Pathologies rhinosinusiennes et asthme sévère

Résumé : Introduction : notre hypothèse était que l’atteinte rhinosinusienne chronique permettait de phénotyper la maladie asthmatique. Nous avons classé nos patients asthmatiques sévères en 3 groupes : No RC (absence de RSC), RCsPN (RSC sans polypose nasosinusienne) et RCaPN (RSC avec polypose nasosinusienne), pour comparer les caractéristiques cliniques, fonctionnelles et biologiques de l’asthme. Méthodes : nous avons mis au point un score de symptôme rhinosinusiens adapté du questionnaire SNOT-22. Le groupe No RC présentait un score nul. Le groupe RCsPN avait un score de symptômes >0 et ne portait pas le diagnostic de polypose nasosinusienne. Le groupe RCaPN avait un score de symptômes >0 et portait un diagnostic de polypose nasosinusienne. Nous avons déterminé : le nombre d’exacerbations dans l’année, le meilleur VEMS, l’éosinophilie sanguine, les tests cutanés, le traitement par corticothérapie générale et/ou biothérapie, le résultat du scanner des sinus et de la consultation ORL, l’intolérance à l’aspirine, la corticothérapie nasale, et l’âge de survenue de l’asthme. Résultats : les 3 groupes de patients avaient des scores de symptômes rhinosinusiens différents : nuls dans le groupe No RC, modérés dans le groupe RCsPN et sévères dans le groupe RCaPN. L’éosinophilie sanguine était plus importante dans le groupe RCaPN que dans le groupe RCsPN, avec la mise en évidence d’une corrélation positive entre la sévérité des symptômes rhinosinusiens et l’éosinophilie sanguine maximale connue. Il existait une corrélation négative entre le score de sévérité des symptômes rhinosinusiens et le VEMS des patients. Le groupe RCaPN, avec la RSC la plus sévère, avait la meilleure fonction respiratoire. L’âge de survenue de l’asthme semblait plus tardif chez les patients atteints de RSC. Le groupe No RC représentaient 5% de l’effectif et se distinguait par une fonction respiratoire significativement inférieure aux autres malades. Conclusion : l’atteinte rhinosinusienne chronique permettait de distinguer nos patients selon des critères fonctionnels et biologiques pertinents : le VEMS et l’éosinophilie sanguine. Ces données suggèrent d’avantage d’inflammation à médiation « non TH2 » dans le groupe No RC et d’avantage d’inflammation à médiation « TH2 » dans le groupe RCaPN. Le groupe RCsPN pourrait être constitué de patients pour lesquels plusieurs mécanismes à l’origine de l’inflammation des voies aériennes se chevauchent.
Complete list of metadatas

Cited literature [49 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02090971
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Friday, April 5, 2019 - 12:10:44 PM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 11:35:27 PM

File

These JFInance sans resume´.p...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02090971, version 1

Collections

Citation

Julie Finance. Pathologies rhinosinusiennes et asthme sévère. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-02090971⟩

Share

Metrics

Record views

6

Files downloads

4