. Puis là il ouvre les yeux et paf ! Tout de suite, il a embrayé là-dessus. C'est un mec qui entend tout, qui...ah ! Génial ! Je l'ai vu même retourner un détenu, qui arrivait en hurlant « ouais mon chien il est mort, je suis en prison gnagnagna » Eh bien à la fin, au bout d'un quart d'heure, il était là... tu sais moi j'étais là « aidez-moi, je sais pas quoi faire, il va me planter un couteau (rires) », et en un quart d'heure, non seulement le mec, il l'a apaisé, et en plus il s'est foutu de sa gueule, en même temps. Et l'autre il a dit amen, P10 : (rires) Il y avait un psychotique en salle d'attente qui te faisait peur. Et puis moi donc on a passé, tout en parlant de la prison etc. il m'a évaluée ce connard

. Sinon and . Le-problème-de-la-médecin, Ça je ne sais pas. C'est la grande majorité. Et j'en fais partie aussi probablement, encore que moi la problématique c'était surtout le boulot et la famille, et ce que je lègue à [prénom]. Moi j'ai beaucoup pleuré en pensant à [prénom], parce qu'à 9 ans -là il en a 12 ½ -on lui apprend que papa, c'est pas maman, mais papa est une femme. Et à l'école. Et on lui fait garder le secret pendant 2 ans, terrible. Parce que je voulais lui dire assez tôt, mais d'un autre côté le secret, c'était juste une saloperie d'épreuve que je lui imposais. Et après je me suis dit, mais qu'est-ce que je lui lègue ? « Ah bah mon papa s'appelle [prénom P10]». Pour plus tard. Si le Front National, enfin maintenant le Rassemblement National passe un jour au gouvernement, qu'est-ce que je vais bien pouvoir

. Tu-le-sais-!-c'est-enregistré,-hein-!-donc, Et en fin de compte, on s'auto-entretient parce qu'on est à peu près équilibrées toutes les deux, on a chacune ses casseroles, on a chacune ses inquiétudes, ses angoisses, mais il n'y a pas d'intérêt, il n'y a pas de jeu d'intérêt entre nous, familial, amical, relation avec l'autre ou quoi que ce soit, donc ce qui fait que l'on est, P10 : Suffisamment, mais je ne te le dis pas, tu sais que j'aime pas dire que t'as raison

, Au moins le psychiatre (silence), je ne dis pas que c'est bien ou que ce n'est pas bien, ils travaillent en équipe, ils se tiennent l'un l'autre, les uns les autres si tu veux, parce que c'est une équipe qui tourne bien, mais il faut qu'elle tourne quoi. Et il ne faut pas qu'il y ait de gag du côté de l'équipe quoi, donc c'est normal, ils assurent leurs arrières et ça ne me choque pas. Moi, en tant que médecin, ça ne me choque pas. Evidemment, celui qui a déjà vu X psychiatres machin, qui vient juste pour se faire opérer et faut qu'il voie un psychiatre, il ne peut pas comprendre. Ça c'est terrible. Comment expliquer aux gens l'inexplicable ? Alors qu'ils n'ont pas la vision globale qu'on peut avoir en tant que médecin et la vision vraiment au-dessus -c'est-à-dire que moi, je me suis rendu compte que je voyais largement au-delà du problème de santé. Il m'a fallu 20 ans pour comprendre ça, me dire qu'effectivement, ma vision du patient elle est ? enfin moi en tout cas -je ne suis pas chirurgien -ma vision du patient, elle est globale dans tous les aspects. Dans tous les ? là où je travaille, c'est toujours une vision globale du patient, sans détacher le psy du soma, surtout en douleur, P10 : Donc voilà, je pense que oui, mais il ne faut pas l'imposer, il ne faut pas que ce soit une obligation. Il faut le faire toucher du doigt, d'eux, ça serait bien. Tu vois? Et puis c'est pareil, tu ne peux pas forcer les ? déjà on les force à suivre un parcours, parce que pour l'instant, tu n'as pas de possibilité hors parcours, à part un psychologue ou un psychiatre, mais pour la chirurgie, tu es obligé de rentrer dans le parcours

, C'est quand même dur à faire accepter parfois

, Je l'aurais pris comme ça, mais ça serait revenu au tapis, à un moment ou à un autre, et peut-être que j'aurais été en Thaïlande. Je pense que j'aurais pas pu ne pas... et quand le psychiatre m'a posé la question « mais vous êtes sur de ce que vous voulez faire ? », toujours à brule-pourpoint, pour faire exprès, pour voir à quelle vitesse on répond, quel trouble ? Oui je suis sure ! Ça fait vingt ans que j'avance, que je recule, que machin, c'est pas pour reculer là, à cinq mètres du bol de sangria -ça, il faut reconnaître, c'est Bigard -mais voilà, je lui fais « non, ça fait vingt ans que je tergiverse, si je viens vous voir, c'est que je sais pas». Donc j'accepte l'évaluation, ouais, parce qu'il faut le faire c'est normal ! Je suis peut-être psychotique, je ne le sais pas, donc c'est très bien le Rorschach etc., j'achète. Pas de problème. Mais moi je sais, et je sais en plus parce que je suis médecin, enfin avec cette petite particularité en plus, qui parfois peut passer pour un handicap. Mais par contre, quand j'y ai été, j'y ai été comme le plus patient possible, et le moins médecin possible. Même si je savais qu'il m'évaluait, quand il me posait telle ou telle question, je savais où il voulait m'amener. Ça c'était terrible parce que je savais, P10 : Mais oui, mais même en l'expliquant, parce que c'est le combat de toute leur vie ces gens-là. Moi s'ils me disaient « bah non t'es pas trans, tu te casses », je ne sais pas ce que j'aurais fait

, Tu penses que d'être médecin ça t'a permis de comprendre d'autres choses sur la transidentité ?

L. Et-puis,

, P10 : Ouais, enfin ça te bouffe une demi-journée quoi

, Après c'est pour ça qu'il faut que? P9 : A [ville], il y en a certaines, elles viennent pour deux jours ! Elles calent trois rendezvous, elles prennent le train, elles prennent l'hôtel, c'est chaud, Il y a d'autres personnes trans qui sont beaucoup plus loin des centres de référence P10 : Oui, c'est terrible, vol.10

, Il a le mérite d'exister ce DU. Je reviens sur le DU de la SoFECT, il faudrait que je m'inscrive, il faut que j'aille voir. Je pense que je le ferai, mais quand j'aurai changé d'état civil et tout, parce que là... là c'est compliqué de s'inscrire à « [ancien prénom P10]» et puis d'y aller en jupe. Mais je pense que je le ferai pour voir, parce que j'entends tellement de trucs que probablement il y a du vrai, et que le DU, j'aimerais bien voir comment ils mènent leurs cours. Peut-être que je me trompe, je ne sais pas. Il faut que je me rende compte, mais bon j'ai pas le temps. Après c'est pareil, moi je suis prête, s'il y a des gens dans la région qui viennent me voir « ah t'es trans machin, tu veux m'aider », je veux bien, alors pas faire l'évaluation, c'est pas mon rôle, mais voir à peu près où ils en sont, P10 : Oui c'est pas simple. Après, il y a le DU, mais ça ne crée pas des équipes officielles

, Est-ce que ça vous va très bien comme ça ? P9 : Non, moi je n'ai pas de regret parce que j'avais aussi cette chance d'être entre guillemets « assez disponible » pour mes rendez-vous. A l'époque j'avais pas de travail, donc quand on me calait un rendez-vous, bah ouais ça me convenait, je n'avais pas besoin de... voilà, moi je parle à titre personnel, mais après c'est vrai que pour une personne qui travaille comme, Est-ce que vous avez des regrets sur le rôle qu'aurait pu tenir votre médecin généraliste lors de la transition

, P9 : Mais je pense que oui, ça serait bien que certains médecins généralistes aient cette spécificité de ? je ne sais pas comment vous l'appelez là, DU de...ça serait bien pour les personnes, ça éviterait peut-être certains rendez-vous dans ces

, il y a combien de temps que tu fais des remplacements de médecine gé au cabinet ? 34. Depuis novembre dernier P10 : Donc voilà, et tu t'aperçois que sur les retours des spécialistes, pour peu que tu en aies, tu en apprends des choses, sur comment faire etc. Grâce aux retours. Tu ne leur as pas réellement demandé, mais quand ils donnent la conduite à tenir pour tel patient, toi tu intègres le merdier. Donc je ne suis pas convaincue qu'il faille que tous les médecins aient un DU, un diplôme spécifique. Mais qu'effectivement, à l'université on en, P10 : À défaut de savoir gérer

, Mais y compris ceux qui ne l'ont pas fait, je pense qu'on est en dessous de la moyenne

, En oubliant, en mettant de côté, ça va leur revenir à la gueule, d'une manière ou d'une autre, mais pas toujours dans le bon sens, sur le plan psy. Et que les médecins soient sensibilisés sur le plan médical -alors y'a pas besoin de faire vingt heures de cours là-dessus pour savoir où trouver les informations, comment orienter et être bienveillant simplement avec ça, juste ça ! Comment se comporter avec un trans. Juste comment se comporter, ou l'orienter. Alors que le médecin en médecine interne sur les pathologies à la con, le généraliste il en a vaguement entendu parler, et pas toujours à la fac d'ailleurs. Donc là, c'est pareil, on en a vaguement entendu parler, ça doit exister quelque part, et pas qu'à la campagne, Tu veux dire en dessous de la réalité ? P10 : Ouais. Parce que je pense qu'il y a beaucoup plus de trans, mais qui ne font pas leur coming-out parce qu'ils sont enfermés là-dedans

, mais le point de départ, c'est quand même une problématique de psyché, sans chercher une pathologie sous-jacente? un trait de caractère. Comme on dit, il y en a certains qui sont névrosés avec un ? pas borderline, mais avec une construction psychotique. Une construction de l'esprit quelque part, J'insiste parce que sinon [P9] elle va m'arracher les yeux

, Après j'ai du mal à répondre à ta question... c'est pas qu'elle est mal posée ! C'est une personne qui est à l'écoute déjà, une personne de confiance, une personne qui va trouver une solution pour soigner tes maux, P9 : C'était quoi déjà la question ? (rires)

, Je te dis ça par exemple parce que pour certaines personnes, quand elles étaient encore en questionnement, c'est la première personne vers qui elles se sont tournées. Donc on essaie de savoir un peu où la médecine générale se situe

, P9 : Ouais, moi il me semblait utile d'avertir mon médecin par rapport à ce que je ressentais, ce que j'avais, pour qu'il soit au courant qu'il y a des choses qui allaient changer chez moi

. Après, Et je pense que si j'avais eu directement le médecin actuel, [nom], ça aurait été différent, parce qu'il aurait été beaucoup plus à mon écoute, il aurait été... il m'aurait peut-être justement conseillée en me disant ce qu'il fallait que je fasse parce qu'il avait peut-être les infos ou pas. C'est plus de? comment dire, d'aide de sa part, par rapport à la situation du patient. Après je ne sais pas? [P10] elle va développer vachement plus. Je vais donner à manger à mes chats, ne suis pas tombée sur la bonne personne puisque je t'ai expliqué la situation

, Mais moi, il faut que j'avance. Et il faut que j'avance avec des gens, il a fallu que je fasse des annonces à des patients, et bon bah transsexuelle parce que tout le monde connaît. Tu m'imagines dire « Ecoutez je suis dysphorique du genre, mais du genre fluide -Bien docteur, bon ben écoutez on va aller voir votre collègue, elle m'a l'air d'être mieux dans sa tête ». C'est ça. Bon, transgenre ça commence à rentrer, transidentitaire aussi, en tout cas chez les médecins j'espère. Mais effectivement, autant un médecin quand il dépiste un cancer, il envoie chez un spécialiste, il n'a plus la main sur la maladie, il a la main sur le suivi, centraliser les choses et rassurer Madame parce que le mari va avoir une colectomie, une poche. D'où l'intérêt du médecin de famille de pouvoir rassurer tout le monde, ce qui ne se fait plus ou très peu parce qu'on n'a plus le temps etc. Et pareil, il n'a plus la main sur la maladie parce que c'est les spécialistes qui vont faire la chimio, c'est pas toi qui vas la prescrire, qui vas dire « alors c'est tel truc machin, c'est un T1N2M3 -alors déjà il est mal barré, P10 : Ouais c'est bon, j'ai compris. Pétasse (rires) ! Alors, moi je suis généraliste et urgentiste de formation, je fais quand même des choses qu'à l'hôpital, mais avec un mode de fonctionnement de médecine générale. Au-delà du fait qu'il n'y a plus assez de médecins généralistes pour assurer le rôle saint de médecin traitant et de médecin de famille -parce que malheureusement

, P10 : Ça ne se voit plus, presque plus ! Et caetera, et caetera. C'est ça qui manque à la médecine générale, et à partir de ce moment-là, même pour les trans, il se dira « là il y a un truc, alors là on se pose

. Ouais and . Et, il y a une coordination qui est suffisante dans l'hôpital, même si elle est faite en dehors, qui coordonne ? P10 : Oh, ça pourrait être fait ! Je pense que c'est possible, mais qu'il y a toujours le problème du chirurgien. Après les équipes officielles des grands CHU, parce que j'ai les CHU en horreur, mais bon, pour ce type de chirurgie, il faut quand même des pointures, mais le principe du CHU, pour moi c'est de la politique dans le plus mauvais sens du terme

, Dr. [nom] par exemple, qui opèrent aussi sur des créneaux privés, indépendants il me semble

, En plus, [nom] ou [nom] envoient des courriers et des mots aux médecins traitants. Ça m'a toujours fait rire, sur le courrier, il est marqué « Mme [P10] a des orgasmes masturbatoires » Ça c'est bon ça (rires), moi j'ai trouvé ça bien de mettre ça dans un courrier pour un généraliste ! P9 : Qui est-ce qui, Est-ce que sur ces prises en charge-là, le généraliste peut jouer le rôle de coordinateur de la prise en charge ? P10 : Je pense que oui

, Non mais je sais, c'est de la vie privée, tout est privé, mais je me permets de le dire parce que je n'ai pas d'orgueil là-dessus, mais je pense que [nom] quand il a lu, il a quand même du bien rigoler. Il a du imaginer une grosse vache en train de se branler sur des films de cul, et voilà ! Bon, bref, c'était pour dire que j'avais pas de rapport avec d'autres personnes hétéros ou homosexuelles. Parce qu'après, c'est la grande question. Moi j'ai quand même un pompier qui m'a dit, quand j'ai fait l'annonce à mes pompiers « ah mais alors en fait t'es homosexuel ? » Alors stop, attends, on reprend les bases, je vais t'expliquer un truc, tu vas voir, c'est assez marrant, Même moi

, Mais en tout cas publiquement, je peux garder mes idées et je n'ai pas à juger de ce qu'il fait, de comment il vit, et de comment il croit. Or, si tu prends des musulmans -moi j'ai un collègue neurologue musulman, il a quand même du mal avec moi, il baisse les yeux quand on se voit, il dit bonjour, mais enfin c'est compliqué. Et ça, on ne peut pas empêcher les médecins d'avoir aussi leurs propres idées qui ne sont parfois pas des idées humanistes et de prise en charge globale du patient, parce qu'on est freiné par ses convictions. Le problème : tous les médecins pareils ? Pas possible ! Si tu n'as pas la conviction de « ces gens-là sont en souffrance, il faut les prendre en charge même s'ils sont hors du cadre, hors de ce que dit la religion », dans ce cas-là effectivement, c'est toujours problématique pour traiter un homosexuel. Dans presque toutes les religions, l'homosexualité c'est le mal. Chez les catholiques, chez les musulmans. Pour les juifs je ne sais pas, je n'ai pas lu la Torah encore. Mais à mon avis, ça doit être pareil. Donc il y a ça qui va freiner. Donc idéalement oui, il faudrait que tous les médecins soient sensibilisés à ça, P10 : Bien sur, et j'en rajoute un peu ! Donc oui, le généraliste peut très bien, mais encore une fois, ça touche à des idées, à des notions qui peuvent être en opposition avec des phénomènes religieux

, Comme ça existe déjà pour l'IVG

, OK elles n'avaient qu'à savoir qu'il fallait mettre des capotes, prendre la pilule, que sais-je encore. Mais bien sur ! Au fin fond de la Creuse, il y a encore des minettes qui croient que quand on roule une pelle, on peut tomber enceinte. En France, en 2018. Bon, commencer déjà peut-être par éduquer les parents et les enfants. Parce que, pour ne pas se retrouver à faire des IVG, il faut savoir. Après, si on picole un peu machin, P10 : Comme pour l'IVG. Et c'est pas normal. Pour moi, ce n'est pas normal

. Chance, ou en malaise, en mal-être, à cause de cette situation où ils savent qui ils sont, qui ils veulent être, et ils ne savent même pas à qui le dire. Donc si tu tombes sur... donc effectivement les gens s'orientent vers le généraliste. Et si t'es accueilli avec « oula, pas droit de rentrer, cassez-vous, trouvez quelqu'un d'autre », bon. Après la personne elle sort

, Alors il y a peut-être des casseroles au cul, comme à la douleur. Il y a plus de suicides à la douleur, P10 : C'est 7 fois plus de suicides quand même. C'est pas rien, c'est pas anodin

, comme aujourd'hui, donc là il faut que j'y retourne ça va faire deux ans, c'est pas bien ! Je vais peut-être me payer le luxe d'y aller? quelquefois je provoque les choses justement pour voir. Je ne renonce à rien personnellement. Après, encore une fois c'est biaisé, je suis médecin, donc je peux faire des soins à l'hôpital, le laboratoire à [ville], parce que j'habite à côté de cette petite ville absolument magnifique, ça ne leur a pas posé de problème, sauf que je leur ai dit la dernière fois, P10 : Bah le dentiste, je lui avais susurré comme ça, mais j'étais arrivée en pantalon, pas maquillée

, Sauf que c'était pas malveillant parce que je leur ai dit « mettez-le dans un coin, ça serait bien si vous y pensez ». Tu vois, il faut pas (sur un ton agressif) « ouais, pourquoi vous me dites pas que je suis une femme, pourquoi vous ne dites pas Madame ?

, est ce qui se passe souvent, et c'est ? moi je leur dis « bah si vous y pensez la prochaine fois -bon si vous n'y pensez pas, c'est pas la cata » Après [P9] et moi, je pense qu'on est tout à fait en capacité de percevoir quand les gens ne font pas exprès ou quand les gens appuient là où ça fait mal. C'est très très facile, en fait on se rend très très vite compte

, P9 : Et puis, il y en des fois ils s'en excusent après, ils sont tout gênés. Tu leur dis « mais c'est pas grave, ne vous inquiétez pas, ça peut arriver

, P10 : (en regardant mon questionnaire) Ah mais t'en as encore d'autres ?

C. , Oh putain ! (rires)

, P9 : Mais c'est toi, tu parles trop longuement !

, Êtes-vous impliquées -bon ça vous avez déjà répondu -dans le milieu associatif trans ? P10 : Je dirais non

, P9 : Associatif sportif (sourire), non mais moi si un jour il faut donner un coup de main pour

, association par rapport aux personnes LGBT, mais moi je serais prête à, si j'étais sur [ville], pas m'investir complètement, mais leur donner des coups de mains, du style... il y a un truc que j'aimerais vraiment beaucoup, c'est d'aller visiter les personnes qui viennent d'être opérées pour discuter avec elles par rapport à leur opération

. Voilà, faire profiter un peu de mon expérience personnelle pour les aider, parce que c'est vrai que quand tu ? bon moi je savais, j'étais au courant, il y avait d'autres personnes qui ont été opérées qui m'ont dit « tu vas voir après l'opération, c'est comme ci, c'est comme ça

, Bon les médecins, [nom] ou [ville], nous briefent un petit peu, mais après c'est plus au niveau douleur, comment s'organiser à la maison machin, c'est des choses qui sont

, Alors jusque-là, tout va bien. C'est fixé, ils enlèvent les points à mi-course. La veille de ta sortie, le grand professeur enlève le conformateur et te fait ta première dilatation. Donc le premier rapport sexuel que tu as, c'est avec ton chirurgien quand même, il faut quand même reconnaître. Ne vomis pas tout de suite, attends encore un peu. Et le lendemain, tu fais tes dilatations simples, mais à midi tu es partie

, P9 : Mais il n'était pas présent, même les infirmières elles m'ont dit « vous vous débrouillez

. J'étais-un-peu-en-panique, « T'as pensé à les appeler ? Parce que là, joker ! » Et puis je voulais pas voir... enfin, [P9] je la connais sous toutes les coutures si je puis dire, mais là j'aurais pu lui dire « écoute tu me montres, on regarde ça ensemble », mais je ne voulais pas rentrer là-dedans, et puis respecter son intimité aussi, je ne suis pas son médecin. Après je peux le faire, mais voilà, autrement j'aurais dit « on fait la dilat' ensemble ». Mais je crois qu'en plus j'étais... j'étais là ? J'étais en vacances ? J'étais où ? Je ne me souviens plus. P9 : Tu travaillais. Donc moi mon réflexe, c'était, ils me l'avaient dit, il y a un numéro 24/24 où on peut les appeler. Je suis tombée sur un interne et après l'interne a passé le message à [nom] qui m'a rappelée personnellement, et qui m'a dit « non non mais ne paniquez pas » machin, il m'a rassurée, et il m'a dit « si vraiment vous n'y arrivez pas, en rentrant quelques semaines après, j'arrivais plus à trouver l'endroit, j'étais en panique totale, ça rentre plus machin... et heureusement [P10] elle m'a rassurée, parce que tout de suite mon premier réflexe c'était [P10], et puis après elle m'a dit « appelle-les! » P10 : J'étais bien en difficulté je te dirais

, P9 : Il m'a même rappelée le lendemain pour prendre des nouvelles, pour savoir si ça avait été. P10 : Donc là, ils sont au top, mais il manque juste une journée d'éducation thérapeutique à ça

. C'est-quand-même-pas-rien, en plus sans parler des douleurs, je trouve que tu es lâchée dans la nature trop vite

, sur un rugbyman, parce qu'il y a des généralistes qui ont fait du rugby, et puis qu'il te fait remonter le conformateur jusqu'aux amygdales, forcément, il va falloir retourner au bloc. Donc oui, cette formation des soins techniques, c'est compliqué. Alors après, effectivement, si un médecin voulait se former, il passe une journée, ils se mettent d'accord sur une chirurgie, Et ça, à ton avis, à votre avis, c'est trop spécialisé pour être pris en charge en médecine générale ? P10 : Oui parce que? alors si on prend le phénomène des dilatations, entre trouver le bon trou, trouver ? il faut y aller en profondeur, tu as des conformateurs de différentes tailles etc. ça dure 45 minutes quand même la procédure de dilatation

, Parce que vous, toutes les deux habitant [ville], un pépin comme ça qui implique de retourner à [ville], c'est quand même pas rien

, vous vous démerdez avec votre chirurgien -Oui mais il est mort -Ah, je veux pas le savoir ». Ne seraitce que pour changer une prothèse, ils le font, mais ils n'aiment pas. Après, on peut l'entendre aussi, parce que chacun travaille à son art aussi, à sa manière de faire. Tu as vu, c'est quand même... tu as du voir les vidéos, c'est quand même un sacré boulot, dans les deux sens. Tu as des temps opératoires qui sont immenses

, enfin quand tu sors, je veux dire, tu es déjà bien... moi franchement par rapport à [l'équipe hospitalière], le personnel, que ça soit infirmières, aides-soignants, par rapport à la vagino

, Sauf que c'est au bout de 6-7 mois que les gens font de la dépression parce que leur corps a beaucoup changé, a changé trop vite. Et là, tu passes d'un truc machin à rien du tout. Donc ça change très vite, et l'évaluation aussi, est-ce que les gens vont être capables de supporter cette violence du changement du corps ? Alors souvent ils ont commencé par la mammo, donc ils ont déjà une vision, après on est d'accord, on passe de quelque chose qui sort à quelque chose qui est en interne. Mais quand même, il faut dilater, il faut souffrir, jamais le terme de « souffrir pour être belle » n'a autant pris son sens. Pour être belle, en tout cas, pour être femme. Je pense que pour les mecs, je ne connais pas trop les suites post-op des FtMs, les grosses difficultés c'est les problèmes d'urètre qui se rétrécissent, qui se bouchent machin etc. C'est un gros merdier sans nom. Donc voilà, mais c'est d'autres problèmes. Et là, oui, on a l'impression qu'il manque un petit quelque chose. Alors les gens se démerdent, c'est le système D, il n'y a pas de problème, on y arrive, mais si t'es un peu névrosée avec des aménagements psychotiques -c'est ça, je cherchais le terme, aménagements psychotiques -déjà, t'es pas censée être opérée parce que sinon tu vas décompenser, mais si personne ne l'a dépisté etc, P10 : Et le suivi psycho, en tout cas l'évaluation psycho, c'est aussi après, est-ce que tu vas être en capacité d'accepter quand même ces dilatations, qui les premiers temps sont douloureuses

. Ok, On a fini, dernière question, vous avez carte blanche si vous voulez rajouter quelque chose... quelque chose qui vous viendrait à l'esprit concernant médecine générale et transidentité

, Non, je trouve ça très bien, ça a le mérite d'exister, tout le malheur que je te souhaite, même si c'est une thèse qui ne va pas révolutionner la médecine française, c'est qu'elle soit lue par le plus grand nombre des généralistes, et encore une fois, quand elle sera publiée, enfin quand elle sera définitivement actée, que t'auras ton doctorat etc., peut-être d'en laisser un exemplaire encore une fois à la miss de [ville], parce que peutêtre qu'il y aura matière à publier sur son site, pour les généralistes. Parce que au départ, c'est pour la communauté trans, mais aussi pour les généralistes qu'elle fait ça, P10 : Donc je ne peux pas te demander ton adresse et tes mensurations ? C'est juste médecine générale et transidentité ? (rires)

. Mais-je-vois, ou quoi que ce soit, le simple fait de bosser dessus, nous amène bien entendu à discuter avec des personnes trans, mais aussi à P10 : Si tu veux pleurer, tu as Danish Girl. Bon, c'est un film pour avoir les Oscars, ça reste superficiel

, enfin voilà, c'est quand même beaucoup plus médiatisé, on en parle dans les journaux, donc ça c'est vachement bien, je trouve que c'est bien. Quand c'est bien traité et que la personne en parle avec les bons termes et tout, c'est bien. Parce que c'est vrai qu'il y a eu des émissions un peu poubelle, style NRJ 12 où ils font du n'importe quoi

, P10 : Et je ne suis même pas sure qu'ils aient fait de la transphobie en voulant en faire. Je me plais à croire que c'est de la maladresse journalistique on va dire

. «-le-mâle-Être, Alors le « mâle-être », m-â-l-e. C'est un petit bouquin facile à lire, c'est court, c'est la vie d'une trans de la région. Ingénieure, avec des casseroles au cul familiales. Alors là attention, c'est Zola. Et c'est traité en Christophe/ Isabelle, c'est écrit en deux grosses parties, même si elles s'interpénètrent, c'est ça qui est intéressant, c'est pas complètement clivé et là, si tu veux voir une transition qui s'est certes, bien passée, mais qui s'est accouchée dans une douleur, une souffrance familiale, environnementale énorme, et dans la même région, à 20 kilomètres près, c'est intéressant à lire. Parce que là-dedans, tu as aussi tous les -là on n'a pas parlé de la famille -mais tu as toutes les résistances familiales, dans une famille bienpensante, intelligente, où les enfants doivent faire comme les parents etc. Parce que je te parlais du poids judéo-chrétien oui, mais le poids aussi de la famille, des rituels etc. Elle, elle s'est pendue quand même, bon elle est toujours vivante, mais elle a fait le geste, elle a failli crever ! Moi je ne me plains pas, P9 : Ouais et puis il y a du voyeurisme aussi dans ces émissions, ils veulent faire de l'audience, ils font n'importe quoi. Mais non, maintenant il y a des trucs qui sont vachement bien traités. P10 : Sinon, un truc à lire, mais je ne sais pas où il est mon bouquin, Sophie Tardy

, enfin Sophie Tardy c'est celle qui a écrit le livre, elle n'est pas trans, elle est journaliste au départ, mais on sent la violence, la colère, la haine du système, la haine de plein de choses. Alors c'est un peu à l'opposé du monde de Oui-oui de [P9] et [P10] où tout se passe bien. Tout ne se passe pas si mal on va dire. P9 : Ah oui

, je ne sais pas, tu as eu beaucoup de difficultés ? Ils ont eu beaucoup de difficultés ? Des transitions qui se passent mal avec les autres ?, P10 : Après chez les autres

, Dans l'errance psychiatrique initialement on va dire. Dans le fait de devoir accumuler plusieurs psychiatres pour avoir le sésame. P9 : C'est ce qui est le plus difficile

. Après, une fois que le parcours était lancé, ça se passait dans la majorité des cas assez bien

, Parce que nous, c'est plutôt cool, c'est ce que tu disais tout à l'heure, c'est vraiment, pas le monde de Oui-oui, mais on peut souhaiter à tout le monde que ça se passe comme nous. Moi, même en famille, c'est pas top top parce que ça reste compliqué, ma mère, elle ne m'a pas foutue dehors, mais elle a dit à ma belle-soeur « de tout façon, c'est [ancien nom P10], ça restera toujours [P10] », parce que dans sa tête, c'est juste pas possible de perdre un fils

, P10 : Oui, mais je ne sais pas quand je vais le faire. Si ! Elle m'a vue, je suis bête

, P9 : C'est très tabou chez toi, alors que chez moi c'est...ça a été difficile à accepter, mais derrière, ça a été extraordinaire

, Et puis bon, mes neveux et nièces, c'est une autre génération, c'est plus jeune, mais bon, ça a été du bonheur, c'était extraordinaire. Des témoignages, des échanges que jamais je n'aurais eus si cette transidentité n'avait pas été là quoi. Donc d'un autre côté, moi franchement, ça m'a appris beaucoup de choses. Ma transidentité m'a appris beaucoup de choses, et m'a changée un petit peu dans ma manière de voir les choses, d'analyser et tout? P10 : Itou. Même dans mon métier. C'est pas que j'étais intolérante, P9 : Oui. Bon, ça a été difficile pour elle pendant un an, un an et demi, mais bon après voilà